arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Mise à jour de la mise en œuvre : la déclaration du maire de New York contre la haine, l’extrémisme et la polarisation

Dernière mise à jour :
14/05/2024
Date de publication :
10/05/2024
Type de contenu :

Le Réseau des villes fortes, un réseau mondial de plus de 230 villes, a tenu son quatrième sommet mondial à New York en septembre 2023. Organisé à l’occasion de l’ouverture de la 78e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le quatrième sommet mondial a offert aux maires et autres responsables municipaux de plus de 115 villes de plus de 50 pays du monde entier la rare occasion de se réunir à l’échelle mondiale et de présenter les nombreuses contributions qu’ils apportent et peuvent apporter pour lutter contre la haine, l’extrémisme et la polarisation, et atténuer l’impact de ces défis sur la cohésion sociale au sein de leurs communautés.

Lors de la réunion des maires du sommet mondial, la déclaration des maires de la ville de New York contre la haine, l’extrémisme et la polarisation a été signée au nom des dirigeants locaux qui l’ont approuvée. La déclaration énumère les mesures pratiques que ces dirigeants se sont engagés à prendre dans leur ville pour lutter contre la montée de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation, tout en promouvant les droits de l’homme. Jusqu’à présent, 113 dirigeants locaux ont approuvé la déclaration du maire de New York, qui reste ouverte à l’approbation. Voir ci-dessous.

Aujourd’hui, dans le cadre de l’engagement continu de Strong Cities à mettre en lumière les bonnes pratiques et à catalyser les efforts de prévention et de réponse menés par les villes, nous partageons des exemples de mesures prises par un groupe géographiquement diversifié de dirigeants locaux ayant approuvé la Déclaration pour mettre en œuvre les engagements de cette dernière.

Dirigeants municipaux lors de la réunion des maires du quatrième sommet mondial, Gracie Mansion, New York City

Engagement 1

S’élever régulièrement et systématiquement contre toutes les formes de discrimination, de désinformation, d’intolérance, de haine, de violence et d’extrémisme, et envoyer un message public clair et cohérent de ville inclusive et accueillante, en reconnaissant que la sécurité et le bien-être publics commencent par l’inclusion au niveau local, et que l’inclusion et la civilité sont les fondements d’une prévention et d’une réponse efficaces.

Addu City (Maldives)

Le maire Ali Nazar organise régulièrement des réunions publiques afin de promouvoir un débat ouvert entre les habitants et la ville. Il profite de ces réunions pour promouvoir la cohésion sociale et dénoncer régulièrement les incidents de discrimination et d’intolérance qui touchent la communauté à ce moment-là.

Highland Park (Illinois, États-Unis)

Après la fusillade du 4 juillet 2022, la maire Nancy Rotering s’est engagée auprès des survivants, de leurs familles et de l’ensemble de la communauté pour les rassurer sur le fait que la ville de Highland Park – et elle-même, en tant que maire – s’engage à les réhabiliter et à faire en sorte qu’ils se sentent à nouveau en sécurité. Elle a de nouveau insisté sur la déclaration de la ville contre la haine, rappelant aux habitants que, malgré cet incident violent, la ville de Highland Park est accueillante pour tous ses habitants.

Masaka (Ouganda)

Lors des assemblées publiques et autres réunions communautaires, le maire Florence Namayanja dénonce régulièrement les cas de discrimination et d’intolérance dans sa ville. Il s’agit notamment de dénoncer les discours de haine, qui s’intensifient généralement à l’approche des élections en raison de la polarisation politique et conduisent souvent à des affrontements violents.

Portsmouth (Royaume-Uni)

Dans le cadre de la communication stratégique de la ville de Portsmouth autour de sa Vision pour 2024, le maire Tom Coles profite de ses interventions publiques pour souligner l’engagement de la ville en faveur de l’inclusion et de la lutte contre les discriminations, en mettant en avant les initiatives destinées à combattre toutes les formes de discrimination, d’extrémisme et de violence.

Strasbourg (France)

La crise entre Israël et Gaza a déclenché des manifestations à Strasbourg ces derniers mois, divisant les communautés et menaçant la cohésion sociale. En réponse, la ville a adopté un certain nombre de motions relatives au conflit. L’un d’entre eux a appelé à la paix et à la protection de la population civile de tous les côtés pour rappeler à tous les résidents que Strasbourg s’oppose fermement à tous les actes de haine, d’extrémisme, de racisme, de discrimination et de violence.


Engagement 2

Renforcer les institutions démocratiques locales, notamment en facilitant la participation active de tous les résidents, y compris les femmes, les jeunes, les communautés isolées ou marginalisées et les nouveaux arrivants, afin de favoriser la cohésion sociale, la gouvernance inclusive et la résilience.

Dhamrai (Bangladesh)

Dhamrai a créé un forum de la jeunesse pour faciliter la participation des jeunes à la prise de décision et à l’élaboration des politiques au niveau de la ville. En outre, le conseil municipal organise des réunions trimestrielles pour permettre à tous les habitants, y compris les femmes, les jeunes et les immigrés, de faire part de leurs préoccupations ou de leurs priorités, et le conseil rend compte, lors de la réunion suivante, des mesures prises en réponse à ces préoccupations.

Elbasan (Albanie)

En 2020, Elbasan a modifié la composition de ses conseils locaux de sécurité (LSC) pour y inclure des représentants d’organisations communautaires qui travaillent directement avec les jeunes. Cela a conduit à la création d’un conseil local de la jeunesse composé de jeunes des 12 unités administratives de la municipalité, ainsi que d’organisations de la société civile. Cet organe informe le travail du LSC et, plus largement, contribue à l’élaboration de la politique municipale.

Katowice (Pologne)

Sous la direction du maire Marcin Krupa, Katowice a pris des mesures pour favoriser l’intégration des réfugiés dans la ville, notamment pour réduire les tensions entre les nouveaux arrivants et les résidents de longue date. Il s’agit notamment de 1) créer des centres d’accueil dans toute la ville où les réfugiés peuvent immédiatement obtenir une assistance médicale et autre à leur arrivée ; 2) la mobilisation de plus de 200 volontaires pour aider à distribuer l’aide aux réfugiés ; 3) l’organisation de cours de langue polonaise et d’échanges culturels ; et 4) la mise à disposition d’un soutien psychologique, de conseils professionnels et de thérapies afin que les réfugiés aient accès à un ensemble de mesures de soutien aussi complet que possible dès leur arrivée à Katowice.

Koboko (Ouganda)

Dans le cadre de son engagement à faire de Koboko “un endroit pour tous”, et face à la montée des sentiments anti-réfugiés et anti-migrants, le maire Sanya Wilson a créé l’association “Koboko”. Association des réfugiés du Sud-Soudan, qui a pour mission de rassembler et de relayer les besoins des réfugiés arrivant du Sud-Soudan afin de s’assurer que le gouvernement local leur apporte l’aide appropriée. Cet engagement actif auprès de la population réfugiée de Koboko, sous l’impulsion du maire, a abouti à la création d’un centre de traumatologie pour soutenir leur rétablissement psychosocial, et à une formation pour mieux les préparer à réussir sur le marché du travail local.

Rabat (Maroc)

Dans le cadre de sa participation au programme ” Villes et espaces publics sûr s” d’ONU Femmes, Rabat s’est associé à des organisations locales pour lutter contre l’inégalité entre les sexes et améliorer la sécurité des espaces publics pour les femmes. Par exemple, la ville a collaboré avec le Forum Jossour des femmes marocaines et d’autres organisations locales, ainsi qu’avec des architectes locaux et des bénévoles de la communauté, dans le cadre d’un effort multi-acteurs visant à construire un Rabat plus favorable à l’égalité entre les hommes et les femmes. Dans le cadre de ce projet, Rabat et le Forum Jossour ont organisé des ateliers de renforcement des capacités sur la planification urbaine sensible au genre.


Engagement 3

Investir dans des relations authentiques et de confiance avec et entre la société civile et les communautés que nous servons, dans le cadre d’une cohésion et d’une résilience communautaires à long terme, afin que ces liens établis puissent être utilisés dans le cadre d’une réponse à l’échelle de la ville lorsque/si la haine ou l’extrémisme émerge ou que la polarisation augmente, ou pour soutenir les efforts en cours visant à remédier aux héritages historiques ou structurels discriminatoires ou aux injustices.

Le Cap (Afrique du Sud)

La ville du Cap gère un programme de lieux de culte plus sûrs et plus sains, qui vise à améliorer les relations entre les communautés religieuses et entre celles-ci et les autorités locales. Le programme s’adresse à tous les groupes de ce type dans la ville afin d’éviter que l’un d’entre eux ne se sente isolé. Il constitue également un forum leur permettant de faire part de leurs préoccupations et de ce qu’ils perçoivent comme des lacunes dans leur capacité à y répondre, ainsi qu’un canal de communication régulier entre la ville et les groupes confessionnels. Dans le cadre du programme, la ville a organisé un atelier de trois jours auquel ont participé des acteurs de la sécurité et qui était axé sur la formation à la planification de scénarios d’urgence, y compris pour les premiers intervenants. Dans l’ensemble, le programme a permis d’instaurer la confiance et d’améliorer les relations entre le gouvernement local et les différents groupes confessionnels, ainsi que de doter ces derniers des connaissances et des informations nécessaires pour participer de manière proactive à la prévention et à la réponse.

Columbus, (Ohio, USA)

La réponse de Columbus aux manifestations liées à la crise entre Israël et Gaza a été guidée par le ” Columbus Way”, une déclaration de principes qui vise à démontrer que la communauté de Columbus (qui compte plus de 120 nationalités) est accueillante pour tous. Conformément à cette vision, et en réponse aux manifestations, la ville a engagé l’unité de dialogue du département de police de Columbus – créée pour aider à renforcer la cohésion sociale entre les différents groupes communautaires, que ce soit en période de tension ou non – pour faire exactement ce qu’elle a fait. Le groupe de dialogue a rencontré les communautés affectées, ce qui a été considéré par la ville comme un moyen d’engagement efficace pour assurer une cohésion sociale continue.

Edmonton (Alberta, Canada)

Edmonton considère l’ engagement communautaire comme une composante essentielle de sa stratégie de lutte contre le racisme, qui comprend un pilier consacré au soutien des capacités opérationnelles et autres des organisations communautaires de lutte contre le racisme. La ville s’appuie en outre sur un processus participatif d’élaboration du budget, dans le cadre duquel les communautés (y compris les jeunes) sont invitées à indiquer où et sur quelles questions elles estiment que la ville doit investir ses ressources.

La Haye (Pays-Bas)

La municipalité entretient des relations étroites avec les organisations communautaires, les engageant activement dans des conversations sur les développements récents dans la ville et visitant régulièrement les points de contact communautaires pour discuter des questions et préoccupations émergentes. Cela inclut un effort concerté de la part de la municipalité pour impliquer les chefs religieux. La municipalité entretient ces réseaux par des interactions régulières, souvent sous l’impulsion du maire Van Zanen, ce qui permet aux habitants de se sentir écoutés et connectés à leur administration locale. En investissant dans de solides mécanismes d’engagement communautaire, la municipalité s’assure que les représentants de la communauté savent à qui s’adresser en cas de problème et, inversement, que le gouvernement local sait à qui s’adresser en cas de crise, ce qui lui permet de réagir rapidement et efficacement. Ces relations se sont révélées cruciales dans le contexte de la crise entre Israël et Gaza, car elles permettent aux habitants de faire part de leur peur et de leur insécurité. Pour atténuer les tensions intercommunautaires, notamment entre les communautés juive et musulmane, La Haye a su exploiter ses réseaux communautaires existants pour faciliter les conversations avec et entre les résidents, en reconnaissant leurs craintes et leurs préoccupations et en encourageant le dialogue.

Hani I Elezit (Kosovo)

La municipalité a développé des partenariats solides avec des groupes de la société civile et des organisations de base qui lui ont permis de tirer parti de leurs capacités, de leur expérience et de leurs réseaux pour trouver des solutions locales efficaces et durables. Par exemple, la municipalité s’est associée à des chefs religieux pour contrer les récits extrémistes et promouvoir la tolérance en soulignant l’importance de la paix et de la tolérance et en célébrant la diversité. Tout aussi important, la municipalité a pu tirer parti de l’expertise et de la capacité des organisations non gouvernementales pour contribuer aux efforts de réhabilitation et de réintégration des combattants terroristes étrangers de retour au pays et des membres de leur famille, grâce à des campagnes de sensibilisation de la communauté et à la fourniture de services de soutien psychosocial et autres.

Mumbai (Inde)

Mumbai a bénéficié d’un engagement à long terme avec les dirigeants locaux et traditionnels. La police municipale, en coopération avec les dirigeants locaux et les communautés, a créé des comités Mohalla à la suite des émeutes communautaires qui ont eu lieu dans la ville au début des années 1990, afin de maintenir la paix et l’harmonie. Étant donné que les dirigeants locaux de toutes les origines religieuses et ethniques sont impliqués dans ces organes locaux, ils ont la crédibilité nécessaire pour résoudre les conflits locaux et faire face aux menaces qui peuvent nuire à la cohésion sociale de Mumbai.

Division Nansana (Ouganda)

Le maire Joseph Matovu, en partenariat avec l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, a soutenu la création d’un tournoi sportif dans le but explicite de réunir les communautés de réfugiés et les résidents de longue date afin de promouvoir la cohésion sociale et d’établir des relations de confiance avec les communautés de réfugiés. Cette action s’inscrivait dans le cadre d’un effort plus large mené par la ville pour mettre en place des interventions communautaires destinées à faciliter l’intégration des réfugiés. Cela a contribué à réduire les récentes tensions communautaires entre les réfugiés et les résidents de longue date, le maire ayant pu utiliser ses relations avec les réfugiés et les dirigeants communautaires pour obtenir leur soutien afin d’apaiser la situation.

Londres (UK)

Le fonds Shared Endeavour du maire de Londres est un programme de financement de la prévention géré par le programme de lutte contre l’extrémisme violent (CVE) du bureau du maire pour la police et la criminalité (MOPAC). Lancé en 2020, à la suite de consultations à l’échelle de la ville, le fonds Shared Endeavour a accordé plusieurs séries de subventions à des initiatives destinées à renforcer la résilience des Londoniens face à la radicalisation et au recrutement extrémiste, et à lutter contre l’intolérance, la haine, l’extrémisme et le terrorisme dans la capitale. Le Fonds pour l’initiative partagée offre des subventions aux organisations de la société civile pour des projets contribuant à un ou plusieurs des thèmes prioritaires suivants : 1) sensibiliser – sensibiliser les Londoniens à l’existence et à l’impact de l’intolérance, de la haine, de l’extrémisme et/ou du terrorisme, ainsi qu’aux contre-récits qui s’y opposent ; 2) renforcer la résilience psychosociale – renforcer les facteurs qui favorisent la résilience à la radicalisation et au recrutement extrémiste chez les individus et les groupes vulnérables ; 3) promouvoir les comportements prosociaux – donner aux Londoniens les moyens de s’opposer efficacement et en toute sécurité aux attitudes et comportements intolérants, haineux et extrémistes ; et 4) renforcer les capacités de prévention – soutenir les praticiens de première ligne dans l’éducation, les services sociaux, la société civile et les communautés pour prévenir et contrer l’intolérance, la haine, l’extrémisme et la radicalisation dans les écoles et les communautés locales.


Engagement 4

Promouvoir la transparence et poursuivre un dialogue ouvert entre les autorités municipales, la société civile et les communautés, afin de comprendre les réalités vécues et les aspirations des populations, notamment en créant des espaces sûrs pour les conversations difficiles (y compris sur le racisme, l’injustice et la haine) entre des groupes représentatifs de la population locale.

Delhi (Inde)

La municipalité de Delhi a soutenu la création d’associations de bien-être résidentiel (RWA) au niveau des quartiers afin de renforcer l’harmonie sociale, la tolérance et la paix. Composés de dirigeants locaux de chaque communauté, les membres des RWA se réunissent régulièrement pour discuter des principales questions sociales et des griefs qui devraient être traités par leur gouvernement local. En outre, les RWA réagissent aux événements susceptibles d’inciter à la haine et aux tensions entre les communautés de leur localité. Des conseillers élus et d’autres parties prenantes concernées se joignent aux RWA en fonction des besoins. L’initiative a déjà eu un impact positif sur les relations entre le gouvernement local et les différentes communautés de la ville.

Narayanganj (Bangladesh)

Le maire et les conseillers municipaux organisent des réunions régulières dans des quartiers spécifiques de la ville. Ces réunions sont ouvertes au public et permettent aux habitants d’avoir un accès direct au maire et aux autres dirigeants de la ville. Les dirigeants municipaux répondent aux préoccupations et aux problèmes soulevés sur le terrain et les transmettent aux services compétents au sein de l’administration locale. Cela inclut les commissions permanentes concernées (par exemple, pour les femmes et le développement de l’enfant, la jeunesse et les sports, la santé et le bien-être, et l’éducation). Ces efforts ciblés dans des quartiers spécifiques permettent à la ville d’atteindre des communautés historiquement marginalisées. En outre, ces réunions permettent à la ville de réagir aux événements susceptibles d’inciter à la haine et aux tensions entre les communautés dans leur localité.

Ville de New York (USA)

Rompre le pain, tisser des liens (B4) est une initiative du maire de New York, Eric Adams, menée par son bureau pour la prévention des crimes de haine (OPHC) et l’unité des affaires communautaires du maire (CAU). B4 cherche à lutter contre la haine et la discrimination en donnant aux “New-Yorkais de tous les jours les moyens d’organiser des dîners et de briser les barrières entre les communautés”. Les membres de la communauté peuvent se porter candidats à l’organisation d’un dîner sur le site web de B4. S’ils réussissent, ils reçoivent des fonds, une formation et un accompagnement qui leur permettent de réunir, au minimum, 10 à 12 New-Yorkais différents et de mener des conversations constructives qui favorisent la compréhension et l’appréciation des différences culturelles, religieuses, ethniques et autres. Au cours de sa première année d’existence, B4 a dépassé son objectif initial de 1 000 dîners, auxquels ont participé plus de 10 000 New-Yorkais d’horizons, d’âges, de confessions et d’identités différents. Ces conversations se sont déroulées dans les cinq arrondissements de la ville grâce à des partenariats avec des organisations telles que le département de l’éducation de la ville de New York, la fondation Koenig pour le cancer de l’enfant, le marché nocturne du Queens et bien d’autres encore.

Zomba (Malawi)

Zomba compte de nombreux comités hyperlocaux chargés de résoudre rapidement et efficacement les problèmes et de gérer les crises au sein des différentes communautés. Il s’agit notamment d’un comité de gestion des griefs qui travaille avec les résidents pour répondre à leurs préoccupations financières et autres. La municipalité les forme désormais à la prévention de la haine et de l’extrémisme au niveau local en diffusant des messages pacifiques et en dotant la municipalité d’une fonction d’alerte précoce, en tirant parti de leurs interactions quotidiennes avec les habitants pour surveiller la cohésion sociale et traiter de manière proactive les tensions croissantes.


Engagement 5

Investir dans des politiques et des analyses fondées sur des données et des éléments concrets et les soutenir, ce qui permet à nos villes de mieux comprendre les menaces qui pèsent sur la cohésion sociale dans nos communautés et de renforcer la capacité à collaborer autour de cadres multipartites qui permettent de répondre efficacement aux griefs locaux et de rester réactifs face à un environnement de menaces en constante évolution, de plus en plus interconnecté et dynamique.

Amman (Jordanie)

Sous la direction du maire Youssef Al-Shawarbeh, la municipalité du Grand Amman a investi dans une communication plus transparente et plus régulière avec ses habitants. Il s’agit notamment d’Amman est à l’écoute, une plateforme qui fournit aux habitants des cartes interactives de la ville qui peuvent les aider à signaler les lacunes dans la prestation des services publics, les problèmes de sécurité, etc. L’objectif est de transformer la plateforme en un référentiel unique de toutes les données ouvertes de la municipalité afin d’assurer la transparence avec les résidents et de démontrer que la municipalité se consacre à un développement urbain fondé sur des données probantes et informé par la communauté.

Dortmund (Allemagne)

Dortmund a établi des partenariats avec de grandes entreprises qui collectent déjà divers types de données susceptibles de fournir des informations sur les causes de la haine et de la polarisation. Grâce à des collaborations avec, entre autres, l’Institut SINUS, la ville a obtenu plus de 200 points de données sur la composition et la segmentation de sa société. Ces informations ont permis aux autorités locales d’investir dans des activités sociales ciblées qui rassemblent différents groupes en vue de réduire la polarisation dans la ville.

Kumanovo (Macédoine du Nord)

Avec le soutien du réseau des villes fortes, Kumanovo a mené une étude sur la résilience de la communauté, une enquête représentative de la population visant à mieux comprendre les dynamiques locales de résilience. Les résultats de cette étude ont alimenté les activités de l’équipe d’action communautaire locale, créée dans le cadre du plan d’action local de Kumanovo pour la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent. Ces données servent également de référence pour la résilience de la communauté et permettent d’évaluer l’impact des mesures préventives dans la municipalité.

Newark (New Jersey, États-Unis)

Avec le soutien du Rutgers University-Newark Public Safety Collaborative, Newark est passé d’une approche de la sécurité publique centrée sur les forces de l’ordre à une approche qui engage les acteurs de la communauté en tant que coproducteurs de la sécurité publique. Le processus a débuté par une table ronde réunissant la police, les organisations communautaires, le secteur privé et d’autres parties prenantes, ce qui a permis de démocratiser la prise de décision et de promouvoir le partage des charges en matière de sécurité publique. Il a également jeté les bases du partage des données et des informations, en veillant à ce que les membres de la communauté, les fonctionnaires municipaux et les autres parties prenantes concernées prennent des décisions en collaboration et en connaissance de cause. Par exemple, ils ont travaillé ensemble pour identifier les points chauds de la violence et, au lieu de se contenter d’augmenter les effectifs de police, ils ont demandé aux entreprises de services publics d’installer des éclairages dans les rues pour améliorer la sécurité. Cette approche, qui donne la priorité à la coproduction de la sécurité publique, a permis d’atteindre le niveau d’homicide le plus bas à Newark depuis 60 ans.


Engagement 6

Promouvoir des relations solides et une coopération accrue entre les gouvernements locaux et nationaux afin de garantir que les voix des villes et de leurs communautés soient reflétées dans les cadres nationaux et traduites en actions locales, et qu’elles reflètent les connaissances et l’expérience acquises par leurs partenaires.

Berlin (Allemagne)

Avec un certain nombre d’autres villes, Berlin a collaboré avec le ministère fédéral de l’intérieur et de la communauté (BMI) pour piloter de nouvelles approches communautaires de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE) dans le cadre du projet Model Municipalities for Deradicalisation (MoDeRad). Tout au long du projet, le BMI a alloué des fonds et rencontré régulièrement la municipalité, avec le soutien d’un conseil consultatif d’experts, afin de comprendre les défis et les opportunités auxquels est confronté le P/CVE mené par les municipalités. Dans le cadre de ce projet pilote, l’IMC a cherché à ne pas reproduire le travail déjà effectué au niveau de l’État, mais à y ajouter des aspects significatifs au niveau local, et a identifié les possibilités de le faire.

Nebbi (Ouganda)

Le maire Ngriker Geoffrey travaille en étroite collaboration avec le commissaire du district régional (le représentant du président dans le district) pour assurer la sécurité et les efforts locaux de mise en œuvre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la criminalité. Ils organisent des réunions trimestrielles au cours desquelles ils échangent des informations et discutent des problèmes de sécurité frontalière et autres dans le district, notamment des conséquences locales de l’afflux de réfugiés en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) et des mouvements de personnes sans papiers qui traversent la frontière relativement poreuse.

Prishtina (Kosovo)

Prishtina collabore étroitement avec le ministère de l’intérieur au niveau national en ce qui concerne la prévention de la criminalité et la réinsertion et la réhabilitation des individus radicalisés. Sur ce dernier point, la ville collabore également avec les ministères des affaires sociales et de l’éducation, ainsi qu’avec la division de la prévention et de la réinsertion récemment créée au sein du ministère de l’intérieur, afin de garantir une approche de la R&R qui tienne compte de l’ensemble de la société. Dans un premier temps, les autorités locales ont surtout apporté leur soutien aux procédures administratives, par exemple en facilitant la délivrance de documents d’identification personnelle et l’inscription à l’école. Plus récemment, l’importance d’impliquer les autorités locales dans le processus de R&R a été reconnue.

Singra (Bangaldesh)

Singra a mis en place un bataillon d’action rapide et une unité de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale, qui collaborent avec les forces de l’ordre nationales pour atténuer les menaces terroristes au niveau local. Ces organes locaux cherchent à identifier et à traiter les cas potentiels de radicalisation vers la violence, ainsi qu’à coordonner la protection des cibles vulnérables et d’autres infrastructures à Singra.

Comté de Wajir (Kenya)

Avec les encouragements et le soutien du gouvernement national, le comté de Wajir a mis en place un forum d’engagement du comté (CEF) pour coordonner la mise en œuvre et l’évaluation du plan d’action du comté en matière de prévention et de lutte contre la pauvreté. Le CEF est coprésidé par le commissaire du comté, nommé par le gouvernement national, et par le gouverneur élu du comté. Il rassemble divers acteurs locaux, notamment des représentants du gouvernement du comté, de la société civile, du secteur privé, des chefs religieux, des anciens traditionnels, des groupes de jeunes, des groupes de femmes et des fonctionnaires de l’administration centrale. Centre national de lutte contre le terrorisme. La CEF travaille également en étroite collaboration avec d’autres parties prenantes du comté afin de mieux comprendre les besoins, les priorités et les capacités des communautés locales concernées. Le CEF est essentiel pour faciliter la mise en œuvre localisée et inclusive du cadre national de P/CVE.

La déclaration reste ouverte à l’approbation

La déclaration du maire de New York sur la lutte contre la haine, l’extrémisme et la polarisation a été approuvée par 113 dirigeants et peut encore être approuvée !

La déclaration énumère une série de mesures pratiques que ces maires s’engagent à prendre chez eux pour faire face à ces menaces tout en promouvant les droits de l’homme. Conformément à la mission des villes fortes, la déclaration comprend un engagement à continuer à partager et à apprendre les uns des autres pour relever ces défis.

Les maires, gouverneurs et autres dirigeants locaux qui souhaitent ajouter leur nom à la liste de ceux qui ont approuvé la déclaration des maires de la ville de New York peuvent le faire ici :

La déclaration a été approuvée par :

Maire Elizabeth Sackey, Accra, Ghana
Maire Ali Nizar, Addu, Maldives

Maire Timcho Mucunski, aérodrome, Macédoine du Nord

Maire Hamzeh Alzghoul, Ajloun, Jordanie

Maire Yousef Alshawarbeh, Amman, Jordanie

Maire Maxmillian Matle Iranqhe, Arusha, Tanzanie

Maire Mike Coffman, Aurora, Colorado, États-Unis

Maire Sharon Broome, Baton Rouge, Louisiane, États-Unis

Maire Melanie Kebler, Bend, Oregon, États-Unis

Maire Christian Hochgrebe, Berlin, Allemagne

Maire Reto Nause, Berne, Suisse

Maire Erich Fehr, Biel/Bienne, Suisse

Maire Ljubisa Petrovic, Bijeljina, Bosnie-Herzégovine

Maire Wild Ndipo, ville de Blantyre, Malawi

Maire Marta V Naszalyi, Budapest I, Hongrie

Maire Horacio Rodríguez Larreta, Buenos Aires, Argentine

Maire Helen Neale-May, municipalité métropolitaine de Buffalo City, Afrique du Sud

Maire Farah Dirie Warsame, Cadaado, Somalie

Maire Jean-Pierre (JP) Smith, Le Cap, Afrique du Sud

Maire Andis Salla, Cërrik, Albanie

Maire Tim Kelly, Chattanooga, Tennessee, États-Unis

Maire Henriette Reker, Cologne, Allemagne

Maire Andrew J. Ginther, Columbus, Ohio, États-Unis

Maire Gueye Daouda, Dakar, Sénégal

Maire Pape konare Diaite, Dakar, Sénégal

Maire Aleksandar Grgurovic, Danilovgrad, Monténégro

Président Durgesh Pathak, Delhi, Inde

Maire Shelley Oberoi, Corporation municipale de Delhi, Inde

Maire Kabir Golam, Dhamrai, Bangladesh

Maire Said Daoud Mohamed, Djibouti City, Djibouti

Maire Thomas Westphal, Dortmund, Allemagne

Maire Daithí de Róiste, Dublin, Irlande

Maire Mxolisi Kaunda, Durban, Afrique du Sud

Gouverneur Emil Elestianto Dardak, Java Est, Indonésie

Maire Amarjeet Sohi, Edmonton, Canada

Maire Gledian Llatja, Elbasan, Albanie

Maire Thomas Kufen, Essen, Allemagne

Maire Javier Ayala Ortega, Fuenlabrada, Espagne

Maire Austin Abraham, Gaborone, Botswana

Maire Landing B Sanneh, Mansakonko, Gambie

Maire Arben Taravari, Gostivar, Macédoine du Nord

Maire Andy Burnham, Grand Manchester, Royaume-Uni

Maire Jan van Zanen, La Haye, Pays-Bas

Maire Mehmet Ballazhi, Hani i Elezit, Kosovo

Maire Nandakumar Allagamuthu, Hatton, Sri Lanka

Maire Nancy Rotering, Highland Park, Illinois, États-Unis

Gouverneur Gladys Wanga, Homabay, Kenya

Maire Damir Šabanović, Jablanica, Bosnie-Herzégovine

Maire Mohamud Barise, Jowhar, Somalie

Maire Mohamed Amir Mohamed Nazeer, Kalutara, Sri Lanka

Maire Kadri Rahimaj, Kamenica, Kosovo

Maire Murtaza Wahab, Karachi, Pakistan

Maire Marcin Krupa, Katowice, Pologne

Maire Fatmir Dehari, Kicevo, Macédoine du Nord

Maire Dontario Hardy, Kinston, Caroline du Nord, États-Unis

Maire Berry Vrbanovic, Kitchener, Canada

Maire Wilson Kirk Fixer Sanya, Municipalité de Koboko, Ouganda

Maire Maksim Dimitrievski, Kumanovo, Macédoine du Nord

Maire Anwar Ali Luhur, Larkano, Pakistan

Maire Sadiq Khan, Londres, Royaume-Uni

Maire Said Yassin, Majdal Anjar, Liban

Maire Hanie Bud, Maluso, Philippines

Maire Himayat Ullah Mayaar, Mardan, Pakistan

Maire Florence Namayanja, ville de Masaka, Ouganda

Maire Alexander Vandersmissen, Malines, Belgique

Maire Valentina Angel, Medellín, Colombie

Maire Yusuf Jimale, Mogadiscio, Somalie

Maire Valérie Plante, Montréal, Canada

Maire Mazeena Bucker, Moratuwa, district de Colombo, Sri Lanka

Maire Shqiprim Arifi, Municipalité de Presevo, Serbie

Maire Joseph Matovu, Division de Nansana, Ouganda

Maire Regina Bakitte, Nansana, Ouganda

Maire Salina Hayat Ivy, Narayanganj, Bangladesh

Maire Geoffrey Ngiriker, Nebbi, Ouganda

Maire Ras J. Baraka, Newark, New Jersey, États-Unis

Maire de Ghayur Ali khan, Nowshera, Pakistan

Maire Beata Klimek, Ostrów Wielkopolski, Pologne

Maire Oscar Escobar, Palmira, Colombie

Maire Anne Hidalgo, Paris, France

Maire Gazmend Muhaxheri, Peja, Kosovo

Maire Zubair Ali, Peshawar, Pakistan

Maire Muhammad Haroon, Peshawar, Pakistan

Maire Olivera Injac, Podgorica, Monténégro

Maire Suzy Horton, Portsmouth, Royaume-Uni

Maire Përparim Rama, Prishtina, Kosovo

Maire Shaqir Totaj, Prizren, Kosovo

Maire Asmaa Rhlalou, Rabat, Maroc

Maire Hazem Badeh, Saida, Liban

Maire Benjamina Karic, Sarajevo, Bosnie-Herzégovine

Maire Mohammed Zobaier, Satkania, district de Chattogram, Bangladesh

Maire Melissa Blaustein, Sausalito, Californie, États-Unis

Maire Haji MD Abdul Gani, Savar, Dhaka, Bangladesh

Maire Bruce Harrell, Seattle, Washington, États-Unis

Maire Shri Surinder Chauhan, Shimla, Inde

Maire MD Zannatul Ferdous, Singra, Bangladesh

Maire Visar Ganiu, Skopje, Cair, Macédoine du Nord

Maire Danela Arsovska, Skopje, Macédoine du Nord

Maire Caroline Simmons, Stamford, Connecticut, États-Unis

Maire Karin Wanngård, Stockholm, Suède

Maire Jeanne Barseghian, Strasbourg, France

Maire Saud Ali, ville de Thinadhoo, Maldives

Maire Erion Veliaj, Tirana, Albanie

Maire Fozia Khalid Chaudhary, Toba Tek Singh, Pakistan

Gouverneur Philomenah Bineah Kapkory, comté de Trans Nzoia, Kenya

Maire Yalini Narenthiranath, Trincomalee, Sri Lanka

Maire Sharon Dijksma, Utrecht, Pays-Bas

Maire Marianne Alto, Victoria, Colombie-Britannique

Maire Habs Bonte, Vilvoorde, Belgique

Maire Sokol Haliti, Vitia, Kosovo

Gouverneur Ahmed Abdullahi, Wajir, Kenya

Maire Uwe Schneidewind, Wuppertal, Allemagne

Maire Thomas Zenker, Zittau, Allemagne

Maire Davie Maunde, Zomba, Malawi

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.