arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Un Guide Pour Les Maires: Prévenir et Répondre à la Haine, à l’Extrémisme et à la Polarisation

Dernière mise à jour :
17/09/2023
Date de publication :
13/09/2023
Type de contenu :

Remerciements

L’unité de gestion de Strong Cities aimerait remercier les nombreux maires et responsables municipaux qui ont contribué à ce guide par le biais d’entretiens, de discussions et d’enquêtes, ou dans le cadre d’activités de Strong Cities. Nous remercions tout particulièrement l’honorable Allison Silberberg, ancienne maire d’Alexandria, Virginie, États-Unis (2016-2019), qui a prodigué des conseils et un soutien essentiels tout au long de la rédaction de ce guide.

Cette publication a été rendue possible grâce au soutien généreux du ministère australien des Affaires étrangères et du commerce, de l’Union européenne et du département d’État américain. Les opinions exprimées ne reflètent pas forcément celles de l’ensemble des membres du Strong Cities Network, ses donateurs, ses partenaires et ses soutiens.

Institute for Strategic Dialogue (ISD)

L’institute for Strategic Dialogue (ISD) a collaboré avec des maires et des partenaires au niveau des gouvernements pour lancer Strong Cities lors d’une réunion pendant l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU en 2015. Depuis lors, l’ISD a accompagné et soutenu les membres de Strong Cities et mis en oeuvre ses programmes. L’ISD continue d’héberger l’Unité de management et met à disposition sa recherche et son expertise pour répondre aux besoins stratégiques et opérationnelles des villes et autorités locales autour du monde.

À Propos De Ce Guide

Le Strong Cities Network (Réseau des  Villes Fortes) travaille en étroite collaboration avec les maires1 du monde entier depuisson lancement en 2015 pour faire preuve de leadership dans la prévention et la réponse à la haine, à l’extrémisme et à la polarisation2 ainsi que pour contrer les niveaux croissants de désinformation. Au cours de cette période, de nombreux responsables locaux ont fait part de leur sentiment d’impréparation et de manque de soutien pour traiter ces questions au sein de leur ville et pour réagir en cas d’attaque. Ils ont souligné le manque d’occasions d’apprendre des autres maires qui ont administré leur ville après de tels incidents.

Les maires ont évoqué un large éventail de défis. Certains commencent par reconnaître que la lutte contre la haine et l’extrémisme n’est (ou n’était) pas une priorité pour eux, soit parce que ces phénomènes n’étaient pas considérés comme des menaces immédiates, soit parce que les maires n’étaient pas conscients du rôle qu’ils pouvaient jouer lorsqu’ils l’étaient. D’autres sont confrontés à des défis techniques, à des mandats limités et à un manque de connaissances, d’expérience et de ressources pour relever ces défis.

Bien que les menaces spécifiques puissent différer d’une ville à l’autre, Strong Cities a entendu des maires du monde entier dire qu’ils avaient besoin de plus de conseils concernant les diverses mesures préventives qui peuvent réduire la probabilité d’une attaque motivée par la haine ou l’extrémisme ou d’un incident apparenté et les moyens d’atténuer les dommages (qu’ils soient sociaux, économiques ou politiques) qu’ils peuvent infliger à une ville. Les maires ont également fait part de leur souhait d’avoir davantage d’occasions d’apprendre de leurs homologues, en particulier de ceux qui ont dirigé leur ville pendant de telles crises.

Ce guide recueille ces expériences et les présente de manière accessible aux maires et aux autres responsables locaux travaillant dans tous les contextes, qu’ils entrent en fonction pour la première fois ou qu’ils s’efforcent de faire de la lutte contre la haine et l’extrémisme une priorité plus importante dans leur ville.

Ainsi, le but de ce guide est d’aider à préparer les maires à faire face aux menaces de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation, ainsi qu’aux fausses informations, à la désinformation et aux récits conspirationnistes qui alimentent de plus en plus ces menaces.

Il souligne à la fois l’importance d’être proactif en prenant des mesures préventives pour construire des villes socialement inclusives et résilientes et de réagir de manière à minimiser les retombées sociales, économiques et autres qui peuvent résulter si et quand ces menaces se manifestent par de la violence. Ce guide fait en sorte de :

  • Répondre aux questions clés que les maires peuvent se poser pour faire face à ces défis, que ce soit lors de la préparation de leur entrée en fonction ou dans l’exercice de leurs fonctions.
  • Explorer des points de décision importants pour les maires dans la poursuite de la prévention et de la réponse lorsque ces menaces se manifestent par la violence.
  • Partager les bonnes pratiques et les leçons apprises d’autres maires, y compris celles liées à la construction de villes résilientes et solidaires dans divers contextes.

Conçu par des maires pour les maires

Ce guide s’appuie sur les expériences et les recommandations des maires pour réfléchir à leur rôle unique dans la lutte contre un ensemble de menaces de plus en plus localisées et interconnectées. Pour élaborer ce guide, l’unité de gestion du Strong Cities Network a interrogé plus de 75 maires, maires adjoints et autres responsables locaux, actuels et anciens, issus de contextes et de zones géographiques différents et a organisé des débats et des tables rondes avec eux.

L’unité de gestion s’est également appuyée sur plusieurs années d’expérience de travail direct avec des maires du monde entier sur la prévention et la réponse à la haine, à l’extrémisme et à la polarisation.


Avant-Propos

Allison Silberberg, ancienne maire d’Alexandria, Virginie, États-Unis (2016 -2019)

La question n’est pas de savoir si quelque chose arrivera, mais quand.

Cette déclaration provocatrice a assurément attiré mon attention alors que j’étais assise avec 15 autres nouveaux maires à l’école des  nouveaux maires de l’École d’administration publique Kennedy de Harvard fin 2015 – un mois seulement avant ma prestation de serment en tant que 88e maire d’Alexandria (Virginie). Après chaque incident tragique de violence motivée par la haine ou l’extrémisme, les gens disent souvent : « Je ne peux pas croire que cela se soit produit dans ma ville. Je ne m’attendais pas à ce que cela puisse arriver ici ». La triste réalité est que cela peut arriver n’importe où et n’importe quand.

Les maires, qu’ils soient nouvellement élus ou en poste depuis longtemps, doivent être préparés.

Allison Silberberg, Former Mayor of Alexandria, Virginia, USA (2016 – 2019)

Les maires, qu’ils soient nouvellement élus ou en poste depuis longtemps, doivent être préparés.

La mission de ce Guide à l’usage des maires pour prévenir et répondre à la haine, l’extrémisme et la polarisation du Strong Cities Network est de vous aider, en tant que maires et responsables locaux de villes du monde entier, à endiguer la marée montante de la haine, de la désinformation, de l’extrémisme violent et de l’autoritarisme. Ce guide propose des moyens pour vous aider à renforcer les institutions démocratiques et la société civile qui sont actives dans vos communautés. Ne pas se préparer est un plan et c’est un plan d’échec. Ce guide est proactif et pratique, il fournit aux maires une feuille de route pour préparer leurs villes et leurs communautés. Ce guide est fait par des maires et pour les maires.

Ce guide a été conçu pour être personnel. Être maire, c’est une affaire personnelle. En tant que maire, vous connaissez votre commune et vous vous y intéressez de près. Les habitants s’adressent à vous pour que vous leur fournissiez des services et que vous résolviez leurs problèmes. Se concentrer sur la prévention et se préparer à l’éventualité d’une crise est une responsabilité cruciale qui nous incombe en tant que maires. Nous préparons nos communautés à être résilientes. Et nous, en tant que maires, pouvons nous aider mutuellement.

Le Strong Cities Network a rencontré des maires et des responsables locaux du monde entier, anciens et actuels, afin d’apprendre comment ils réagissent aux menaces. Nous avons également interrogé les maires, et ce guide reflète en grande partie ce que nous avons appris au cours de cette enquête : les leçons et les meilleures pratiques de nos collègues maires.

Je suis passionné par le partage de ces connaissances parce que, par une matinée tranquille de juillet 2017, 18 mois après le début de mon mandat de maire, le quand s’est produit dans ma ville. Sans avertissement, un homme armé, qui s’était rendu dans ma ville d’Alexandria depuis un autre État situé à quelques heures de là, a ouvert le feu sur un terrain de baseball où des membres du Congrès américain, leurs assistants et d’autres personnes s’entraînaient en vue d’un match de baseball annuel de bienfaisance. Les membres du Congrès et d’autres personnes présentes sur le terrain frappaient et attrapaient des balles un instant avant d’être pris pour cible. Deux agents de la police du Capitole, qui se trouvaient avec les membres du Congrès, ont immédiatement fait face au tireur. Trois officiers de la police d’Alexandria sont arrivés dans les deux minutes qui ont suivi. Ensemble, les cinq officiers ont tué le tireur au cours d’une fusillade acharnée. Cinq personnes présentes sur le terrain, dont des membres du Congrès et un officier, ont été grièvement blessées par le tireur. D’autres ont subi des blessures moins graves. Par miracle, tous ont survécu. Toutes les équipes de sécurité publique ont agi rapidement et avec bravoure. Ma ville et notre pays ont été et sont profondément reconnaissants.

Après la fusillade, notre chef de police a envoyé des officiers et d’autres intervenants de première ligne pour faire du porte-à-porte dans les quartiers adjacents.

Cet après-midi-là, le chef de la police, le chef des pompiers, le shérif et moi-même nous sommes rendus ensemble dans le quartier le plus proche de la fusillade pour rassurer les habitants sur leur sécurité. Plusieurs chefs religieux de notre ville ont organisé des veillées aux chandelles dans toute la ville. Cette nuit-là, la communauté a défilé dans la rue principale du quartier où la fusillade avait eu lieu. Notre communauté s’est unie et s’est montrée forte.

J’étais très fier de notre ville et j’ai exprimé la gratitude de la ville à l’égard des femmes et des hommes qui ont servi avec tant de courage ce matin-là et j’ai dit que nous, en tant que communauté, étions en train de prier pour les blessés. J’ai dit avec force que cet incident ne nous définissait pas.

Il y a eu de nombreux héros. La porte où le tireur avait commencé à tirer était fermée à clé. Ce portail verrouillé a sauvé des vies car il a empêché le tireur d’entrer sur le terrain à cet endroit. Une semaine plus tard, j’ai appris qu’un employé du service des parcs vérifiait la nuit (de son propre chef, bien après sa journée de travail !) que ce portail était bien verrouillé. Ce fut un rappel extraordinaire du fait que le personnel de la ville doit savoir que son rôle à tous les niveaux est important et que notre ville compte sur lui et lui en est reconnaissante. Le sens de la mission de notre personnel municipal est crucial.

Voici mes cinq conseils à l’intention des maires :

Premièrement, préparez votre équipe. J’ai commencé mon mandat par un exercice sur table3, que j’ai demandé dès mon entrée en fonction. J’ai organisé une réunion des cadres supérieurs de notre ville et de tous les responsables de l’équipe de sécurité publique afin de m’assurer que le personnel principal connaissait son rôle en cas d’urgence et qu’il disposait des coordonnées actuelles des uns et des autres car, en cas de crise, les personnes occupant ces fonctions doivent savoir ce qu’elles doivent faire et comment se joindre instantanément les unes les autres. Vous n’avez pas le temps de vous rendre à votre bureau et de prendre un classeur sur l’étagère pour savoir ce qu’il faut faire ou qui appeler. Les secondes comptent. Quel que soit leur niveau, tous les membres du personnel municipal doivent savoir que leur rôle est important et qu’il incombe au maire de veiller à ce qu’ils le sachent.

Deuxièmement, engagez-vous de manière proactive auprès des communautés de la ville. N’attendez pas qu’une crise survienne pour le faire. Comme l’avait suggéré Marty Walsh, alors maire de Boston, lors du séminaire, j’ai créé un conseil interreligieux au début de mon mandat avec les chefs religieux de notre communauté. Dans les heures qui ont suivi la fusillade, de nombreux responsables religieux ont organisé des veillées aux chandelles dans toute la ville cette nuit-là afin d’aider les habitants à se rassembler et à trouver la force de surmonter le choc d’une telle violence. Un conseil réunissant des chefs religieux de toutes les communautés contribue à renforcer la résilience.

Troisièmement, soyez inclusif. Dès le début de mon mandat, j’ai rédigé la Déclaration sur  l’inclusion de notre ville, qui a été approuvée par le conseil municipal. Cette déclaration a été affichée dans toute la ville. L’inclusion renforce la résilience. Ce n’est pas après un incident qu’il faut définir ce que l’on est en tant que communauté.

Il est important de s’élever rapidement contre la désinformation et la haine sous toutes leurs formes, quelle qu’en soit la cible. Lorsque des tracts racistes ont été affichés au milieu de la nuit à Alexandria, j’ai immédiatement condamné cet acte, déclarant qu’il ne reflétait pas les valeurs de notre ville, qui sont fondées sur l’inclusion.

Quatrièmement, soyez un auditeur actif. J’ai organisé des cafés mensuels ouverts à tous dans la communauté, où nous étions assis en cercle et où les résidents me faisaient part de leurs préoccupations et de leurs idées. J’étais accessible et j’étais là pour aider.

Cinquièmement, communiquez et soyez transparent. Après la fusillade, j’ai envoyé par courrier électronique une déclaration officielle et d’autres mises à jour et j’ai rédigé une chronique dans les journaux locaux. En tant que maire, j’ai donné la priorité à un engagement ferme en faveur d’une communication rapide, de la transparence et de l’engagement civique.

Je reconnais que chaque ville et chaque incident sont différents. Cependant, après avoir partagé des expériences avec d’autres maires qui ont été confrontés à des crises présentant des similitudes avec celle que j’ai connue, je pense que chaque responsable local sera confronté à des points de décision et à des questions qu’il devra se poser afin d’être aussi préparé que possible à prévenir un incident et à y répondre efficacement s’il se produit.

Ce Guide pour les maires de Strong Cities, premier du genre, est destiné à vous aider, vous et votre communauté, à être mieux préparés, plus réactifs et plus résilients. Ensemble, nous pouvons nous aider mutuellement à devenir plus forts et plus en sécurité.

Cela fait partie de notre mission principale en tant que dirigeants et constitue le fondement de la mission de Strong Cities.


Introduction

La haine et l’extrémisme, en particulier lorsqu’ils se manifestent par la violence, sont généralement considérés comme des problèmes de sécurité nationale. Les dirigeants nationaux et les gouvernements centraux ont mené des discussions sur la meilleure façon de prévenir ces menaces et d’y répondre, en mettant souvent l’accent sur l’utilisation des outils de la police, du renseignement et de l’armée pour lutter contre les manifestations de violence. Il n’est pas surprenant que les maires aient rarement été considérés comme des acteurs pertinents et donc inclus dans ces discussions. Ce n’est souvent qu’au lendemain d’un attentat que les dirigeants locaux s’impliquent activement, notamment en défendant les besoins et les priorités de leurs communautés touchées par la violence.

Cependant, l’expérience montre que les maires ont un rôle de plus en plus important à jouer dans la lutte contre ces menaces, qui va bien au-delà de la consolation des survivants et de leurs familles. Ces menaces sont de plus en plus localisées : les groupes extrémistes exploitent les griefs politiques, sociaux et économiques locaux pour recrute et mobiliser d’autres personnes, et la ligne de démarcation entre les menaces en ligne et les dommages hors ligne devient plus floue que jamais. L’évolution de la menace nécessite une approche plus décentralisée pour y faire face. Ceci devrait inclure la participation directe des dirigeants locaux qui comprennent et peuvent représenter leurs villes à un niveau que les décideurs politiques nationaux ne peuvent pas atteindre.

Présentation du guide

Le rôle d’un maire dans la lutte contre la haine, l’extrémisme et la polarisation peut s’étendre de la poursuite proactive des efforts de prévention, que ce soit en s’engageant avec les communautés ou les résidents individuels qui rendent plus difficile l’émergence de ces menaces dans leur ville et renforcent sa résilience, à l’assurance que la ville soit prête à répondre si un incident se produit, et à la direction de la réponse dans la foulée si la violence se produit. Bien que l’étendue du mandat et de l’autorité du maire varie probablement en fonction du contexte local, en termes généraux, le rôle du maire peut impliquer, notamment, ce qui suit :

  • Tirer parti de leurs compétences en matière de communication et de leur position pour atteindre tous les quartiers de la ville.
  • Superviser et coordonner les différents départements et services de l’administration locale.
  • Puiser dans les relations avec les électeurs et les organisations locales de la ville.
  • Orienter les priorités, les politiques, les programmes et l’affectation des ressources au niveau de la ville.

Plusieurs ingrédients sont nécessaires pour qu’un maire remplisse efficacement ce rôle.

  • Cela commence par un engagement à donner la priorité à la prévention parallèlement aux (ou dans le cadre des) priorités plus traditionnelles des maires, par exemple en matière de tranquillité publique, de bien-être social, d’urbanisme et d’éducation.
  • Pour répondre à cette priorité, un maire devra généralement superviser un ensemble adapté de politiques et de cadres stratégiques, un mécanisme de coordination ou tout autre mécanisme pour mettre en cohérence les activités des différents services municipaux, des partenaires communautaires et, si nécessaire, du gouvernement central, ainsi qu’un engagement soutenu pour renforcer les capacités des acteurs gouvernementaux locaux et d’une série de parties prenantes communautaires qui peuvent agir en tant que partenaires pour rendre leur ville plus sure, plus pacifique et plus résistante à la haine, à l’extrémisme et à la polarisation.

Il s’agit d’un rôle multidimensionnel et souvent difficile, mais qu’un nombre croissant de dirigeants locaux du monde entier assument chaque jour. Ce guide vise à soutenir les maires dans cet effort et à permettre à d’autres de les rejoindre. Il rassemble les expériences de plus de 75 dirigeants locaux issus de contextes et de territoires différents afin de présenter les bonnes pratiques, les leçons apprises, les exemples et les recommandations pour aider à guider et inspirer les maires à se préparer et à faire face à une multitude de défis.

Le guide est divisé en trois sections afin d’aider les maires à différentes étapes de leur mandat :

  • Préparation : considérations pour
  • la prévention et la réponse au moment de l’entrée en fonction
  • Prévention : construire des communautés résilientes
  • Réponse : coordonner une réponse au lendemain d’un incident extrémiste violent et gérer les retombées à moyen et long terme

Ce Guide a pour but d’aider les maires à examiner les défis urgents en matière de paix et d’inclusion dans leur ville et de les inciter à explorer de nouvelles solutions en réponse aux tendances émergentes et aux priorités de leurs habitants. Les exemples et recommandations suivants doivent être considérés à la lumière du contexte unique dans lequel un maire exerce ses fonctions et adaptés aux priorités, besoins, opportunités et limites de sa ville.

Les citations, conseils et recommandations figurant dans ce guide ont tous été fournis par des maires et d’autres responsables locaux, réfléchissant au rôle d’un maire dans la lutte contre la haine, l’extrémisme et la polarisation. Beaucoup ont demandé que leur contribution soit imputée à leur ville plutôt qu’à leur personne, une demande que Strong Cities a respectée.

Qu’entendons-nous par haine, extrémisme et polarisation ?

Il n’existe pas de définition universellement partagée de ces concepts, et l’approche de chaque ville doit s’adapter au cadre légal et s’appuyer sur les droits fondamentaux et l’État de droit. La haine, l’extrémisme et la polarisation sont – au niveau le plus simple – des défis sociaux qui minent la cohésion sociale, qui peuvent mener à la violence et avoir des impacts à long terme sur les fondements socio- économiques d’une ville. Qu’il s’agisse d’intolérance entre les communautés et de rejet de l’ « autre », de sentiments de non-appartenance, d’une division croissante entre les différentes communautés au sein d’une ville, ou encore – dans leur forme la plus explicite – de violence motivée par la haine ou l’extrémisme, ces menaces ont de multiples manifestations et de multiples causes. Strong Cities se réfère à ces thématiques de manière globale, en reconnaissant que toutes trois sont à la fois les causes et les conséquences de disparités sociales, économiques et politiques, de marginalisation, d’instabilité et de violence, et que toutes trois appellent nécessairement à une réponse localisée prenant en compte les griefs propres au contexte qui peuvent les alimenter.

1 2 3 4 5 6

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.