arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Renforcer le rôle des villes africaines dans la prévention de l’extrémisme et de la haine : cartographie des besoins et des priorités des villes – Nairobi

Date de publication :
13/05/2022
Type de contenu :
Partager :

— 31 minutes temps de lecture

Vue d’ensemble

Du 10 au 12 mai 2022, le Réseau des villes fortes a réuni plus de 65 maires et autres responsables locaux, représentants de la société civile et hauts fonctionnaires de gouvernements nationaux et d’organismes multilatéraux d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe pour un échange de points de vue sur la meilleure façon de soutenir les efforts déployés par les villes et autres autorités locales pour prévenir la violence et la polarisation motivées par l’extrémisme et la haine.1. Le rassemblement multipartite comprenait des fonctionnaires et des experts d’Afrique du Sud, de Djibouti, d’Éthiopie, du Kenya, du Malawi, du Mozambique, du Rwanda, de Somalie, du Soudan, de Tanzanie et d’Ouganda, ainsi que de l’Union africaine, de l’IGAD, de l’UNOCT, du PNUD, d’UN Habitat, de l’UNOPS, d’autres réseaux de villes, notamment l’Association des gouvernements locaux d’Afrique de l’Est et le Parlement mondial des maires, ainsi que les ambassades britannique, danoise, néerlandaise et américaine à Nairobi. L’atelier financé par l’UE fait partie d’une initiative plus large soutenue par l’UE pour cartographier les besoins et les priorités en matière de prévention au niveau des villes à travers l’Afrique.

Parmi les sujets abordés figuraient le paysage de la menace de la haine et de l’extrémisme dans la région, du point de vue des villes et des autres acteurs locaux ; les avantages comparatifs des villes et des autres autorités locales en matière de prévention, ainsi que les politiques et les infrastructures nécessaires pour les exploiter ; les défis auxquels les villes de la région sont confrontées pour exploiter leur potentiel de prévention, et la manière dont les organismes et les réseaux internationaux, régionaux et sous-régionaux peuvent aider les villes à les surmonter. De Blantyre à Cabo Delgado, en passant par Le Cap, Dar es Salaam, Djibouti, Kampala, Mombasa, Nebbi, Tshwane, Mogadiscio et Kismayo, l’atelier a bénéficié d’un éventail de perspectives diverses sur le paysage de la menace et sur les forces et les limites des approches existantes en matière de prévention et de lutte contre la menace.

Vous trouverez ci-dessous les principales conclusions et les prochaines étapes proposées à l’issue de ces discussions, qui se sont déroulées dans le cadre de la règle de Chatham House. Vous trouverez un aperçu plus détaillé de chaque conclusion et de chaque étape suivante dans les deux sections suivantes du présent document.

Les opinions exprimées dans ce document ne représentent pas nécessairement celles des participants à l’atelier, ni celles de l’UE ou de Strong Cities (y compris ses membres et son unité de gestion).

1 Au cours de l’atelier, les participants ont discuté de la pertinence d’une série d’autorités infranationales dans l’espace de prévention : les capitales, les villages isolés, les petites villes, les comtés et les autres gouvernements régionaux. Ce résumé – et Villes fortes de manière plus générale – utilise le terme “villes” pour englober toutes ces variations.

Principaux enseignements

  1. La menace de l’extrémisme en Afrique de l’Est et en Afrique australe est aggravée par des problèmes importants liés à la toxicomanie (des jeunes), au commerce illicite de stupéfiants, à la violence des gangs, aux raids, à la violence fondée sur le sexe et à d’autres formes de désordre social.
  2. Les communautés frontalières et les villages ruraux sont négligés dans les efforts de prévention et manquent généralement de ressources et d’équipements pour fournir des services publics suffisants.
  3. Les autorités locales sont des acteurs essentiels mais négligés dans la prévention de la violence et de la polarisation motivées par la haine et l’extrémisme en Afrique de l’Est et en Afrique australe.
  4. Bien que le rôle vital des autorités locales en matière de prévention soit reconnu, le mandat de prévention de l’extrémisme et d’autres formes de violence fondée sur la haine incombe toujours en grande partie aux gouvernements centraux.
  5. Parmi les principaux obstacles à la coopération nationale-locale (CNL) en matière de prévention dans la région, citons l’absence d’accord entre les autorités nationales et locales sur la nature du problème (par exemple, sécurité ou social) et de compréhension commune des rôles et responsabilités pour y faire face, ainsi que l’absence de mécanismes et de processus visant à instaurer la confiance et à faciliter la coopération entre les différents niveaux de gouvernement.
  6. L’inclusion et l’instauration d’un climat de confiance (national-local et local-local) ont été soulignées comme des éléments essentiels à la réussite des efforts de prévention menés par l’ensemble de la société.
  7. Dans l’ensemble, le CLN, la coordination et la communication devraient être renforcés dans la région ; les autorités locales devraient envisager de s’unir de manière proactive pour engager le gouvernement central à cette fin.
  8. La communauté internationale des donateurs et le paysage mondial de la prévention devraient donner la priorité à l’établissement de liens avec les autorités locales en matière de prévention afin d’atténuer les risques d’une dépendance excessive à l’égard des gouvernements centraux en ce qui concerne le financement et les autres ressources dont ces autorités ont besoin pour remplir leur rôle essentiel en matière de prévention.
  9. Les villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe bénéficieraient d’un plus grand nombre d’occasions de partager leurs connaissances et leurs expériences et de parler franchement entre elles des défis et des réussites en matière de prévention dans la région.
  10. Strong Cities peut servir de tierce partie efficace pour aider les villes de la région à reconnaître et à exploiter leurs avantages comparatifs dans la prévention de la polarisation et de la violence motivée par l’extrémisme et la haine.

Prochaines étapes

  1. Strong Cities s’appuiera sur la dynamique de cet atelier en organisant des consultations virtuelles individuelles avec les participants intéressés, afin d’approfondir les besoins et les priorités au niveau de la ville identifiés lors de l’atelier.
  2. Strong Cities devrait élaborer un plan pour le rôle des villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe en matière de prévention.
  3. Strong Cities devrait jouer le rôle de rassembleur des autorités locales, pays par pays, dans le but d’améliorer la coopération locale et nationale et de renforcer la capacité des villes à élaborer des politiques et des programmes de prévention.
  4. Par le biais du Hub régional de Strong Cities East & Southern Africa qui sera bientôt lancé, Strong Cities devrait faire un effort concerté pour s’assurer que les villes de cette région sont constamment en contact avec les organismes internationaux pertinents sur l’agenda de la prévention.
  5. Le réseau Strong Cities East & Southern Africa Hub devrait servir d’organe de coordination entre les approches régionales/multilatérales, nationales et locales de la prévention.

Principaux enseignements

Cette section décrit plus en détail les dix points clés susmentionnés. Celles-ci sont divisées en plusieurs points à prendre en compte : 1) le paysage des menaces et 2) réponse.

Le paysage des menaces

1. La menace de l’extrémisme en Afrique de l’Est et en Afrique australe est aggravée par des problèmes importants liés à la toxicomanie (des jeunes), au commerce illicite de stupéfiants, à la violence des gangs, aux raids, à la violence fondée sur le sexe et à d’autres formes de désordre social.

Les participants de plusieurs villes, dont Dar es Salaam (Tanzanie) et Le Cap, ont évoqué le problème omniprésent des gangs criminels locaux, dont les membres commettent des délits allant du petit vol au pillage et au meurtre. Les participants ont noté que ces derniers sont souvent un point d’entrée dans les mouvements extrémistes et que les efforts déployés dans la région pour prévenir la violence motivée par la haine et l’extrémisme peuvent et doivent s’inspirer des réponses apportées aux gangs et aux autres activités criminelles. Les participants ont à leur tour recommandé d’intégrer les réponses à la violence motivée par la haine et l’extrémisme dans les efforts plus larges de protection de la communauté, à la lumière des liens entre les différentes formes de criminalité et d’autres comportements antisociaux dans la région. En effet, les responsables municipaux et les représentants de la société civile de toute la région ont noté que les autorités locales devraient toujours s’efforcer de tirer parti des services, ressources et programmes publics existants dans leur réponse à la montée de la haine et de l’extrémisme à laquelle elles sont confrontées.

La valeur des efforts déployés pour relever ces défis dans le cadre plus large de la protection de la communauté et du service public a été encore soulignée par les défis spécifiques au contexte identifiés au cours de l’atelier. De nombreux participants ont indiqué, par exemple, que les conflits locaux concernant les ressources agricoles et autres ressources foncières, qui sont exacerbés par le changement climatique, les griefs économiques et les différends intertribaux sont également des sources de polarisation communautaire et peuvent servir à aggraver la menace de la violence extrémiste et fondée sur la haine. Les services publics existants qui répondent aux besoins socio-économiques et à d’autres besoins fondamentaux peuvent donc également être mis à profit pour prévenir la violence motivée par la haine et l’extrémisme.

2. Les communautés frontalières et les villages ruraux sont négligés dans les efforts de prévention et manquent généralement de ressources et d’équipements pour fournir des services publics suffisants.

Les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe sont confrontés à la difficulté supplémentaire de frontières poreuses que les extrémistes et d’autres acteurs mal intentionnés exploitent pour radicaliser et recruter d’autres personnes pour la violence et pour étendre leur présence dans la région. Le problème des mouvements transfrontaliers a été évoqué tout au long de l’atelier, et les participants ont souligné qu’il était aggravé par le manque de ressources et de soutien dont souffrent les villages et communautés frontaliers pour faire face aux entrées et sorties d’extrémistes. L’absence d’échange d’informations normalisées signifie également que ce flux d’extrémistes n’est pas signalé aux autorités compétentes et qu’il n’a donc souvent que peu ou pas de conséquences.

Répondre à la menace

3. Les autorités locales sont des acteurs essentiels mais négligés dans la prévention de la violence et de la polarisation motivées par la haine et l’extrémisme en Afrique de l’Est et en Afrique australe.

L’atelier a révélé que les responsables municipaux de la région souhaitent s’impliquer de manière significative dans la prévention et se donner les moyens d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques et des programmes de prévention. Les participants ont reconnu, par exemple, que les extrémistes utilisent les griefs locaux comme points d’entrée dans de nouvelles communautés, en exploitant les besoins et les tensions intercommunautaires et intracommunautaires pour recruter. Dans ce contexte, ils ont également reconnu que les villes et les autres autorités locales sont les mieux placées pour réagir, étant donné leur proximité avec la population locale et leur capacité à tirer parti de l’offre de services publics existante.

Les villes sont les plus proches des gens, elles connaissent le problème, savent par où commencer et qui impliquer [to respond].

Représentant de la société civile

Le rôle des autorités locales dans le développement d’une “identité locale” a été souligné, les participants notant que cela peut contribuer à renforcer la résilience en faisant en sorte que les citoyens se sentent liés les uns aux autres et en favorisant la confiance dans les institutions gouvernementales locales. Cet objectif peut être atteint grâce à des campagnes de communication qui présentent une identité locale inclusive qui englobe toutes les ethnies et tribus d’une ville donnée. Certains participants ont noté que cela était particulièrement important dans le contexte de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe, où de forts sentiments d’identité ethnique et tribale ont parfois débouché sur des tensions et des violences intertribales. Le développement d’une identité locale inclusive peut également aider les autorités municipales à mobiliser différents acteurs locaux dans leurs efforts de prévention – dans le cadre d’une approche “globale de la société” visant à protéger les communautés – pour finalement construire un front local unifié contre l’extrémisme.

4. Bien que le rôle vital des autorités locales en matière de prévention soit reconnu, le mandat de prévention de l’extrémisme et d’autres formes de violence fondée sur la haine incombe toujours en grande partie aux gouvernements centraux.

Les participants ont identifié l’absence de mandat au niveau du gouvernement local comme l’un des obstacles les plus importants à l’implication locale dans la prévention. Si, dans certains contextes (par exemple au Kenya), le gouvernement central a transféré la responsabilité de la prévention non liée à l’application de la loi aux gouvernements des comtés, cela reste l’exception dans la région. Même au Kenya, les participants ont noté qu’il y avait encore du travail à faire, car seuls huit comtés sur 47 ont mis en place un plan d’action localisé contre l’extrémisme violent et peu de ces huit comtés disposent des ressources nécessaires pour donner la priorité à la mise en œuvre de ce plan.

En outre, les participants ont noté que dans les rares cas où un mandat a été donné aux gouvernements locaux, cela se fait souvent sans consulter les acteurs locaux et/ou sans fournir aux autorités locales les ressources et la formation souvent nécessaires pour leur permettre de remplir ce mandat. Les participants ont convenu que l’élaboration de stratégies nationales de prévention devait s’appuyer sur des consultations avec les acteurs locaux, notamment les autorités locales, les praticiens et les groupes démographiques sous-représentés tels que les femmes et les jeunes. Des fonds et d’autres ressources doivent également être mis à la disposition des autorités locales pour leur permettre de remplir le rôle qui leur est assigné dans le cadre national. Un processus consultatif et une ligne de communication mutuelle et ouverte entre les acteurs locaux et le gouvernement central ont été perçus comme essentiels à la mise en œuvre efficace des stratégies nationales de prévention. En outre, ce processus devrait rester en place même après le lancement d’une stratégie nationale, afin de garantir que les autorités locales et les autres acteurs locaux puissent fournir un retour d’information sur la manière dont ils progressent dans la mise en œuvre de leur mandat, et sur la manière dont le gouvernement central peut les aider à le faire.

Nous sommes reconnaissants à Strong Cities d’avoir convoqué des représentants des autorités nationales et locales de mon pays pour discuter de ces questions importantes ; c’est la première fois que nous nous trouvons dans la même pièce que des représentants des ministères du gouvernement national pour échanger des points de vue sur la prévention de la violence extrémiste dans notre pays.

Haut représentant de l’administration locale

Certains participants ont fait valoir qu’une un processus consultatif est nécessaire dans les approches régionales et multilatérales de la prévention – Bien que de nombreuses institutions multilatérales soient actives dans la région sur le thème de la prévention de l’extrémisme violent (notamment le PNUD, l’UNOCT, l’ONUDC, l’UA, l’IGAD et la Communauté de l’Afrique de l’Est), ces institutions n’impliquent que rarement les autorités locales. En outre, il a été souligné que la coordination entre eux est limitée, ce qui entraîne des doubles emplois et, dans certains cas, une certaine confusion.

En outre, les participants ont indiqué que les gouvernements nationaux de la région sont plus susceptibles de fonder leurs stratégies et leurs plans d’action sur les cadres de prévention et les recommandations élaborés par les Nations unies ou les organismes régionaux en Afrique, plutôt que sur les besoins locaux et les perspectives en matière de menace et de réponse.

Les politiques nationales de la région doivent être définies par des politiques et des priorités locales plutôt que par des cadres globaux.

Participant

5. Parmi les principaux obstacles à la coopération nationale-locale (CNL) en matière de prévention dans la région, citons l’absence d’accord entre les autorités nationales et locales sur la nature du problème (par exemple, sécurité ou social) et de compréhension commune des rôles et responsabilités pour le résoudre, ainsi que l’absence de mécanismes et de processus visant à instaurer la confiance et à faciliter la coopération entre les différents niveaux de gouvernement.

Au cours d’une discussion sur la mise en œuvre des bonnes pratiques du Forum mondial contre le terrorisme (GCTF) pour le renforcement des CLN dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE) dans la région, les participants ont fait remarquer que la P/CVE est encore largement confondue avec la lutte contre le terrorisme, et donc considérée comme relevant de la responsabilité des agences de sécurité nationale. Les participants se sont inquiétés du fait qu’il sera difficile d’impliquer davantage les autorités locales tant que le cadre national de la prévention restera trop axé sur la sécurité. Ceci est corroboré par les premières conclusions d’un exercice de cartographie mené par RUSI sur les forces et les faiblesses des CLN liés à la prévention et à la lutte contre la criminalité organisée en Afrique de l’Est et du Sud, dans le cadre d’une initiative du SCN visant à créer une boîte à outils pour la mise en œuvre des bonnes pratiques de l’initiative GCTF. Ces premiers résultats suggèrent que, dans toute la région, il existe une certaine confusion et des divergences quant à la question de savoir si le P/CVE relève du gouvernement national et/ou des autorités locales. Certains ont noté que Strong Cities et d’autres tiers peuvent contribuer à résoudre ce problème en encourageant les gouvernements nationaux et locaux à faire la distinction entre la P/CVE et la lutte contre le terrorisme, en démystifiant la prévention et en la présentant comme faisant partie intégrante des efforts déployés par les villes pour protéger les communautés, plutôt que comme une question de sécurité explicite. Le recours à une tierce partie neutre peut également atténuer les risques de politisation des discours sur la P/CVE et la lutte contre le terrorisme. Ces risques peuvent être accrus lorsque des représentants de différents partis politiques sont impliqués.

Un autre obstacle à la participation locale et aux CLN est le manque général de coordination (et de processus clairs pour la faciliter) entre les niveaux local et national dans l’ensemble de la région. Selon la cartographie susmentionnée de RUSI, dans certains contextes comme le Soudan et le Mozambique, il n’existe que peu ou pas de mécanismes d’interaction entre les acteurs gouvernementaux nationaux et locaux. Les participants ont remarqué que ce manque de coordination est particulièrement évident dans des processus tels que le partage d’informations, où ils ont noté, par exemple, que les gouvernements centraux semblent réticents à partager des données pertinentes avec les autorités locales et vice versa, et que cela peut entraîner des réponses dispersées et mal informées à la haine et à l’extrémisme. Les participants ont expliqué comment les dispositions pratiques – du format de l’échange d’informations aux canaux utilisés – peuvent contribuer à normaliser ce processus et à faire en sorte que rien ne passe à travers les mailles du filet.

En outre, les participants ont noté que l’amélioration de la compréhension des parties prenantes concernées, tant au niveau national que local, sur les questions suivantes (a) quel type d’information doit être partagé et à qui, et (b) ce qu’il faut faire une fois que vous avez reçu cette information est un élément clé de l’amélioration du CNL.

6. L’inclusion et l’instauration d’un climat de confiance (national-local et local-local) ont été soulignées comme des éléments essentiels à la réussite des efforts de prévention menés par l’ensemble de la société.

Tout au long des discussions, les participants ont souligné l’importance d’instaurer la confiance entre les acteurs des gouvernements nationaux et locaux, ainsi qu’entre les gouvernements locaux et la société civile. Les participants ont indiqué que le manque de réactivité des acteurs gouvernementaux nationaux et locaux aux préoccupations des citoyens était un obstacle majeur à l’instauration de la confiance, soulignant la nécessité pour les titulaires de charges publiques d’être accessibles aux personnes qu’ils servent. Au Cap, par exemple, les participants ont félicité le gouvernement provincial d’avoir organisé les “premiers jeudis”, où les membres du public sont invités le premier jeudi de chaque mois à dialoguer directement avec les fonctionnaires, que ce soit pour donner leur avis ou simplement pour ouvrir une ligne de communication sur les besoins spécifiques des citoyens.

Les participants ont souligné que de telles approches, qui favorisent la responsabilité, la transparence et la bonne gouvernance locale, peuvent contribuer à améliorer la confiance dans les institutions gouvernementales et à renforcer le sentiment d'”identité locale”, comme décrit dans le document clé 3. Cela permet également aux fonctionnaires d’apprendre quels sont les efforts de prévention et de protection de la communauté qui fonctionnent et ceux qui doivent être améliorés (par exemple, où les besoins des citoyens sont satisfaits et où ils ne le sont pas), et leur permet d’adapter la politique et la programmation en conséquence.

L’inclusion a également été soulignée comme une composante essentielle de la prévention. Pour permettre une approche de la prévention véritablement “globale”, les politiques et programmes concernés doivent être inclusifs dans la manière dont ils sont élaborés et mis en œuvre : comme nous l’avons mentionné, les cadres nationaux et locaux de prévention devraient être alimentés par des acteurs locaux multidisciplinaires et des groupes démographiques historiquement sous-représentés, notamment les femmes, les jeunes et les communautés qui vivent à la périphérie des zones urbaines et/ou dans des localités rurales, semi-isolées.

7. Dans l’ensemble, le CLN, la coordination et la communication devraient être renforcés dans la région ; les autorités locales devraient envisager de se regrouper de manière proactive pour engager le gouvernement central à cette fin.

Tout en reconnaissant que la responsabilité de donner un mandat de prévention aux autorités locales incombe aux gouvernements centraux, certains participants ont critiqué la tendance des autorités locales à attendre passivement ce mandat. Les participants ont suggéré que les autorités locales recensent et identifient les ressources existantes qu’elles peuvent exploiter pour prévenir la haine et l’extrémisme, en consultant à cette fin la société civile locale et les acteurs communautaires de leur juridiction. Elles devraient ensuite se réunir avec d’autres autorités locales de leur pays pour identifier les besoins communs et le rôle qu’elles envisagent de jouer dans la prévention de la haine et de l’extrémisme. Les autorités locales devraient présenter collectivement cette vision à leurs gouvernements nationaux dans le but d’obtenir l’adhésion et le soutien nécessaires à la réalisation de leur rôle en matière de prévention. Les participants ont encouragé Strong Cities à faciliter ces consultations.

En outre, les participants ont réfléchi au rôle de la société civile, en particulier au fait que les acteurs de la société civile sont confrontés à un manque de communication de la part des gouvernements locaux et nationaux. De ce fait, nombre d’entre elles ne savent pas quelle est leur place dans la stratégie de prévention générale et n’ont pas la possibilité d’informer les gouvernements nationaux et locaux de leur point de vue sur la menace et de faire part de leurs besoins (par exemple, en matière de finances et de ressources) pour pouvoir répondre à la menace. Cela souligne encore l’importance de disposer de mécanismes de coordination efficaces et durables entre les niveaux national et local, ainsi que des consultations susmentionnées : les autorités locales devraient consulter les acteurs de la société civile dans leur localité sur leurs besoins et leurs perspectives concernant la menace, et devraient veiller à ce que ce processus de consultation fasse partie de l’élaboration et de la mise en œuvre de plans d’action de prévention localisés.

8. La communauté internationale des donateurs et le paysage mondial de la prévention devraient donner la priorité à l’établissement de liens avec les autorités locales en matière de prévention afin d’atténuer les risques d’une dépendance excessive à l’égard des gouvernements centraux en ce qui concerne le financement et les autres ressources dont ces autorités ont besoin pour remplir leur rôle essentiel en matière de prévention.

Bien que le CLN soit essentiel à une approche efficace de la société dans son ensemble pour prévenir la haine, l’extrémisme et la polarisation, et bien qu’un mandat national de prévention soit une étape importante pour permettre un leadership local dans cet espace, certains participants ont fait remarquer que les acteurs locaux devraient veiller à ne pas trop dépendre des gouvernements centraux à cet égard. À ce titre, les participants ont souligné que les villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe devaient être mieux reliées à la communauté internationale des donateurs et à l’architecture mondiale de prévention. Cela peut assurer une certaine durabilité en termes de ressources et de financement, par exemple dans les situations où l’évolution de la dynamique politique d’un pays a une incidence sur la volonté politique et le mandat de soutien aux autorités locales. Les participants ont suggéré que Strong Cities est bien placé pour relier les villes au paysage mondial de la prévention et des donateurs (voir Next Step 4).

9. Les villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe bénéficieraient d’un plus grand nombre d’occasions de partager leurs apprentissages et leurs expériences et de parler franchement entre elles des défis et des réussites de la prévention dans la région.

Les participants ont exprimé le souhait d’avoir davantage d’occasions, que ce soit au niveau national ou régional, de partager les enseignements, les défis et les expériences au niveau local afin de réaliser leur potentiel en tant que leaders dans le domaine de la prévention. Il est important de noter que les participants ont fait des remarques sur les points suivants la nécessité d’impliquer dans ces opportunités des villes et d’autres localités qui ne sont pas nécessairement confrontées à une menace extrémiste tangible. Trop souvent, l’accent est mis sur les contextes où la menace de violence motivée par la haine et l’extrémisme a déjà pris racine et où les acteurs de la sécurité sont déjà engagés – ce qui a souvent pour effet d’évincer les parties prenantes non liées à la sécurité. Cela laisse également peu d’espace pour se concentrer sur les mesures de prévention précoce, c’est-à-dire celles où le rôle des autorités locales est particulièrement important.

10. Villes fortes peut servir de tierce partie efficace pour aider les villes de la région à reconnaître et à exploiter leurs avantages comparatifs dans la prévention de la polarisation et de la violence motivée par l’extrémisme et la haine.

Tout au long de l’atelier, les participants ont souligné les moyens par lesquels le RCS peut renforcer le leadership local et l’appropriation de la prévention dans la région. Par exemple, ils ont suggéré que le RCS aide les villes à obtenir un mandat de prévention de la part de leur gouvernement central, qu’il convoque les villes dans et entre les pays de la région et qu’il serve de passerelle entre les approches régionales/multilatérales de la prévention, les stratégies et les cadres nationaux et les applications locales.

Qu’est-ce qui fait une “ville forte” ?

Les participants ont été invités à proposer les éléments clés d’une ville “forte” d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe. Parmi les personnes identifiées, on peut citer

Prochaines étapes

Sur la base des principales conclusions de l’atelier, cette section propose une série de mesures que Villes fortes et d’autres institutions peuvent prendre pour aider les villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe à réaliser leur plein potentiel en tant que chefs de file de la prévention de la violence extrémiste et fondée sur la haine.

1. Strong Cities s’appuiera sur la dynamique de cet atelier en organisant des consultations virtuelles individuelles avec les participants intéressés, afin d’approfondir les besoins et les priorités au niveau de la ville identifiés au cours du programme de trois jours.

Ce rapport comprendra une série de recommandations pour l’empreinte et l’engagement du réseau et d’autres institutions dans la région à l’avenir. Les résultats de cet exercice de cartographie serviront également à déterminer la portée et l’ampleur des activités du Hub régional de Strong Cities East & Southern Africa, qui sera lancé dans les mois à venir.

2. Strong Cities devrait élaborer un plan pour le rôle des villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe dans la prévention.

Il servira à la fois de manuel pour les autorités locales de la région en vue de l’élaboration de politiques et de programmes de prévention, et de ressource que les autorités locales peuvent présenter à leur gouvernement central pour obtenir le soutien nécessaire à la mise en œuvre de ces politiques et programmes. Ce manuel peut contribuer à résoudre certains problèmes liés à l’amalgame trop centralisé et sécurisant entre la prévention et la lutte contre le terrorisme et peut permettre aux villes de comprendre clairement leur rôle essentiel en matière de prévention. Ce projet devrait également tenir compte des villes et villages plus petits et plus ruraux, ainsi que des villes où l’extrémisme ne constitue pas, pour l’instant, une menace tangible.

3. Villes fortes devrait jouer le rôle de rassembleur des autorités locales, pays par pays, dans le but d’améliorer la coordination locale et les CLN et de renforcer la capacité des villes à élaborer des politiques et des programmes de prévention.

En vertu de son appartenance mondiale et de son accès à l’architecture mondiale de prévention, Strong Cities est bien placé pour renforcer les capacités des autorités locales et des acteurs de terrain en matière de prévention, y compris l’infrastructure locale nécessaire pour favoriser une approche multidisciplinaire de la prévention axée sur les droits de l’homme, la façon d’engager les jeunes dans une capacité significative et durable, le suivi et l’évaluation, entre autres. Strong Cities devrait également tirer parti de son expérience de plus de six ans dans l’organisation d’échanges entre villes, d’ateliers régionaux et de sommets mondiaux, pour réunir les villes et autres autorités infranationales pays par pays, les aider à mettre en œuvre le plan d’action susmentionné et les soutenir dans l’amélioration des CLN (par exemple, par la mise en œuvre de l’initiative Bonnes pratiques du GCTF NLCque Strong Cities a contribué à développer).

4. Par le biais du Hub régional de Strong Cities East & Southern Africa, le Réseau devrait faire un effort concerté pour s’assurer que les villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe sont toujours en contact avec les organismes internationaux compétents.

Tout au long de l’atelier, il est apparu clairement que les institutions multilatérales ont généralement négligé les villes d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe dans l’élaboration de leurs cadres et programmes de prévention mondiaux, régionaux et sous-régionaux. Villes fortes peut servir de pont entre l’action locale et les paysages multilatéraux de la prévention, en faisant entendre la voix des maires et les perspectives des villes qu’ils dirigent sur la scène mondiale. Pour ce faire, le Réseau travaillera avec les partenaires concernés dans la région pour s’assurer que les autorités locales sont invitées, par exemple, aux réunions du groupe de travail du GCTF, aux réunions pertinentes de l’ONU, y compris la 77e session de l’Assemblée générale de l’ONU en 2022, où Strong Cities présentera les résultats du rapport de cartographie susmentionné.

5. Le réseau Strong Cities East & Southern Africa Hub devrait servir d’organe de coordination entre les approches régionales/multilatérales, nationales et locales de la prévention.

Alors que la prochaine étape 4 envisage un rôle pour Strong Cities dans l’amplification des voix locales sur la scène mondiale, cette étape envisage un rôle pour le Réseau en tant que mécanisme de coordination entre les niveaux de réponse régionaux/multilatéraux, nationaux et locaux. Entre autres, le Hub régional de Strong Cities East & Southern Africa devrait régulièrement réunir (virtuellement et/ou en personne) les organismes multilatéraux, les gouvernements nationaux et locaux et la société civile de la région en vue d’améliorer la communication et la collaboration entre chaque partie. En outre, le centre régional devrait aider les villes à traduire les bonnes pratiques internationales et les cadres et stratégies nationaux en actions locales. Cela garantit que Strong Cities soutient un flux vertical mutuel et exploitable d’échange d’expériences et de pratiques, et aide à résoudre le décalage signalé entre les perspectives multilatérales, nationales et locales de la menace et les besoins de réponse.

Ressources

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.