arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Une réponse sécuritaire seule ne pourrait pas protéger les écoliers de Mpondwe

Auteur(s) :
East & Southern Africa Regional Hub
Date de publication :
09/07/2023
Type de contenu :
Partager :

— 9 minutes temps de lecture

Des proches des écoliers Mpondwe pleurent devant la morgue où les corps des victimes ont été emportés. Luke Dray/EPA, via Shutterstock, publié dans le NY Times

Le 17 juin, des militants présumés des Forces démocratiques alliées (ADF) ayant des liens avec l’État islamique ont attaqué l’école secondaire de Lhubiriha à Mpondwe, dans le district de Kasese, situé dans le sud-ouest de l’Ouganda. Trente-sept jeunes étudiants, qui étudiaient pour un avenir meilleur, figuraient parmi les personnes tuées, et d’autres ont été enlevées.

Mpondwe est proche de la frontière avec la République démocratique du Congo, qui est connue pour être un refuge ADF depuis plus d’une décennie maintenant. Cette dernière attaque souligne non seulement la menace qui pèse sur la région, mais constitue un rappel supplémentaire qui donne à réfléchir au bilan humain dévastateur que la violence extrémiste et les atrocités terroristes font peser sur les communautés locales, en particulier dans les zones frontalières vulnérables.

Une semaine après l’attaque, lors de la troisième conférence de haut niveau des chefs d’agences antiterroristes des Nations Unies à New York, les discussions ont noté que la moitié des décès dus au terrorisme dans le monde en 2022 se sont produits en Afrique subsaharienne, avec une menace croissante ” plus complexe et décentralisé ».

Renforçant cette dure réalité, l’attaque contre l’école de Mpondwe ne fera qu’encourager les gouvernements nationaux à renforcer davantage leurs mesures antiterroristes axées sur la sécurité et à redoubler de coopération pour lutter contre les activités militantes à travers le continent. Cue plus de coopération militaire via le L’Union africaine , rejointe par des entreprises régionales coordonnées entre autres par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), avec une gamme d’approches allant du partage de la sécurité et du renseignement à la lutte contre le financement du terrorisme et le trafic d’armes.

Par exemple, l’EAC a investi dans les efforts de paix avec le déploiement d’une Force régionale d’Afrique de l’Est pour lutter contre le terrorisme en RDC , et le dialogue se poursuit pour faire face aux menaces posées par les groupes rebelles ADF et le Mouvement du 23 mars/Armée révolutionnaire congolaise (M23) . Les partenaires internationaux jouent également leur rôle, intensifiant leur assistance et promettant un soutien financier et autre aux efforts de lutte contre le terrorisme. Comme l’ a récemment noté l’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield, les États-Unis ont fourni près de 8 milliards de dollars d’aide au secteur de la sécurité depuis 2019. En mars 2023, le président Biden a soumis au Congrès un plan décennal pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité dans les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest que sont le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée et le Togo, ainsi qu’Haïti, la Libye, le Mozambique et la Papouasie. Nouvelle Guinée.

Pourtant, ce que l’ attaque de l’école de Mpondwe montre à nouveau clairement, c’est qu’une réponse de sécurité régionale ne peut être qu’une partie de la solution.

Le besoin tout aussi urgent et sans doute à plus long terme est le soutien aux communautés locales et les stratégies de prévention et comment réagir face à une telle violence. Ce besoin est encore plus aigu dans les cantons et villages frontaliers de certaines des régions les plus vulnérables du continent. Suite à l’attaque de l’école de Mpondwe, à la fin d’un briefing préliminaire du Centre Africain d’Etude et de Recherche sur le Terrorisme est venu un avertissement sévère :

Conscient du fait que le terroriste[sic] a passé deux nuits sans être détecté lors de l’engagement local, indique un manque extrême de sensibilisation de la communauté résultant d’un engagement communautaire inadéquat … L’Ouganda doit s’engager dans une stratégie d’engagement communautaire… ainsi que sensibiliser et sensibiliser la population, en particulier les communautés frontalières, aux menaces imminentes posées par les groupes terroristes.

Le système décentralisé de l’Ouganda fournit une structure au niveau du village pour assumer la responsabilité de la sécurité et de la sûreté publique. Cela prend la forme d’ unités de défense locales (UDL). Cependant, ces UDL manquent actuellement de ressources et d’équipements pour être efficaces. Le partage d’informations au niveau local et avec celui-ci est également insuffisant. Lors d’un dialogue Strong Cities en avril 2023 à Entebbe, en Ouganda , des maires et d’autres dirigeants locaux, ainsi que des représentants du ministère ougandais de l’intérieur, ont noté que les maires et d’autres dirigeants locaux sont souvent exclus des comités de sécurité . En fait, certains dirigeants locaux choisissent d’organiser des réunions de sécurité alternatives par le biais des structures existantes des conseils locaux inférieurs pour obtenir les informations nécessaires et trouver des moyens de faire face aux menaces à la sécurité locale. Plutôt que de créer des structures parallèles, ce qu’il faut, c’est une approche qui intègre les autorités locales dans l’appareil de sécurité et de sûreté publique destiné à protéger leurs communautés.

Des travaux supplémentaires sont également nécessaires pour relier les efforts aux niveaux national et local, un point central du travail de Strong Cities avec l’Ouganda . Bien qu’il y ait eu des efforts au niveau national pour impliquer les communautés locales dans la P/CVE (par exemple, dans la rédaction de la stratégie nationale de P/CVE et de lutte contre le terrorisme de l’Ouganda), la stratégie elle-même reste largement inconnue des dirigeants et des communautés locales et a besoin à mettre à jour pour intégrer les contributions et les opportunités présentées par l’engagement des parties prenantes locales.

Considérez cela à la lumière de l’attaque de Mpondwe. Un groupe armé formé dans les années 1990 en tant que mouvement d’opposition ougandais, qui s’est réfugié dans des régions reculées de la RDC, engendre une nouvelle aile prétendument liée à l’État islamique. Le groupe se glisse à travers une frontière rurale poreuse et dans de petits villages peu peuplés, et resterait dans la région pendant deux jours avant de lancer une attaque contre une école et de se retirer de l’autre côté de la rivière Mpondwe. Pendant cette période, malgré certains rapports de renseignement faisant état de leur présence, les villages n’ont pas été en mesure de reconnaître la menace. Il n’y avait pas de système d’alerte précoce efficace en place; pas moyen d’appeler le support.

Une assistance accrue en matière de sécurité et une sensibilisation aux zones frontalières sont des besoins évidents, tout comme une meilleure coordination entre l’appareil de sécurité nationale dans les capitales et les dirigeants locaux dans les régions les plus reculées du pays. Il va sans dire que la lutte contre le flux d’activités illicites à travers les frontières vulnérables, en particulier à la périphérie des États touchés par un conflit, devrait être une priorité renouvelée. Mais qu’en est-il de la prévention et de la résilience à plus long terme des communautés ? Et comment les nations africaines et les partenaires internationaux peuvent-ils faire plus pour émanciper, responsabiliser et travailler avec les communautés locales sur la prévention et la réponse, plutôt que de simplement déployer des forces de sécurité supplémentaires ?

Lors de l’événement Strong Cities Entebbe, un haut responsable de la sécurité nationale ougandaise a observé :

Nous voyons notre pays de plus en plus aux prises avec différentes formes d’extrémisme et de terrorisme. Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour se rassembler comme si nous étions ici pour trouver une voie à suivre et se concentrer sur la prévention.

Aucune de ces questions n’a de réponses faciles, mais il doit être prioritaire de se concentrer sur une approche plus ascendante qui reconnaît non seulement la vulnérabilité de ces zones frontalières, mais aussi leurs atouts et leurs avantages comparatifs . Ils sont peut-être les plus durement touchés, et ce sont peut-être leurs enfants qui ont été victimes de cette attaque odieuse, mais la réponse ne doit pas être de les considérer comme des victimes passives d’attaques ou comme des bénéficiaires impuissants de l’aide à la sécurité.

Les gouvernements locaux et les communautés connaissent mieux que quiconque la nature de leurs vulnérabilités spécifiques et la meilleure façon d’orienter les offres d’assistance. Ils ont tant à partager qui peuvent éclairer les gouvernements nationaux et la communauté internationale sur la façon dont les frontières sont exploitées. Leurs connaissances et leur proximité devraient être mobilisées pour servir de mécanisme d’alerte précoce afin d’éviter les risques et menaces potentiels avant qu’ils ne conduisent à des atrocités comme Mpondwe. Ils doivent être engagés, soutenus, responsabilisés et défendus s’il doit y avoir une stratégie durable axée sur la prévention pour faire face à l’instabilité, à la violence et au terrorisme dans les régions frontalières de l’Afrique.

Comme M. Muhindi Bukombi Eliphaz, président du district de Kasese, l’a dit au Strong Cities Network à la suite de l’attaque contre une école dans son district :

Nous devons faciliter le comité de district en cas de catastrophe avec une infrastructure de transport et de communication fiable et fournir un soutien psychosocial aux familles endeuillées et aux membres de la communauté touchés, ainsi qu’assurer le déploiement de la sécurité dans les zones sujettes aux atrocités.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devons être à l’écoute et impliquer les communautés en tant que partenaires.

Le réseau des villes fortes et son centre régional pour l’Afrique orientale et australe (ESA) (hébergé par l’ Association des gouvernements locaux d’Afrique de l’Est) soutient les villes et les gouvernements locaux ougandais dans leur plaidoyer en faveur d’un engagement et d’une implication accrus dans les processus nationaux de politique/prise de décision, en développant une compréhension commune de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation, et en s’inspirant et en alimentant le réseau Strong Cities de plus de 185 membres qui s’efforce d’améliorer les politiques et programmes de prévention efficaces menés par les villes. En Ouganda, le centre régional de l’ESA travaille en étroite collaboration avec les maires et les gouvernements locaux, ainsi qu’avec le ministère de l’intérieur, pour s’assurer que la stratégie nationale de P/CVE et de lutte contre le terrorisme est à la fois éclairée par les besoins et les priorités des communautés et mise en œuvre au niveau local. niveau local.

Une réponse sécuritaire seule ne suffira pas à relever ces défis et à protéger ceux qui sont dans le collimateur. Un élément clé de la solution doit être de renforcer les efforts de détection précoce qui exploitent le potentiel des gouvernements locaux, galvanisent les communautés locales et catalysent le développement d’une prévention locale adaptée aux dynamiques locales.

Author

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.