arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Centre régional pour l’Asie du Sud : Atelier régional sur les approches inclusives et pilotées par les villes pour prévenir la haine, l’extrémisme et la polarisation

Date de publication :
04/08/2023
Type de contenu :
Partager :

— 5 minutes temps de lecture

Atelier régional sur les approches inclusives et municipales de la prévention de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation

Les 2 et 3 août 2023, Strong Cities a réuni près de 40 maires et autres responsables municipaux, organisations de la société civile et représentants des gouvernements nationaux du Bangladesh, de l’Inde, des Maldives, du Pakistan et du Sri Lanka à Colombo pour le deuxième atelier régional de 2023 de son centre régional pour l’Asie du Sud. Avec le soutien de l’Union européenne et du Département d’État américain, l’atelier a fourni une occasion rare de réunir les gouvernements locaux de toute la région pour des discussions au niveau du travail afin d’approfondir la compréhension de la façon dont les villes peuvent jouer un rôle plus important dans la résolution des problèmes liés à la haine et à l’extrémisme qui sont traditionnellement considérés comme relevant de la responsabilité des gouvernements nationaux et des agences de sécurité. Alors que certains participants ont discuté des progrès réalisés depuis l’atelier inaugural de février, de nombreuses parties prenantes se sont jointes à cette conversation pour la première fois, l’atelier servant à catalyser le partage structuré de bonnes pratiques, d’expériences locales et d’enseignements tirés tant au niveau régional qu’au niveau national. Les participants ont souligné l’urgence de ce dialogue dans toute la région. Il existe peu d’autres possibilités, en Asie du Sud, d’amener les gouvernements locaux à discuter des questions de cohésion sociale et de paix sur des sujets sensibles et liés à la sécurité, tels que la haine et l’extrémisme.

Après avoir passé en revue les principaux obstacles à la paix et à l’harmonie sociale au niveau local dans les cinq pays, l’atelier a présenté un certain nombre d’initiatives menées par les autorités locales pour renforcer la résilience des communautés. Ces efforts couvrent un large éventail, allant d’initiatives visant à promouvoir le dialogue interculturel à Delhi, en Inde, et de programmes destinés à soutenir l’intégration des personnes déplacées à l’intérieur du pays depuis les zones touchées par les catastrophes à Mardan, au Pakistan, à la mise en place d’efforts de réconciliation post-conflit plus vastes, comme à Trincomalee, au Sri Lanka, ou au rôle qu’ils jouent dans ces efforts. Pour chacune des pratiques examinées, les participants ont souligné l’importance d’une solide coordination à plusieurs niveaux. Il s’agit de la coopération nationale-locale (CNL) et de la coordination multipartite au niveau local, à la fois entre les différents départements et services d’une ville, et entre les villes et les organisations communautaires et autres partenaires de la société civile. Les discussions sur la mise en place d’une coordination efficace et d’une approche globale de la société en matière de prévention ont également porté sur la nécessité d’intensifier les efforts d’inclusion, en particulier auprès des jeunes, des femmes, des minorités et des groupes marginalisés. Les villes ont souligné que ces efforts doivent s’inscrire dans la durée et s’appuyer sur des partenariats de confiance dans lesquels ces groupes sont considérés comme des partenaires dans la conception d’efforts efficaces de prévention, de sensibilisation et de résilience, capables d’offrir un point de vue unique sur la manière dont les défis locaux affectent les communautés différemment.

Avec le lancement en septembre des nouveaux guides de Strong Cities pour les maires et les villes(disponibles dès maintenant via le Centre de ressources), les participants ont souligné le rôle unique et souvent essentiel que jouent les maires et les praticiens municipaux dans les contextes d’Asie du Sud pour prévenir et répondre à la haine et à l’extrémisme. Les maires, ont souligné les participants, sont en mesure d’apporter des changements positifs au sein de leurs communautés en incluant la participation de la base dans la prise de décision locale, en allouant des ressources, en développant des stratégies locales et en responsabilisant les parties prenantes locales souvent négligées. Toutefois, pour avoir un impact, les participants ont souligné qu’il était nécessaire de transcender la partisanerie politique en faveur du développement communautaire. De même, les fonctionnaires municipaux et les administrations locales jouent un rôle essentiel en favorisant le dialogue et la communication ouverte avec les parties prenantes de la communauté et en répondant à leurs besoins par la fourniture de services quotidiens. Les participants ont expliqué comment les administrations locales, en servant les dirigeants politiques locaux successifs, peuvent les aider à soutenir, construire et tirer parti des mécanismes, des politiques et des programmes de prévention.

Les principaux enseignements tirés de l’atelier sont les suivants :

Téléchargements

Rapport d'événement
Nouvelles et événements

Restez au courant des dernières nouvelles, des articles et des rapports d’événements

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.