arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Sommet de l’Afrique : Soutenir les efforts des villes pour lutter contre la haine, l’extrémisme et la polarisation

Date de publication :
21/12/2021
Type de contenu :
Partager :

— 3 minutes temps de lecture

Ci-dessus : Les intervenants à l’événement étaient issus d’organisations multilatérales, de gouvernements nationaux et locaux et de la société civile de pays tels que l’Ouganda, le Mozambique, le Kenya, le Nigeria, le Cameroun et le Maroc.

Au cours des dernières années, le réseau des villes fortes a travaillé dans plusieurs villes d’Afrique, en particulier au Kenya et au Nigeria, pour soutenir les efforts menés par les villes contre la haine, la polarisation et l’extrémisme. Nous avons notamment travaillé avec les gouvernements des comtés et les organisations locales de la société civile pour mieux comprendre la conception du programme PVE, les défis et les bonnes pratiques.

Dans le but de poursuivre son travail sur le grand continent, Strong Cities a organisé un sommet africain : Soutenir les efforts des villes pour lutter contre la haine, l’extrémisme et la polarisation entre fin novembre et début décembre 2021. Pendant cinq jours, des sessions de deux heures ont été organisées pour réunir différents experts et parties prenantes sur une série de sujets pertinents relatifs à la prévention de l’extrémisme violent en Afrique. Des intervenants représentant des agences internationales telles que l’ONUDC, le PNUD, la coprésidence allemande du groupe de travail du GCTF pour l’Afrique de l’Ouest, ainsi que des représentants de la société civile locale, des gouvernements nationaux et locaux de pays tels que l’Ouganda, le Mozambique, le Kenya, le Nigeria, le Cameroun et le Maroc ont été invités à présenter et à partager leurs expériences contextuelles uniques.

Les sessions ont porté sur des sujets tels que l’amélioration de la coopération nationale-locale en matière de PVE ; la planification et la coordination d’actions multipartites et le rôle des villes et des gouvernements infranationaux ; l’approche “globale de la société” en matière de PVE au cours de la conférence COVID-19 ; et l’inclusion des jeunes dans la PVE. Les intervenants ont notamment recommandé d’améliorer et de promouvoir la coopération entre les organisations internationales, les gouvernements locaux et nationaux et les organisations locales de la société civile. Les intervenants ont souligné l’importance de poursuivre les discussions et d’organiser des événements réguliers entre les parties prenantes et les praticiens concernés afin de garantir l’échange d’enseignements sur l’évaluation des menaces, la cartographie du contexte et la conception des programmes d’EPV dans différentes villes, pays et régions.

Les approches multipartites se sont avérées efficaces dans la mise en œuvre des activités PVE et les discussions ont mis en évidence la nécessité d’une coopération entre les différentes parties prenantes, telles que le secteur privé, les autorités locales, les praticiens de la santé et les institutions religieuses. En outre, les orateurs ont souligné la recrudescence de problèmes tels que la pauvreté, le manque d’accès aux services et le chômage, ainsi que l’amplification des griefs existants causée par la pandémie de COVID-19. Les défis posés par la pandémie soulignent la nécessité pour les gouvernements locaux et nationaux et les organisations locales de redoubler d’efforts pour atténuer la marginalisation des communautés vulnérables. Enfin, les intervenants ont discuté de l’inclusion des jeunes dans les programmes de PVE et l’une des recommandations formulées est que les activités de PVE doivent être intéressantes et adaptées à l’âge pour garantir la participation des jeunes.

Dans les prochaines étapes, Strong Cities étendra son réseau et ses activités sur le continent africain, en s’engageant auprès d’un plus grand nombre de représentants des villes et de la société civile au cours de l’année à venir. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les villes fortes en Afrique, veuillez nous envoyer un courrier électronique à l’adresse suivante : [email protected].


Image


Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.