arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Renforcer la coopération transatlantique au niveau des villes pour prévenir l’extrémisme, la haine et la polarisation : Le rôle des maires et des villes – Expériences américano-nordiques

Date de publication :
02/06/2022
Type de contenu :
Partager :

— 25 minutes temps de lecture

Vue d’ensemble

Dans le cadre des efforts déployés par le réseau des villes fortes pour promouvoir une action plus axée sur les droits de l’homme et menée au niveau local contre la violence motivée par l’extrémisme et la haine, Strong Cities dirige une initiative visant à renforcer la coopération transatlantique entre les villes, en facilitant le partage des tendances, des approches et des enseignements en matière de prévention entre les dirigeants locaux et les gouvernements des États-Unis et de la région nordique. L’initiative reconnaît que les villes et les communautés des deux côtés de l’Atlantique sont confrontées à un ensemble hybride de menaces qui n’ont été qu’exacerbées pendant la pandémie de COVID-19. L’extrémisme entraîne la polarisation et la division au sein des communautés et la généralisation de la désinformation, de la conspiration et de l’extrémisme menace les valeurs et les institutions démocratiques.

Dans le cadre d’une visite d’une semaine à Helsinki en avril 2022, par une délégation de 13 dirigeants locaux et praticiens des États-Unis, Strong Cities, en collaboration avec l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), a organisé une conférence sur le thème de l’environnement. Villes sûres nordiques (NSC), le ministère finlandais de l’intérieur et la ville d’Helsinki, ont réuni des dirigeants et des praticiens locaux, ainsi que des représentants des gouvernements nationaux de toute la région nordique pour un atelier interactif de deux jours axé sur le renforcement de la coopération américano-nordique en matière d’efforts de prévention menés à l’échelon local.

Les participants ont partagé leurs expériences, les enseignements tirés et les défis à relever sur un certain nombre de sujets liés à la prévention, notamment

Vous trouverez ci-dessous un résumé des principaux thèmes abordés lors de l’atelier. Les discussions ont été menées dans le cadre de la règle de Chatham House. Les opinions exprimées dans ce document sont basées uniquement sur les discussions de l’atelier et ne représentent pas nécessairement les opinions du RCS – de ses membres ou de son unité de gestion – du NSC, de l’ambassade des États-Unis à Helsinki, du ministère finlandais de l’Intérieur, de la ville d’Helsinki ou de tout autre participant à l’atelier.

Thèmes clés

1. Renforcer la résilience et la confiance des communautés : l’échange d’informations et le leadership local comptent

Les participants ont souligné l’importance de la communication et de la transparence entre les différentes parties prenantes, fondement essentiel d’une planification et d’une coopération solides et efficaces en matière de prévention. Des partenariats ouverts et de confiance permettent également de mieux comprendre la situation au niveau local et d’établir des points d’entrée pour des interventions et d’autres engagements préventifs.

Les participants ont souligné que la transparence et la communication des agences responsables sont essentielles pour rassembler les membres de la communauté et démontrer la clarté des actions entreprises pour traiter ces cas. Cette approche permet aux parties prenantes d’aborder les griefs de front et aux membres de la communauté d’identifier les agences et les acteurs qui peuvent les soutenir dans de telles circonstances. De nombreux programmes communautaires présentés et discutés au cours de l’atelier ont mis en évidence l’importance et les avantages des approches multi-agences et multi-disciplinaires. Des exemples, tels que le modèle finlandais Anchor (“Ankkuri”) et le modèle danois Info-house, qui privilégient la mise en place d’équipes multidisciplinaires et multipartites (par exemple, services répressifs, santé mentale, services sociaux, autres partenaires le cas échéant) travaillant en collaboration et de manière holistique. Ces modèles favorisent une approche au cas par cas, de sorte que les évaluations des risques, les plans d’intervention et les ressources sont adaptés et répondent aux besoins de chaque individu. En Finlande, il a été noté que les familles de jeunes à risque s’engagent volontairement auprès des équipes d’intervention Anchor et, même dans les familles où l’un des parents (ou les deux) a un casier judiciaire, elles sont souvent enthousiastes et heureuses que leurs enfants participent au programme Anchor afin de leur offrir un meilleur avenir.

Un large consensus s’est dégagé sur le fait que la circulation rapide des informations entre les différents acteurs est cruciale non seulement pour instaurer et renforcer la confiance entre les partenaires, mais aussi pour élaborer des stratégies locales contextualisées et des plans d’intervention sur mesure. Les participants finlandais ont approuvé, notant que le partage d’informations était également un fondement de son approche, avec une législation en place permettant le partage entre les autorités municipales afin de faciliter et de permettre le transfert rapide et efficace des données pertinentes entre tous les acteurs concernés. Les participants américains ont souligné le rôle clé joué par les centres Fusion jouer le rôle de plaque tournante et de centre de distribution des informations relatives aux menaces entre les différents niveaux de gouvernement et le secteur privé, et alimenter un réseau national, en apportant un contexte et des perspectives critiques sur les menaces et en constituant un canal d’information clé pour les équipes de réaction aux crises, permettant aux praticiens de déterminer quelles interventions ou autres suivis sont nécessaires.

Au-delà du partage d’informations, un autre thème clé de l’atelier a été l’importance – et la nécessité – pour la police et les dirigeants locaux de faire preuve de leadership, de se montrer, d’être visibles et actifs au sein de leurs communautés. Les participants ont souligné à quel point cela était crucial, tant dans les interactions quotidiennes que dans les moments de crise. Nombre d’entre eux ont noté que la capacité des autorités à entrer en contact et à s’engager efficacement avec les communautés en période de crise était directement liée et soutenue par les investissements qu’elles ont réalisés pour établir des relations et une confiance au quotidien.

Compte tenu des tendances mondiales, il n’est pas surprenant d’entendre les participants s’inquiéter du rôle des médias traditionnels et en ligne dans l’amplification, et souvent la multiplication, de la portée et de l’impact des discours de haine. Les participants des deux côtés de l’Atlantique ont noté les dommages considérables que de tels rapports peuvent causer en érodant et en brisant les liens, la confiance et les relations durement gagnés entre les différentes communautés. Ils ont noté que la police locale peut et doit jouer un rôle crucial dans ces circonstances, à la fois par son leadership et par ses actions, pour rassembler les communautés et renforcer les messages sur la compassion, la communauté, l’acceptation, la diversité, l’inclusion et la cohésion sociale.

2. L’importance de la culture numérique dans la prévention de l’extrémisme, de la haine et de la polarisation

Il y a également eu beaucoup de discussions et de préoccupations concernant l’évolution rapide de la menace, rendue encore plus complexe par l’hybridation des idéologies, les prises de position politiques inconsidérées et la militarisation des questions litigieuses, ainsi que par une série d’attaques très médiatisées qui encouragent et inspirent les gens. Les participants ont noté que, dans le passé, les efforts se sont concentrés sur la prévention du recrutement des jeunes vulnérables et des personnes à risque par des groupes extrémistes violents ; mais l’attrait et l’accès aux communautés en ligne ont considérablement modifié l’environnement de la menace. Les plateformes en ligne, souvent dotées d’une modération minimale ou de fonctionnalités de communication liées aux jeux, ont constitué un terreau fertile pour l’extrémisme violent, les discours haineux et les théories du complot, et ont facilité l’accès à des personnes vulnérables en quête de contacts. Les participants ont discuté de la manière dont cela continuait à permettre la radicalisation rapide d’acteurs solitaires et à donner accès à des sources d’inspiration infinies, à des manifestes, à des tactiques et à des attaques très médiatisées qui peuvent servir de “plans” pour de futures attaques. Il est beaucoup plus difficile et complexe d’identifier les individus vulnérables à la radicalisation et d’empêcher la planification et la réalisation d’attentats. Les menaces émanant d’acteurs solitaires et de petites cellules suivant des idéologies “radicales” d’extrême droite ou d’ISIS et/ou d’Al-Qaïda étaient en tête de liste des préoccupations de tous les participants.

L’extrémisme de droite, glorifié en ligne par des individus prônant l’anarchisme, l’effondrement des gouvernements et tentant de déclencher des guerres raciales, a été au cœur de ces discussions. Les participants ont expliqué que des groupes tels que le Mouvement de résistance nordique (MRN) – un groupe d’extrême droite opérant en Suède et dans toute la région et ayant des alliances en Europe, aux États-Unis et ailleurs – restent une menace. Interdit en Finlande en 2020, le NRM continue d’exercer une influence notable sur le mouvement suprémaciste blanc mondial, davantage en tant qu’agitateur et moteur de recrutement qu’en tant que risque direct pour la sécurité. Cela a suscité une discussion sur la nécessité d’approfondir la question de savoir où tracer la ligne entre le point où l’extrémisme prend fin et celui où l’extrémisme violent commence, de nombreux participants soulignant l’impact de l’inspiration tirée de récits non violents.

Les discussions ont porté sur la pertinence de ce point de vue pour examiner plus avant la croissance actuelle – et dans de nombreux cas la convergence – de l’extrémisme d’extrême droite, de la suprématie blanche, de l’idéologie anti-vaxxer et anti-gouvernementale, et des tendances antisémites de part et d’autre de l’Atlantique. Les participants ont insisté sur le fait que ces tendances sont amplifiées par les blocages de la pandémie COVID-19, la perturbation des habitudes quotidiennes et des liens pro-sociaux pendant la pandémie, les mandats de masques, la dépendance à l’égard des certificats de vaccination et des laissez-passer COVID, ainsi que par d’autres facteurs.

Il a également été noté que la guerre entre l’Ukraine et la Russie avait encore compliqué l’environnement de la menace. Les participants, en particulier ceux d’Europe, ont noté le flux de leurs citoyens rejoignant la soi-disant “armée internationale de volontaires” pour défendre l’Ukraine (voir, par exemple, la Légion internationale de défense de l’Ukraine). S’il n’est pas illégal de se rendre en Ukraine, les participants ont relevé une multitude d’implications directes et indirectes. Par exemple, le fait de fournir aux individus et aux groupes qui suivent l’idéologie d’extrême droite une expérience du combat et un accès aux armes, ainsi que le potentiel des “milices de rue” et des patrouilles dans d’autres communautés, en particulier lorsque la rhétorique politique cherche à instrumentaliser des sujets de discorde tels que l’immigration. La différence entre l’acceptation passive et l’encouragement direct des combattants étrangers en Ukraine, mais pas dans d’autres contextes mondiaux où les combattants sont musulmans, pourrait également provoquer des réactions négatives dans d’autres communautés et attiser des tensions de longue date.

Les participants ont cité des exemples de mesures prises par les autorités pour décourager les personnes de se rendre en Ukraine, notamment une campagne de sensibilisation au risque d’être capturé par les forces russes et aux difficultés de retour. La nécessité d’une communication et d’un engagement proactifs avec les personnes qui reviennent de zones de conflit afin d’atténuer les désirs et les possibilités de rejoindre des groupes extrémistes violents a été soulignée.

Cela a suscité une discussion sur l’importance de donner la priorité aux programmes de réhabilitation et de réinsertion après les poursuites et l’incarcération. Des praticiens finlandais ont expliqué leur rôle et leur approche du rapatriement de près de 30 personnes, dont des enfants et des adultes, depuis la Syrie et les camps contrôlés par les Kurdes, et du travail avec les personnes rapatriées pour tendre la main et encourager d’autres personnes à rentrer. Les participants ont noté que les mesures répressives devaient être associées à des programmes de réhabilitation et de réintégration adaptés, ainsi qu’à d’autres programmes axés sur la prévention, afin d’éviter que l’idéologie ne s’enracine davantage. Un large consensus s’est dégagé sur le fait qu’une approche holistique et à long terme de l’engagement, qui s’appuie sur l’engagement de plusieurs parties prenantes et sur des points d’entrée, constituait le meilleur modèle pour soutenir les individus après leur incarcération, tout au long de leur réadaptation et de leur réinsertion.

Des représentants de différentes villes et municipalités ont expliqué comment leurs programmes de prévention mettent de plus en plus l’accent sur l’engagement en ligne. Il peut s’agir de demander aux officiers de police des communautés d’avoir une présence en ligne afin de promouvoir la visibilité et l’accessibilité aux membres de la communauté. La ville de Stockholm a mis l’accent sur l’éducation numérique et la formation aux compétences en ligne pour les employés, en particulier les éducateurs, afin d’améliorer leur visibilité et leurs compétences pour contrer la désinformation en ligne et l’extrémisme de droite. Les représentants américains ont cité la décision de l’administration Biden de juin 2021 Stratégie nationale de lutte contre le terrorisme intérieurqui souligne comment les extrémistes ont tiré parti de l’environnement en ligne pour multiplier la diffusion d’appels à la violence, et appelle à des efforts pour limiter la disponibilité en ligne de matériel de recrutement et de propagande et pour renforcer la résistance à ce type de matériel.

3. Améliorer le bien-être de la communauté : une approche holistique de la prévention est essentielle

Un consensus s’est dégagé sur le rôle crucial joué par les services de protection sociale dans une approche holistique de la prévention, y compris l’identification des points d’entrée et d’accès les plus précoces possibles pour les minorités ou les immigrés récents. Il a été avancé que le fait de garantir l’accès aux services, aux programmes conçus et adaptés à leurs expériences et contextes, et de démontrer la continuité des soins contribuerait grandement à renforcer l’inclusion et à atténuer la recherche de soutien et le sentiment d’appartenance aux communautés extrémistes. Les participants ont noté qu’encourager l’accès à certains services ou programmes d’aide sociale – y compris, entre autres, l’aide à la santé mentale, les programmes de traitement des dépendances et les programmes de prévention en milieu scolaire – était difficile en raison de la stigmatisation attachée à ces sujets dans certaines communautés. Il a donc été suggéré que l’accès soit associé à la sensibilisation. Un participant a noté un certain succès dans l’engagement de membres de confiance de ces communautés pour défendre les avantages de ces services et encourager les familles et les individus à s’engager. Les participants ont également souligné l’importance pour les praticiens locaux d’avoir une compréhension pleinement contextualisée de la communauté dans laquelle ils fournissent des services, en particulier pour aider à lutter contre la stigmatisation de ces services dans les communautés marginalisées. L’atelier comprenait des présentations et des discussions sur la manière d’exploiter les services de santé publique existants fondés sur des données probantes afin de fournir des modèles et des points d’entrée pour une prestation de services plus large. Les participants ont également souligné l’importance de veiller à ce que les victimes de violence et les personnes ayant subi un traumatisme bénéficient d’un soutien à long terme, y compris d’un accès aux services de santé publique et mentale.

Les participants ont également souligné que les politiques, les structures et les institutions caractérisées par des préjugés structurels et des discriminations bien ancrés peuvent constituer des obstacles importants pour les minorités qui cherchent à accéder aux services, aux possibilités d’avancement et à l’égalité de traitement. Il a été suggéré que le fait de reconnaître publiquement les préjugés structurels et de s’y attaquer de manière proactive joue un rôle crucial dans la réparation des erreurs historiques et constitue une étape importante vers la responsabilisation. Il peut également s’agir d’une excellente occasion de guérison : le fait d’impliquer les communautés locales dans le processus de résolution de ces problèmes offre aux fonctionnaires une plateforme pour démontrer leur engagement envers la communauté et la réparation des torts, ainsi qu’un projet sur lequel ils peuvent s’engager activement et s’associer à la communauté pour trouver des solutions.

4. Renforcement des capacités et formation des travailleurs de première ligne : un système d’alerte précoce efficace pour prévenir la violence motivée par la haine et d’autres formes de violence

Des représentants de villes de toute la région nordique ont expliqué comment ils intègrent des programmes de formation et de renforcement des capacités pour les employés municipaux et les éducateurs, ce qui constitue une étape cruciale dans la reconnaissance des signes précoces ou des risques potentiels de radicalisation. Les programmes de formation et les campagnes de sensibilisation couvrent des exemples de signes précurseurs de radicalisation, les types de questions à poser si vous soupçonnez qu’une personne est vulnérable ou à risque, et les acteurs à impliquer. Cette approche a été adoptée dans les villes, les districts, les départements et les établissements d’enseignement, avec des plans d’action concrets fondés sur des descriptions locales et situationnelles des défis et des menaces.

Bien qu’il y ait eu un large consensus sur le rôle clé que les éducateurs et les établissements d’enseignement peuvent jouer dans la prévention précoce, ainsi que sur l’importance des campagnes de formation et de sensibilisation, certains participants américains ont fait remarquer que l’étendue et la profondeur de l’engagement proactif des éducateurs dans le travail de prévention précoce varieraient probablement d’une région à l’autre. Par exemple, un participant a noté qu’en raison de la nature hautement politisée et décentralisée des systèmes éducatifs américains, il serait difficile d’engager les éducateurs à travers les États-Unis dans un travail de prévention plus intensif.

Une discussion importante s’est développée sur la manière d’engager et d’intervenir auprès des adultes et des citoyens plus âgés qui peuvent être particulièrement sensibles à la désinformation, et qui peuvent inciter à la haine en ligne et hors ligne. Un participant a fait remarquer que les adultes sont responsables d’une part importante des discours de haine en ligne. Certaines villes et municipalités développent des programmes et des axes de travail à cet effet, notamment des campagnes de sensibilisation sur la manière dont les membres de la communauté peuvent s’engager de manière constructive avec les membres de la famille ou les amis qui diffusent des informations erronées/désinformations et sur la manière de contrer de tels récits. Il existe des réseaux urbains/communautaires émergents qui rassemblent des organisations de la société civile, des communautés religieuses, des politiciens et des groupes de jeunes afin de relever ces défis et de fournir une formation sur la manière de contrer de tels récits et de renforcer la résilience des communautés.

5. Communautés locales inclusives : tout commence avec les dirigeants locaux

Les participants ont expliqué que les villes sont au centre de tout et ont convenu que la sécurité commence par l’inclusion au niveau local. Ils ont souligné que le sentiment d’appartenance est un élément crucial pour des communautés fortes et résilientes, et ont insisté sur l’importance du leadership et de l’engagement actif avec les communautés pour s’assurer que toutes les voix sont entendues et que les besoins de la communauté sont satisfaits. Des maires et d’anciens maires de villes américaines ont expliqué comment ils ont utilisé leur profil public pour montrer l’exemple et inspirer leurs communautés. Par des démonstrations très visibles et créatives de leur soutien aux groupes marginalisés, ils ont envoyé des messages clairs à leurs communautés, inspirant l’inclusion.

Un tel leadership est également nécessaire dans le contexte de l’accueil, du soutien et de l’intégration des personnes déplacées, des réfugiés et des demandeurs d’asile par les communautés. Plusieurs participants ont souligné le soutien important apporté aux réfugiés ukrainiens fuyant leurs foyers ; de nombreux gouvernements ont adapté leur législation en matière d’immigration pour faciliter et accélérer leur entrée ; les individus, les familles, la société civile et les villes ont fait preuve d’une grande humanité et d’une grande générosité en leur offrant un soutien et un refuge. Bien que les participants aient convenu qu’il devait en être ainsi, ils ont noté une différence frappante avec la manière dont les réfugiés d’autres régions du monde ont été traités. Les participants ont souligné la nécessité de s’engager sur ces questions avec leurs communautés, un domaine qui bénéficierait grandement d’un leadership.

Les participants ont partagé des initiatives créatives pour établir des partenariats communautaires et garantir la confiance entre les communautés et les villes, en particulier les forces de l’ordre, où les relations sont souvent difficiles à établir. Dans le comté de Hennepin (Minnesota), par exemple, où vit la plus grande population somalienne-américaine des États-Unis, la police soutient l’engagement des membres de la communauté par le biais de programmes éducatifs, d’événements sociaux et sportifs organisés par la police, d’un programme de formation pour les jeunes et d’un programme d’éducation à la citoyenneté pour les jeunes. Ligue des activités de la policeIl s’agit également de travailler avec les communautés pour planifier l’allocation des ressources et des idées d’activités visant à promouvoir une plus grande intégration. À Columbus-Ohio, le département des quartiers travaille avec les habitants, les chefs de quartier et les fonctionnaires municipaux pour accueillir de manière proactive les nouveaux membres de la communauté et les soutenir dans leur parcours d’intégration. Celui qui se décrit comme la “porte d’entrée” de la ville s’efforce de responsabiliser les habitants, de répondre à leurs besoins et de protéger leurs droits. Les participants ont noté qu’il est généralement plus difficile de maintenir la confiance de la communauté que de la construire, soulignant que la confiance croissante entre les acteurs s’accompagne également d’attentes croissantes qui doivent être soutenues pour maintenir et continuer à mériter cette confiance. La présence et la disponibilité des dirigeants locaux sont essentielles pour instaurer la confiance et la cohésion sociale au sein de la communauté locale. Cela est important non seulement pour rallier le soutien de la communauté dans les moments de crise et pour s’attaquer aux héritages historiques/structurels discriminatoires, mais aussi pour renforcer la cohésion et la résilience de la communauté à long terme.

Les participants ont également discuté des avantages d’une approche plus holistique de la lutte contre la violence. Par exemple, plutôt que d’élaborer des modèles et des approches distincts pour lutter contre la violence domestique, la violence des gangs et l’extrémisme violent, une approche “toutes violences” cherche à s’attaquer à toutes les causes sous-jacentes de toutes les formes de violence. Cette approche pourrait être utile aux villes et municipalités qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour mener des programmes parallèles, mais les participants ont fait remarquer qu’il fallait faire preuve de prudence pour éviter de stigmatiser les interventions d’engagement pour un type de violence par rapport à un autre.

Prochaines étapes

Pendant l’atelier et en marge de celui-ci, les participants ont identifié plusieurs domaines dans lesquels des travaux supplémentaires sont nécessaires.

1. Veiller à ce que les voix et les expériences locales soient mieux prises en compte dans les efforts nationaux de prévention

Le leadership national fournit une structure et un processus par lesquels les plans d’action et les stratégies nationales sont élaborés et coordonnés. Cependant, pour être vraiment efficace et apporter des changements significatifs au niveau communautaire, les voix et les expériences locales doivent être consultées lors de l’élaboration de la stratégie et reflétées dans les plans de sa mise en œuvre.

2. Explorer les possibilités de soutenir les modèles de prévention existants

Les modèles existants de prévention de la violence continuent d’apporter un soutien aux premiers intervenants et aux personnes à risque. Cependant, il est possible d’apporter plus de clarté et de soutien à l’intégration des nouveaux travailleurs pour soutenir ce travail. Le développement continu des capacités et la formation en matière d’échange d’informations sont également essentiels, en particulier dans les cas où les exigences législatives peuvent être connues mais mal comprises dans leur application pratique. Une formation pourrait apporter plus de clarté et atténuer toute hésitation à partager le cas échéant. La délégation américaine a notamment souligné la nécessité de former davantage les cliniciens sur ce qui peut être partagé dans le cadre de la loi sur la portabilité et la responsabilité en matière d’assurance maladie (HIPPA), un domaine essentiel pour un travail de prévention efficace.

3. Réutilisation des outils technologiques et de l’internet pour améliorer la communication sur la prévention de la violence motivée par la haine et de la violence extrémiste

La communication dans le domaine de la prévention a été identifiée comme un domaine nécessitant une attention particulière et des investissements. Avec l’augmentation du temps passé en ligne et une durée d’attention (sans doute) plus courte, les documents et rapports politiques attirent de moins en moins de lecteurs. Les participants ont suggéré qu’il pourrait s’agir d’un domaine dans lequel les villes et les municipalités pourraient collaborer avec les communautés pour développer des moyens plus créatifs de diffuser leurs messages. Par exemple, de courtes vidéos dans lesquelles des membres de la communauté racontent leur histoire auront probablement beaucoup plus d’impact qu’une note d’information. Les participants ont noté que les médias numériques n’ont pas été exploités par les décideurs politiques de la même manière ou dans la même mesure que les extrémistes violents ont exploité les vidéos et l’environnement en ligne pour la radicalisation et le recrutement. Les participants ont également suggéré de tirer parti de la technologie pour créer une plateforme active permettant aux praticiens de première ligne et aux agents de prévention de réfléchir et de partager les enseignements tirés de différents contextes et défis.

4. Atténuer les effets néfastes de la (dés)information en ligne et de la haine dans l’espace hors ligne

Les participants ont fait part des défis auxquels ils sont confrontés pour contrer les discours de haine et les campagnes de désinformation en ligne, ainsi que de l’importance de travailler avec les seniors et d’autres adultes pour améliorer la culture numérique. Ils ont discuté des difficultés à réguler/modérer la haine sur les plateformes de médias sociaux, en particulier lorsque les politiciens utilisent des armes pour des questions de division, incitant à un discours de haine sous le couvert de la liberté d’expression. Les participants ont expliqué que la formation à la littératie numérique se concentre généralement sur les jeunes, sans tenir compte de la vulnérabilité des adultes, qui ne sont souvent pas en mesure de distinguer la réalité de la fiction dans l’environnement en ligne.

Les participants ont souligné que l’établissement d’un lien entre les préjudices en ligne et hors ligne peut permettre de mieux comprendre comment les espaces numériques peuvent façonner les espaces hors ligne et contribuer à renforcer la résilience des utilisateurs. Parmi les recommandations discutées, on peut citer

1) clarifier les rôles des différents acteurs (par exemple, les praticiens et les spécialistes du renseignement) afin d’évaluer collectivement les informations et de déterminer les interventions appropriées ;

2) développer et mettre en œuvre des campagnes qui aident les citoyens, y compris les adultes, à naviguer dans l’information en ligne et des initiatives qui visent à développer les capacités d’alphabétisation numérique ; et

3) identifier les possibilités pour les municipalités d’exploiter la sphère en ligne et de s’y engager afin d’aider à contrer la désinformation par des informations et des voix crédibles.

Prochaines étapes

Les ressources suivantes ont été recommandées par les participants à l’atelier comme un suivi utile des discussions qui ont eu lieu pendant les deux jours de l’atelier.

Publications :

Plateformes/autres ressources :

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.