arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Opinion : Les forces de l’ordre peuvent-elles être un acteur positif du changement ?

Date de publication :
26/05/2020
Type de contenu :
Partager :
Tags :

— 8 minutes temps de lecture

Dominic Pkalya
Responsable de programme, Réseau des villes fortes (RCS)


Dans notre précédent article, nous avons exploré la manière dont les organisations extrémistes violentes peuvent utiliser la rupture de confiance entre les communautés locales et l’État pour obtenir un soutien à leurs activités et recruter des individus à risque. Dans ce numéro, nous examinons le revers de la médaille et expliquons comment un système d’application de la loi responsable, transparent et fondé sur les droits de l’homme peut être un acteur positif du changement, en particulier dans un pays comme le Kenya, dans le contexte de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE).

Selon un étude récente menée par la Réseau des artisans de la paix religieux et traditionnels en collaboration avec Aide à l’église finlandaise (FCA), Musulmans pour les droits de l’homme (MUHURI) et Alliance de la jeunesse musulmane kenyane (KMYA), les personnes qui pensent que la police exerce ses fonctions avec professionnalisme et intégrité sont plus enclines à respecter les lois et à soutenir le système en communiquant des informations.

L’une des raisons pour lesquelles le taux de condamnation des personnes accusées de terrorisme au Kenya est faible est que peu de personnes, voire aucune, se portent volontaires pour témoigner au cours des procès. Selon l’étude, ainsi que d’autres études telles que Nous sommes fatigués de vous faire comparaître devant le tribunal par MUHURI et Open Society Justice Initiative, et Le Daily Nation dans les journaux, certains éléments des forces de l’ordre ont recours à des exécutions extrajudiciaires ou à des disparitions forcées lorsque les chances de poursuivre et de condamner les personnes soupçonnées de terrorisme sont faibles.

Il est important de noter que les cas d’exécutions extrajudiciaires ne se limitent pas au terrorisme, mais touchent l’ensemble de la société. Par exemple, lors de l’application du couvre-feu de l’aube au crépuscule pour endiguer la propagation du COVID-19 au Kenya, les médias, y compris les médias internationaux, ont rapporté des cas d’exécutions extrajudiciaires. Cependant, cet article voudrait se concentrer sur la manière dont une application responsable et transparente de la loi peut être un acteur positif du changement dans le contexte de PCVE et ne pas se contenter de condamner le gouvernement.

Travaillant dans le domaine public, la police se trouve dans des situations extrêmement difficiles lorsqu’elle enquête sur des accusations liées au terrorisme, ce qui l’amène à agir sur la base de rumeurs et non de preuves solides, et à procéder à des arrestations inutiles qui, cumulativement, érodent la légitimité de l’État.

Selon l’étude, la solution est double :

Comme l’a confirmé une évaluation indépendante du projet de recherche, dont l’auteur était l’un des principaux investigateurs, les services répressifs et l’ensemble du système de justice pénale devraient, en priorité, consacrer de l’énergie aux enquêtes et à la collecte de preuves avant d’arrêter formellement et d’inculper les suspects devant les tribunaux. C’est le moyen le plus direct d’éviter les fausses accusations et la perte de légitimité à long terme.

Deuxièmement, les forces de l’ordre doivent reconnaître leurs erreurs en s’adressant directement à un suspect accusé à tort. L’unité des affaires internes (IAU) du service de la police nationale, qui traite les plaintes contre les officiers de police, ainsi que l’autorité indépendante de surveillance de la police (IPOA), dirigée par des civils, devraient également contribuer à exonérer les personnes accusées de terrorisme sur la base d’accusations forgées de toutes pièces, et prendre des mesures à l’encontre des officiers de police incriminés. De telles actions contribueront grandement à renforcer la légitimité de la police dans la lutte contre le terrorisme.

“Une procédure judiciaire équitable et objective contribue à la guérison et à l’amélioration de la réputation et de la légitimité du système de justice pénale dans son ensemble.

L’étude a également établi que les tribunaux ont le devoir d’atténuer les accusations de terrorisme forgées de toutes pièces. Le Centre d’études sur les droits de l’homme et les politiques (CHRIPS) a publié en mai 2020 un document intitulé “Case Digest : Decisions of Kenyan Courts on Terrorism” en mai 2020, dans lequel il a identifié un certain nombre d’affaires classées en raison de l’insuffisance des preuves ou de l’exagération des charges. Par exemple, la publication cite l’affaire en appel Abdalla Said Katumu v Republic [2018], qui a été rejetée par la Haute Cour de Kwale en raison de l’insuffisance des preuves et de l’exagération ou de la falsification des chefs d’accusation. Dans sa décision, le juge a reproché au ministère public de ne pas avoir mené d’enquête approfondie sur l’affaire telle qu’elle avait été présentée initialement par la police. En d’autres termes, on peut en déduire qu’en identifiant et en statuant sur les accusations frivoles, les tribunaux offriront un certain équilibre aux autres organismes du système de justice pénale et, ce faisant, renforceront la confiance de la communauté dans les tribunaux.

Une procédure judiciaire équitable et objective contribue à la guérison et à l’amélioration de la réputation et de la légitimité du système de justice pénale dans son ensemble. Comme l’ont souligné les membres de la communauté et les forces de l’ordre lors de l’évaluation du projet, il est clair que lorsque les suspects sont condamnés équitablement pour des délits de terrorisme, dans le respect total de l’État de droit, leurs familles et leurs communautés ont le sentiment que la justice a été rendue équitablement et que les représailles ne sont pas nécessaires.

Le Voyage vers l’extrémisme en Afrique publiée par le PNUD en 2017 a conclu, entre autres, que les excès de l’État, y compris les exécutions extrajudiciaires, en particulier des membres de la famille, sont les points de basculement pour les membres du public qui rejoignent des groupes extrémistes. Sur la base de cette constatation et d’autres mentionnées dans cet article d’opinion, on peut donc affirmer qu’une procédure judiciaire équitable qui ne soumet pas les citoyens aux excès de l’État peut réduire cumulativement le nombre de cas où des personnes rejoignent des groupes extrémistes pour se venger de condamnations illégales ou injustes ou de l’assassinat de membres de leur famille. Il s’agit peut-être d’un domaine qui mérite des recherches plus approfondies.

En outre, les gens fondent leur opinion sur le système de justice pénale sur leurs interactions personnelles avec ses représentants, généralement la police. À ce titre, la manière dont ces acteurs se comportent lors des interrogatoires, des perquisitions, des arrestations et au tribunal, ainsi que la manière dont ils communiquent avec les suspects et leurs familles, sont essentielles pour renforcer la légitimité de l’ensemble du système. Citant des études antérieures, la recherche affirme que lorsque les agents communiquent bien, écoutent et traitent les citoyens avec respect, ces derniers répondent en retour.

La prestation de services publics est un autre domaine qui renforce la légitimité du gouvernement et la confiance dans ses institutions. Un taux élevé de satisfaction à l’égard des services publics, y compris dans le cadre des efforts de P/CVE, augmente les chances de coopération du public avec le gouvernement, ouvrant ainsi la voie à un dialogue constructif et à l’instauration d’un climat de confiance. Il est donc essentiel que les gouvernements répondent aux besoins de leurs citoyens et que la prestation de ces services prenne en compte les doléances des plus vulnérables, en particulier dans les régions limitrophes de la Somalie, qui connaissent actuellement une paralysie de l’éducation après que les enseignants non locaux ont fui la région à la suite de la multiplication des attaques terroristes les visant.

En résumé, la recherche a démontré qu’une procédure judiciaire équitable, associée à un traitement humain des personnes soupçonnées de terrorisme et de leurs familles, peut combler le fossé entre les forces de l’ordre et les communautés. En d’autres termes, la transparence au sein du système de justice pénale, non seulement dans la poursuite des personnes soupçonnées de terrorisme mais aussi dans d’autres affaires pénales, soutenue par un contrôle solide de la société civile et des agences gouvernementales telles que l’IPOA et l’AIU dans le cas du Kenya, est essentielle pour les poursuites publiques. La transparence pourrait inclure, entre autres pratiques, l’identification publique des officiers de police lors des arrestations, des mandats d’arrêt clairs communiqués au suspect et à sa famille, et l’accès à une représentation par des avocats. Ce processus, lorsqu’il est entrepris dans le respect de l’État de droit, contribuera de manière cumulative aux efforts de déradicalisation du gouvernement et aidera à renforcer la cohésion sociale et la résistance à l’extrémisme violent.

Les services chargés de l’application de la loi et, plus généralement, le système de justice pénale ne devraient pas percevoir les droits de l’homme comme un obstacle à leur travail, en particulier dans le contexte de la prévention et de la répression de l’enlèvement d’enfants, mais plutôt comme un moyen d’assurer une justice équitable et légitime, propice à l’éthique nationale de guérison et de réconciliation.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.