arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Lancement du Hub régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe

Date de publication :
28/10/2022
Type de contenu :
Partager :

— 15 minutes temps de lecture

Strong Cities a lancé un nouveau centre régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe lors d’un événement inspirant avec des acteurs locaux, nationaux, de la société civile et multilatéraux à Nairobi, identifiant les priorités à travers les cinq piliers du nouveau centre afin de guider un programme passionnant pour l’avenir.

Les 26 et 27 octobre 2022, plus de 65 acteurs nationaux, locaux, civils et multilatéraux se sont réunis à Nairobi pour le lancement du réseau Strong Cities Network East & Southern Africa Regional Hub (ESA Regional Hub), que l’Union européenne (UE) finance dans le cadre de son programme STRIVE Cities. Ce centre est l’un des quatre centres régionaux que Strong Cities lancera dans le monde entier au cours des prochains mois.

Une vingtaine de gouverneurs, de maires, d’adjoints au maire et d’autres responsables locaux de la région ont participé à l’événement. L’événement, cofinancé par l’UE et le département d’État américain, a également permis aux dirigeants et praticiens des comtés du Kenya de partager avec les dirigeants et fonctionnaires locaux de la région leurs expériences et les enseignements tirés de l’élaboration et de la mise en œuvre de plans et de programmes de prévention multi-acteurs locaux, tels que l’initiative PROACT du département d’État américain.

Poser les fondations

Dans son discours d’ouverture, le directeur exécutif de Strong Cities, Eric Rosand, a souligné le rôle important, mais souvent négligé, que les maires et les autorités locales ont à jouer pour empêcher ce qui est un environnement de menace de plus en plus localisé et complexe, y compris l’extrémisme violent et les menaces et insécurités qui y sont liées, de s’enraciner ou de se développer dans leurs communautés. Il a expliqué comment, avec la mise en place du Hub régional de l’ESA, Strong Cities sera en mesure de s’engager de manière plus cohérente avec davantage de comtés, de provinces, de villes frontalières et de centres urbains sur une base régulière à l’avenir. Il a souligné que l’un des principaux objectifs de l’atelier était de recueillir les contributions des acteurs régionaux sur les priorités initiales du Hub.

Katrin Hagemann, chef adjointe de la délégation de l’UE au Kenya, a souligné que STRIVE Cities vise à favoriser la cohésion entre les différentes parties prenantes qui luttent contre l’extrémisme violent, notamment en établissant une relation de confiance entre les communautés et les autorités locales. Un représentant du Centre national de lutte contre le terrorisme du Kenya (NCTC) a renforcé le soutien du Kenya au réseau des villes fortes. Il a souligné l’importance de mettre en avant les villes dans la prévention et la façon dont elles peuvent et doivent devenir un rempart contre l’extrémisme violent. Un membre du comité exécutif du comté de Mandera a déclaré que l’efficacité des programmes locaux de prévention de la criminalité organisée et des cadres de prévention connexes dépendait du renforcement des capacités des gouvernements locaux et d’une collaboration efficace entre les gouvernements locaux et leurs homologues nationaux, ainsi qu’avec la société civile.

Les participants ont discuté du rapport récemment publié par le RCS, financé par l’UE, qui cartographie les besoins et les priorités des villes africaines en matière de prévention et de lutte contre la criminalité organisée, en s’appuyant sur des consultations approfondies avec les acteurs locaux et nationaux. Ils ont accueilli favorablement ses conclusions et ses recommandations, qui doivent servir de base aux travaux futurs du centre régional de l’ASE. Les participants ont souligné que la cartographie du contexte local est une première étape essentielle pour des interventions communautaires efficaces, le renforcement des interactions intercommunales, la résolution des conflits locaux et un P/CVE efficace.

Plans, plates-formes et programmes locaux de P/CVE au niveau des comtés au Kenya : un modèle d’action locale pour la région

Les parties prenantes de trois comtés kenyans – Isiolo, Kwale et Nakuru – ont partagé les succès et les leçons tirées de l’élaboration et de la mise en œuvre de cadres, d’équipes et d’interventions de prévention locaux, multipartites, fondés sur des données probantes et basés sur la communauté. Ce travail, élaboré et mis en œuvre en partenariat avec des organisations locales de la société civile et en coopération avec le NCTC et les autorités locales, a contribué à renforcer la cohésion entre les parties prenantes, à promouvoir une meilleure compréhension des vulnérabilités de la communauté à l’égard de l’extrémisme violent et à sensibiliser aux ressources et programmes existants qui pourraient être mis à profit pour s’attaquer non seulement à l’extrémisme violent, mais aussi à un ensemble plus large de préoccupations de la communauté. Les équipes ont pu pénétrer dans les communautés locales pour sensibiliser aux indicateurs comportementaux de l’extrémisme violent et aux ressources disponibles pour soutenir les personnes à risque. Cela a permis aux membres de la communauté d’orienter vers l’équipe les personnes qui ont besoin d’un tel soutien.

Les discussions ont également porté sur les forums d’engagement de comté (CEF) qui ont vu le jour dans différents comtés kenyans et qui ont fourni une plateforme pour des conversations multipartites sur l’extrémisme violent et le P/CVE, où les acteurs de la sécurité, les acteurs nationaux, les comtés, les OSC, les religieux et les acteurs du secteur privé se rencontrent régulièrement. Il a été souligné que ces plateformes ont contribué à renforcer la confiance entre les principales parties prenantes, dont la coopération est essentielle à l’efficacité des efforts de prévention et de lutte contre la criminalité organisée. Depuis, les CEF font partie du cadre du P/CVE au Kenya et sont liés aux plans d’action des comtés.

Les participants ont encouragé Strong Cities à faciliter l’apprentissage et le partage entre les villes de la région ESA, y compris sur la façon de tirer parti des structures locales existantes pour promouvoir des programmes multipartites visant à prévenir l’extrémisme, la haine et la polarisation. Cette démarche reconnaît qu’il existe d’autres approches au niveau local dans des pays comme la Tanzanie et l’Ouganda qui, bien qu’elles ne soient pas spécifiquement liées au P/CVE, pourraient également constituer des modèles pertinents pour les villes de la région désireuses de contribuer aux efforts de P/CVE au sein de leurs communautés.

Synergies avec l’architecture multilatérale existante dans la région de l’ESA

Avec une pléthore d’initiatives multilatérales et autres en matière de P/CVE dans la région, les participants ont souligné l’importance de veiller à ce que le centre régional de l’ASE travaille en synergie avec les organes compétents des Nations unies, le Conseil de l’Europe, le Conseil de l’Europe et la Commission européenne. Union africaine (AU), le Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et la Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), dont les interactions en matière de prévention et de lutte contre la criminalité sont principalement menées avec les gouvernements nationaux et la société civile.

Les représentants du programme Safer Cities de UN Habitat et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont exprimé leur engagement à collaborer avec le Hub régional de l’ESA, notamment en raison de leur intérêt commun pour le renforcement de la gouvernance locale. Les villes de la région ont été encouragées à tirer parti des investissements du PNUD dans la recherche contextuelle, les interventions fondées sur des données, la conception de programmes de prévention de la violence à l’égard des femmes, ainsi que les outils de suivi et de mise en œuvre. Les participants ont souligné la capacité de Strong Cities à s’engager directement avec les maires et les gouvernements locaux sur l’agenda P/CVE, en complément de l’approche plus formelle du PNUD, qui passe par les gouvernements nationaux et les plans de développement nationaux.

Il a été souligné que l’accent mis par Safer Cities sur la prévention multipartite, institutionnelle, sociale et situationnelle au niveau de la ville, y compris par le biais de son nouvel agenda urbain, complète et renforce l’approche de Strong Cities. Bien que le premier se concentre sur la sécurité publique et le second sur la haine, l’extrémisme et la polarisation, les participants ont reconnu comment ces deux approches pouvaient être intégrées dans un cadre et un programme de ville unique.

L’Association des gouvernements locaux d’Afrique de l’Est (EALGA) Le secrétaire général a plaidé en faveur d’une collaboration avec les réseaux et partenaires existants, y compris les réseaux nationaux de villes, afin d’atteindre et de maximiser l’impact de la prévention sur les villes de la région. Il s’agirait notamment de tirer parti des politiques, des programmes, des structures et des ressources de la ville chaque fois que possible et de s’assurer de l’engagement des dirigeants locaux (pour garantir le leadership politique nécessaire) et des fonctionnaires de l’administration locale (pour garantir la continuité et la viabilité des politiques et des programmes).

Identifier les priorités à travers les cinq piliers du Hub régional de l’ESA

Au cours d’une série de sessions en petits groupes, les participants ont échangé leurs points de vue sur ce que devraient être les priorités du Hub pour chacun de ses cinq piliers, en soulignant l’importance des partenariats et de la coopération avec les réseaux de villes existants et les activités multilatérales pertinentes dans la région.

Apprentissage de pair à pair

En ce qui concerne le pilier ” Apprentissage entre pairs” du Hub, l’une des priorités soulignées était de permettre aux maires d’apprendre les uns des autres en matière de prévention, et aux fonctionnaires municipaux d’échanger sur les modèles et les stratégies de prévention locaux, y compris pour s’engager auprès des jeunes vulnérables. Cela peut se faire à l’intérieur d’un pays donné, à l’échelle d’une région, avec une dimension transfrontalière impliquant une poignée de villes qui partagent une frontière commune, ou par le biais de paires de villes.

Renforcement des capacités

Dans le cadre du pilier ” renforcement des capacités” , les participants ont souligné l’importance d’identifier et de hiérarchiser les besoins spécifiques des collectivités locales et des communautés qu’elles servent. Celles-ci varieront en fonction de la taille, de la localisation, de la nature de la menace et du contexte local en général. Il a été suggéré que l’une des principales priorités du Hub régional de l’ASE soit d’aider les maires et les employés des collectivités locales à mieux comprendre leur rôle dans le domaine de la protection et de la conservation de la vie privée. Entre autres choses, le centre pourrait faciliter l’élaboration d’un cadre local modèle (qu’il s’agisse d’une loi, d’une politique ou d’une réglementation) qui confère au gouvernement local un mandat clair en matière de P/EVC ; étudier comment les gouvernements locaux peuvent intégrer le P/EVC dans les structures/programmes existants au niveau de la ville ; et mettre en évidence les bonnes pratiques permettant aux gouvernements locaux d’instaurer la confiance avec les communautés locales et de réduire les tensions intercommunautaires ou tribales.

La coopération

Lors des discussions sur le pilier Coopération du Hub, les participants ont convenu que la coopération inter-agences au niveau des gouvernements nationaux et locaux est le seul moyen de prévenir l’extrémisme. En outre, compte tenu de la nature dynamique du paysage des menaces en ligne et hors ligne, aucune collectivité locale ne doit se considérer à l’abri de la menace. Cela souligne l’importance de la coopération locale, que ce soit entre les villes, les villages ruraux et les centres urbains, à l’intérieur d’un pays ou au-delà des frontières. En outre, les participants ont encouragé le Hub à se concentrer sur le renforcement de la coopération nationale-locale dans les pays de la région, car une telle coopération n’est pas seulement nécessaire pour permettre la mise en place de cadres nationaux de P/CVE, mais aussi pour faire connaître au gouvernement central les perspectives et les priorités des gouvernements locaux en matière de P/CVE.

Élever les voix locales

La session en petits groupes s’est concentrée sur les points suivants Élever les voix locales a donné lieu à une recommandation forte selon laquelle les voix des dirigeants locaux et les perspectives des fonctionnaires locaux doivent être mieux reflétées dans les conversations régionales et mondiales sur l’extrémisme violent et la violence et les conflits de manière plus générale, étant donné la nature localisée de leur impact. Il a été suggéré que Strong Cities, à travers son Hub régional ESA, travaille avec l’UA, la SADC, l’IGAD et d’autres organismes intergouvernementaux pertinents dans la région pour s’assurer que les gouvernements locaux concernés sont à la table lorsque les organismes discutent de l’extrémisme violent et de la meilleure façon de le prévenir et de le contrer. Les participants ont également recommandé que le Hub travaille avec les villes de la région pour s’assurer que les plateformes de dialogue local qui peuvent aider à rassembler les différentes parties d’une ville et à réduire les tensions politiques, économiques, sociales et communautaires soient inclusives, avec des jeunes, des femmes et d’autres groupes souvent sous-représentés à la table.

Engagement des jeunes

Les participants ont eu des discussions dynamiques sur les La jeunesse Engagement Les participants ont échangé leurs points de vue sur la manière dont le Hub peut catalyser un engagement significatif des villes avec les jeunes afin de s’assurer que leurs voix sont entendues dans les débats politiques locaux et de renforcer la confiance et la collaboration, y compris entre les représentants des gouvernements locaux et les jeunes sur l’E/MGF et la prévention de manière plus générale. Les groupes de discussion ont reconnu que les sentiments d’exclusion et de marginalisation des jeunes peuvent exacerber les griefs susceptibles de déboucher sur la violence ; que les jeunes veulent être impliqués en tant que partenaires ayant un impact, et non pas être considérés comme des partenaires sans véritable engagement ou comme le problème. Les jeunes ont besoin de sièges à la table (par exemple, lorsque les politiques locales qui les affecteront sont envisagées), d’une agence pour partager ouvertement sans crainte de représailles de la part du gouvernement, d’opportunités pour se connecter avec les parties prenantes du P/CVE, et d’être activement engagés dans la conception de programmes et d’interventions pour les jeunes.

Les participants ont également noté des opportunités pour le Hub d’identifier et de diffuser des modèles et des méthodes – y compris des stratégies de médias sociaux adaptées – par lesquels les gouvernements locaux peuvent se connecter et s’engager avec les jeunes. D’autres recommandations visaient à faciliter l’élaboration d’un modèle de politique locale de la jeunesse qui intègre le P/EVC et l’apprentissage régional par les pairs sur la manière dont les gouvernements locaux peuvent intégrer les questions de P/EVC dans les engagements existants (y compris ceux liés aux opportunités économiques et d’emploi, aux sports ou à la culture) avec les jeunes. Les participants ont également encouragé le Hub à cartographier et à identifier les différentes manières dont les villes s’engagent avec les organisations de jeunesse dans la région et à faciliter le partage de modèles tels que Jeunes villesLe pilier jeunesse du programme “Villes fortes”, qui intègre des programmes artistiques, sportifs, de mentorat et de réflexion critique, des campagnes de désinformation et des centres de ressources locaux. Ils ont également suggéré des possibilités de sensibiliser les gouvernements locaux à la façon dont le changement climatique affecte les opportunités économiques et d’emploi des jeunes dans leurs communautés et contribue ainsi à la montée de l’extrémisme chez les jeunes dans certains contextes.

Prochaines étapes

Strong Cities s’est félicité des nombreuses manifestations d’intérêt de la part des représentants des gouvernements locaux qui souhaitent que leur ville rejoigne le réseau. Eric Rosand a indiqué que le centre régional de l’ESA sera opérationnel dans les prochaines semaines et commencera à communiquer directement avec les villes et les autres acteurs clés de la région. Les communications en temps réel entre les membres et les partenaires de la région seront facilitées par une plateforme multilingue, et un centre d’assistance régional permettra aux responsables locaux et aux praticiens des collectivités locales de demander des conseils sur les besoins et les défis spécifiques auxquels ils sont confrontés dans le domaine de la prévention. Le Hub accèdera alors à l’expertise qui existe au sein de l’Unité de Gestion des Villes Fortes et à travers le réseau mondial de soutien.

Des groupes de travail thématiques régionaux sur des questions d’intérêt commun à plusieurs villes (par exemple, un groupe pour les maires/dirigeants locaux et au moins un groupe pour les praticiens des administrations locales) permettront de faire progresser le partage régional. Il donnera également l’occasion aux villes qui le souhaitent de jouer un rôle de premier plan dans la région et, plus largement, dans le cadre de l’initiative “Villes fortes”.

Informée par l’événement de lancement, l’équipe du Hub régional de l’ESA élaborera un plan de travail pour les 12 à 18 prochains mois qui comprendra un certain nombre d’activités, y compris celles axées sur les villes d’un pays particulier, les villes de la région, et un engagement plus ciblé avec de plus petits groupes de villes, le cas échéant.

L’atelier s’est conclu en rappelant aux participants que, bien qu’un large éventail de problèmes liés à la prévention et à la répression de la criminalité organisée et, plus largement, à la sécurité, à la jeunesse, aux droits de l’homme, à la responsabilité, à la corruption et au développement aient été soulevés au cours de l’événement, Strong Cities, par le biais de la plateforme régionale de l’ESA, concentrera son attention sur sa mission principale : promouvoir et soutenir une plus grande implication des dirigeants locaux et des gouvernements qu’ils dirigent dans la prévention de l’extrémisme, de la haine et de la polarisation.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.