arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

C’est aux villes, et non aux États-nations, qu’il revient de relever les plus grands défis.

Date de publication :
23/01/2020
Type de contenu :
Partager :

— 7 minutes temps de lecture

Robert Muggah, directeur, Groupe SecDev

Robert Muggah est un spécialiste des villes, de la sécurité, des migrations et des nouvelles technologies. En 2011, il a cofondé l’Institut Igarapé, un groupe de réflexion et d’action qui travaille sur la sécurité et la justice basées sur les données en Amérique latine et en Afrique, où il est actuellement directeur de la recherche. En 2010, il a également cofondé la fondation et le groupe SecDev, des organisations qui se consacrent à la cybersécurité et à l’économie numérique, en particulier au Moyen-Orient, en Eurasie et en Asie du Sud. Il est consultant auprès de gouvernements, des Nations unies, de la Banque mondiale et d’entreprises allant de Google à McKinsey.


Dans cet article, publié à l’origine sur le site web du Forum économique mondial, il affirme que les villes jouent un rôle de plus en plus important et visible pour relever certains des plus grands défis auxquels notre monde est confronté aujourd’hui.


En 2020, le monde semble plus turbulent et plus incertain que jamais. De puissantes forces économiques, démographiques et technologiques réorganisent la politique internationale. Selon le nouveau rapport du Forum économique mondial sur les rapport sur les risques mondiaux les changements structurels encouragent les États-nations à adopter des positions plus transactionnelles et unilatérales. Certaines nations abandonnent leurs anciennes alliances, remettent en question la valeur du multilatéralisme et se replient sur des intérêts nationaux étroitement définis. Dans un contexte de pression continue sur l’économie mondiale, les citoyens sont de plus en plus inquiets et frustrés par leurs politiciens nationaux.

Ils sont peut-être sur la bonne voie. Les États-nations font peut-être partie du problème.

Contrairement aux États-nations, les villes et les maires relèvent les défis mondiaux du XXIe siècle. Un nombre croissant de dirigeants municipaux prennent des mesures pour réduire leur empreinte carbone, développer des solutions d’énergie renouvelable, exploiter l’économie numérique, absorber et protéger les migrants et réduire les inégalités. Les villes concentrent la majorité des investissements directs étrangers et sont les moteurs de l’innovation et de la productivité. En conséquence, les villes rivalisent avec les États-nations en termes de puissance économique, d’influence diplomatique et de connectivité internationale. Les États-nations ne sont pas sur le point de disparaître, mais ils cèdent la place à d’autres réseaux et à des formes distribuées de pouvoir.

L’une des raisons pour lesquelles les villes sont si importantes est qu’elles sont des moteurs économiques et qu’elles génèrent une part de plus en plus importante du PIB national. Aux États-Unis, par exemple, dix des plus grandes zones métropolitaines du pays génèrent plus d’un tiers du PIB national. La région métropolitaine de New York a généré à elle seule une production économique supérieure à celle du Canada. Quant à Los Angeles, elle rivalise presque avec le Mexique et Chicago est plus grande que la Suisse, économiquement parlant. En dehors des États-Unis, Séoul représente plus de la moitié du PIB de la Corée du Sud, Tel Aviv un peu moins de la moitié de celui d’Israël, et Londres, Paris et Tokyo un tiers chacun.

Les villes s’emploient à redéfinir les paramètres de la diplomatie internationale, en adoptant des formes de diplomatie des villes de plus en plus entrepreneuriales. D’une part, les villes s’affirment de plus en plus en tant qu’agents diplomatiques. De la Chine à l’Inde en passant par le Nigeria et le Brésil, les villes mettent en place des bureaux de promotion du commerce et des investissements et des entreprises commerciales pour attirer les investissements. Elles élaborent également des politiques étrangères municipales, renforcent les relations bilatérales et lancent des réseaux urbains dans des domaines aussi variés que les échanges culturels et scientifiques, l’accueil des réfugiés et l’aide humanitaire. D’autre part, les villes créent des réseaux de collaboration et mettent en commun leurs ressources pour faire entendre leur voix sur la scène mondiale.

Diplomatie

Il n’est pas tout à fait surprenant que les villes s’affirment davantage. Selon Greg Clark, auteur de Global Cities : A Short History, les villes ont tendance à saisir les opportunités mondiales par vagues et par cycles et à tirer instinctivement parti des nouvelles conditions qui se présentent. En tant qu’ancres et nœuds durables de la mondialisation, les villes ont toujours joué un rôle central dans l’économie mondiale. L’urbanisation sans précédent a renforcé le pouvoir des villes : en 1950, on comptait un peu plus de 80 villes d’un million d’habitants, contre environ 550 aujourd’hui. Les villes sont particulièrement bien adaptées au rythme accéléré des changements technologiques, car elles sont en concurrence avec des industries dynamiques et en évolution rapide. Ceux qui sont fermés à l’esprit d’entreprise, qui restreignent l’immigration et qui ne parviennent pas à s’adapter ne prospèrent généralement pas.

Image : Visual Capitalist. Prévisions du PIB des villes pour 2035

La vérité est que l’engagement dans la diplomatie est une condition sine qua non pour que les villes survivent et prospèrent dans l’ordre mondial en évolution. C’est une chose que les dirigeants urbains du 21e siècle comprennent instinctivement. Comme Michele Acuto et Ian Klaus l’ont écrit dans un article pour le Chicago Council on Global Affairs, il existe déjà plus de 300 réseaux urbains formalisés, dont certains datent de plusieurs dizaines d’années. Des réseaux tels que le C40, le Pacte mondial des maires, l’ICLEI et CGLU,

Metropolis, le Parlement mondial des maires et le Réseau des villes fortes ne sont pas des rassemblements pittoresques étouffés par le protocole, mais des moyens concrets pour aider les villes à mobiliser des ressources, à s’engager dans des actions de plaidoyer au niveau mondial et à échanger des pratiques et des technologies qui changent la donne afin de remodeler les politiques locales.

Les gouvernements nationaux reconnaissent de plus en plus le pouvoir et l’influence de la diplomatie des villes. Les villes américaines, par exemple, mènent de plus en plus souvent leur propre politique étrangère, indépendamment des autorités fédérales. Depuis 2017, date à laquelle Los Angeles a créé un bureau des affaires internationales, ce dernier a mené des actions de sensibilisation auprès des consulats et des commissions commerciales de plus de 100 pays. De même, après que les États-Unis se sont retirés de l’accord de Paris sur le climat en 2016, New York a signé un décret en 2017 engageant la ville à respecter les principes de l’accord, inspirant des centaines d’autres à faire de même. Sentant le vent du changement, le Congrès américaina présenté en 2019un projet de loi bipartisan visant à donner aux villes et aux États une voix plus importante dans les missions diplomatiques et l’élaboration des politiques internationales.

La nouvelle loi sur la diplomatie des villes et des États pourrait ouvrir un nouveau chapitre dans la diplomatie infranationale et multipartite aux États-Unis, et plus largement. S’il est adopté, il créera un bureau de la diplomatie subnationale au sein du département d’État américain. Ce nouveau bureau pourrait renforcer la coopération interétatique et interurbaine en soutenant les accords de coopération, le commerce et l’investissement, en soutenant les réseaux interurbains, et en garantissant et en exécutant les accords infranationaux globaux. Si le projet de loi est adopté, les répercussions potentielles sur tous les domaines, de l’augmentation des investissements à la gestion du changement climatique, sont considérables. Même si ce n’est pas le cas, les gouverneurs et les maires exercent déjà leur “soft power” et sont à l’origine d’un nouvel ordre mondial en réseau.

Bien qu’elle soit très prometteuse, la diplomatie des villes n’est pas spontanée. Elle exige des gouvernements municipaux qu’ils travaillent en collaboration et s’engagent activement avec des partenaires internationaux pour tirer parti des atouts des villes. Elle repose d’abord sur des valeurs communes de coopération, d’inclusion et de pluralisme. Il faut également que les villes, grandes et petites, adoptent une stratégie orientée vers l’international et investissent dans les éléments de base pour s’engager à l’échelle mondiale. Ce n’est pas facile à l’heure où les déficits s’envolent et où les pressions budgétaires sont écrasantes. Elle est également rendue difficile par les difficultés des entités internationales telles que les Nations unies à s’engager de manière productive avec les villes, bien que les objectifs de développement durable et le nouvel agenda urbain soient des développements prometteurs. Il est certain que les dirigeants municipaux devront veiller à ce que le personnel concerné reçoive une formation et convaincre les contribuables que la participation à des activités mondiales profitera aux intérêts locaux.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.