arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Initiative de dialogue transatlantique : Dix résultats clés en 2023

Dernière mise à jour :
27/03/2024
Date de publication :
22/03/2024
Type de contenu :

En octobre 2021, avec le soutien du Département d’État américain, le Réseau des villes fortes a lancé une initiative de dialogue transatlantique pour renforcer la coopération entre les maires et autres élus locaux, les gouvernements locaux et les praticiens à travers l’Europe et l’Amérique du Nord dans la prévention de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation, et la sauvegarde de la démocratie locale. S’appuyant sur les connaissances acquises en 2022, cette note d’information présente dix conclusions et recommandations clés issues des activités du dialogue transatlantique en 2023, en s’appuyant sur les enseignements et les points de vue précieux des dirigeants locaux et des praticiens des villes pour relever ces défis dans un environnement de menaces hybrides. Les activités de l’initiative du dialogue transatlantique 2023 ont bénéficié du soutien des villes de Berlin, Londres et Oslo, ainsi que de l’Union européenne, du ministère britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement et du département d’État américain.

En 2023, les activités de l’initiative de dialogue transatlantique se sont déroulées à Berlin, Oslo , Berlin , Londres New York City et Washington, DC.

Les dirigeants locaux d’Europe et d’Amérique du Nord estiment qu’il est plus important que jamais de renforcer la coopération transatlantique au niveau des villes pour lutter contre la haine et l’extrémisme. Cela est d’autant plus vrai que les villes de différentes régions sont confrontées à des défis similaires, de la polarisation au discours de haine, et qu’il est important d’unir les efforts pour défendre les valeurs démocratiques et lutter contre la montée de l’intolérance à une époque où les plateformes et les technologies numériques diffusent rapidement des messages de haine, ainsi que la désinformation et les récits conspirationnistes qui les amplifient et les exacerbent. Les villes des deux côtés de l’Atlantique s’accordent à dire qu’une telle collaboration est essentielle pour renforcer l’engagement envers les valeurs communes et la protection du tissu des diverses communautés, ainsi que pour développer et diffuser les outils et les approches axés sur la ville qui sont nécessaires pour lutter contre la prolifération numérique et la consommation de haine dans les communautés locales.

De manière plus générale, l’échange de points de vue entre les maires et les collectivités locales qui gèrent les conséquences d’incidents haineux et extrémistes offre une feuille de route au nombre croissant de villes qui doivent faire face aux conséquences immédiates et à long terme de ces crises.

L’adoption et la promotion de politiques inclusives constituent une responsabilité essentielle pour les maires et les autres élus locaux. Cela implique de dénoncer publiquement toutes les formes de haine et d’extrémisme et de veiller à ce que les valeurs de la ville reflètent, et que les pratiques démontrent, un engagement profond en faveur de la diversité. En célébrant les diverses identités au sein d’une communauté, y compris les différentes confessions, les identités de genre, les orientations sexuelles et les statuts migratoires, les dirigeants municipaux ne renforcent pas seulement les liens sociaux, mais jettent également les bases d’une paix et d’une compréhension durables au sein de leurs communautés.

Les maires et autres dirigeants locaux doivent donner l’exemple de comportements qui favorisent l’harmonie et l’inclusion. en donnant l’exemple du comportement qu’ils aimeraient voir adopter par leurs résidents et qui renforce la cohésion sociale. Ils doivent diriger avec ouverture et authenticité, même en temps de crise, en écoutant activement et en faisant preuve de respect et de civilité.

L’engagement et l’inclusion s’étendent également à la création d’espaces publics accessibles et à la formation de groupes de travail ou de commissions municipales visant à désamorcer les tensions au sein des communautés ou entre elles et, plus généralement, à relever les défis propres à chaque communauté. Une communication régulière et transparente avec les habitants, par le biais de forums tels que les assemblées générales, consolide la relation entre les dirigeants locaux élus et leurs électeurs, favorisant un environnement de collaboration où chacun se sent écouté, valorisé et habilité à contribuer au bien-être collectif de sa ville.

Oslo, 2023

En période de crise, les maires ont un rôle essentiel à jouer en matière de communication et, plus largement, de leadership, en guidant leurs communautés à travers les crises, en réduisant efficacement la polarisation et l’impact global de ces événements. Par exemple, leur participation aux centres de commandement responsables de la gestion des crises est essentielle pour une approche coordonnée et globale de l’administration municipale et des autres acteurs concernés.

D’une manière plus générale, les maires et autres responsables municipaux doivent se préparer, car il est plus probable que leur ville soit touchée par un incident haineux ou extrémiste que ce soit le cas ou non. Pour être prêt, il faut non seulement mettre en place des structures, des stratégies et des politiques locales, mais aussi organiser des exercices sur table, des simulations, des cartographies proactives des risques et se coordonner avec les entités nationales pour définir clairement les rôles et les responsabilités en amont des situations de crise. Le fait de revoir et de tester régulièrement les mécanismes de réaction aux crises permet aux villes d’affiner leurs stratégies, en veillant à ce que toutes les parties prenantes soient au courant de leur rôle, ce qui est essentiel pour une réaction rapide, appropriée et concertée aux situations d’urgence.

Les maires devraient donner la priorité au soutien des survivants, des familles endeuillées, des travailleurs de première ligne et des autres communautés touchées en temps de crise. L’approche “les familles d’abord” de la réponse d’un maire à une crise, ainsi que son leadership civique fort, peuvent apporter confiance et réconfort aux communautés qui souffrent et faciliter ainsi la guérison et le rétablissement. De manière plus générale, les efforts de sensibilisation du maire et les efforts de réponse et de rétablissement de la ville après l’incident devraient inclure les personnes qui, bien que n’ayant pas été blessées physiquement, ont subi un traumatisme à la suite de l’événement. La stratégie de rétablissement et de réhabilitation à long terme de la ville doit reconnaître et chercher à traiter l’impact psychologique de l’attaque violente ou de tout autre incident motivé par la haine ou l’extrémisme sur ces personnes, en garantissant un soutien global à toutes les personnes affectées dans la ville.

Une gouvernance locale visible grâce à la collaboration de la ville avec les communautés, les organisations de base et les entreprises par le biais de forums, de partenariats et de dialogues renforce la confiance, améliore l’accès aux institutions locales et constitue un ingrédient clé d’une approche globale de la prévention de la haine et de l’extrémisme. L’engagement des maires en faveur de l’engagement communautaire peut être démontré et concrétisé par divers moyens. Cela inclut la création d’un bureau ou d’un point focal dédié aux partenariats communautaires et autres partenariats confessionnels et/ou l’octroi d’un financement aux organisations locales et/ou la mise en place de formations et de possibilités de mise en réseau.

Les maires des deux côtés de l’Atlantique reconnaissent que les organisations communautaires et les chefs religieux, en particulier ceux des communautés historiquement marginalisées ou minoritaires, sont essentiels non seulement à une prévention efficace, mais aussi à la réaction et au rétablissement. Par exemple, les acteurs locaux qui jouissent de la confiance des membres de la communauté et du gouvernement local peuvent aider à contrer la propagation des conspirations et du sectarisme qui peuvent suivre les incidents haineux. Un maire qui donne la priorité à un engagement continu et actif avec les communautés locales et qui cherche à comprendre leurs besoins et leurs préoccupations est plus à même de se tourner vers les organisations et les dirigeants de ces communautés pour obtenir un soutien en temps de crise.

Londres, 2023

Les maires d’Europe et d’Amérique du Nord s’accordent sur le rôle important que peuvent jouer les dirigeants des villes locales pour garantir que les stratégies et les programmes nationaux de prévention répondent aux besoins et aux priorités des personnes les plus touchées par la haine et les menaces extrémistes. Le fait qu’ils défendent les intérêts de leurs résidents au niveau national peut contribuer à aligner les efforts nationaux sur les préoccupations locales.

Les gouvernements nationaux devraient créer et/ou soutenir des plateformes permettant aux villes d’échanger les enseignements tirés et les bonnes pratiques en matière de promotion de l’inclusion, de la tolérance et de la sécurité publique, afin de faciliter le concept de “clonage des villes sur ce qui fonctionne”. Cela permet aux villes d’apprendre les unes des autres et de mettre en œuvre des stratégies éprouvées dans des contextes différents.

Faciliter les interactions entre les petites villes et leurs homologues plus importantes, ce que les maires et autres responsables locaux devraient encourager, offre un échange précieux d’expériences et de stratégies, permettant aux gouvernements plus petits et aux ressources limitées d’apprendre de ceux qui ont plus d’expérience dans la lutte contre la haine et l’extrémisme.

Ville de New York, 2023

Les progrès rapides des plateformes et des technologies numériques, y compris l’intelligence artificielle, ont considérablement accéléré la propagation de la haine en ligne et hors ligne. Le rôle des dirigeants municipaux devient alors crucial. Par exemple, lorsqu’elles réfléchissent à la meilleure façon de concilier les besoins des migrants et autres nouveaux arrivants et ceux des habitants de longue date de leur ville, les collectivités locales doivent être attentives à la montée des discours anti-migrants, souvent alimentés par des campagnes de désinformation en ligne ciblant l’extrême droite ou d’autres groupes extrémistes. Compte tenu de cette dimension et d’autres aspects des médias sociaux et de l’écosystème plus large de la haine en ligne, les villes doivent pouvoir accéder aux outils et aux ressources nécessaires pour comprendre la nature des menaces et ce qu’elles peuvent faire pour éviter qu’elles ne débouchent sur des actes de violence dans le monde réel. Il pourrait s’agir, par exemple, d’élaborer une boîte à outils de communication stratégique comprenant des conseils sur la manière dont les autorités locales peuvent contribuer à une approche globale de la société pour lutter contre le discours haineux et veiller à ce que les plateformes numériques ne servent pas de canaux d’escalade.

Les maires et les responsables locaux de villes d’Europe et d’Amérique du Nord reconnaissent l’impact que les décisions prises au niveau mondial ont de plus en plus sur leurs communautés, parfois avec des conséquences profondes. Cette réalité a conduit à un consensus croissant parmi les dirigeants locaux des deux continents sur la nécessité de renforcer l’influence des villes dans l’élaboration des politiques étrangères de leurs pays et des cadres politiques mondiaux, en particulier ceux qui ont un impact direct sur leurs communautés. Avec leurs populations diverses et leurs expériences en première ligne des répercussions des décisions internationales sur les communautés locales – sur des questions allant du changement climatique aux migrations en passant par la haine et l’extrémisme – les villes offrent des perspectives uniques qui peuvent enrichir les dialogues politiques nationaux et internationaux.

Berlin, 2023

Le financement de la prévention, la formation et la mise en réseau des organisations communautaires, en particulier celles qui travaillent au sein de communautés ou de groupes minoritaires historiquement marginalisés ou qui les représentent, constituent une composante essentielle de l’approche globale de la ville pour lutter contre la haine, l’extrémisme et la polarisation. Cette démarche reconnaît l’accès et l’influence uniques que ces acteurs ont au sein de ces communautés et les diverses contributions qu’ils peuvent apporter au maintien de la cohésion sociale et à la guérison et au rétablissement d’une ville à la suite d’un incident motivé par la haine ou l’extrémisme. En outre, ces investissements dans les organisations communautaires peuvent contribuer à ce que tous les habitants de la ville se sentent valorisés et entendus, ce qui permet de répondre à leurs préoccupations et à leurs doléances de manière proactive et efficace.

Des investissements accrus dans le suivi et l’évaluation des initiatives de prévention menées par les collectivités locales peuvent aider les villes à mieux démontrer l’impact et l’importance de leurs efforts. La présentation de données et de résultats concrets de ces initiatives aux homologues nationaux peut renforcer le rôle vital et l’efficacité de la prévention menée par les villes, en suscitant la confiance et le soutien au niveau national en termes de mandat et de ressources.

Dans ce contexte, les collectivités locales d’Europe et d’Amérique du Nord sont encouragées à suivre et à évaluer rigoureusement leurs programmes de prévention, en soutenant les partenaires locaux dans le suivi des projets lorsque cela est possible, étant donné leur compréhension unique des besoins des communautés locales (c’est-à-dire les bénéficiaires probables des programmes). Les données d’évaluation sont précieuses pour améliorer les programmes et obtenir le soutien des partenaires et des financements nationaux et autres pour soutenir les efforts de prévention. Il est essentiel de rendre les résultats des évaluations accessibles au public, non seulement pour instaurer un climat de confiance avec les habitants, mais aussi pour inspirer et informer les initiatives de prévention d’autres villes.

Pour plus d’informations sur l’initiative de dialogue transatlantique de Strong Cities, veuillez contacter Simeon Dukic, directeur adjoint pour l’engagement mondial, Strong Cities Network, ici.

Téléchargements

Version PDF
Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.