arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Initiative de dialogue transatlantique sur les villes fortes : Dix conclusions et recommandations clés

Date de publication :
20/01/2023
Type de contenu :
Partager :

— 7 minutes temps de lecture

En octobre 2021, avec le soutien du Département d’État américain, le Réseau des villes fortes a lancé une initiative de dialogue transatlantique afin de renforcer la coopération entre les maires, les gouvernements locaux et les praticiens à travers l’Europe et l’Amérique du Nord pour prévenir la haine, l’extrémisme et la polarisation, et sauvegarder la démocratie locale. À partir d’ateliers organisés à Bratislava, Bruxelles, Denver et Helsinki, d’un travail approfondi avec des villes slovaques et d’événements majeurs à La Haye et à New York, nous avons le plaisir de partager dix conclusions et recommandations clés tirées de l’expérience et du point de vue des dirigeants et des praticiens locaux pour relever ces défis.

1. Le contexte des villes nord-américaines et européennes est différent, mais les moteurs de la haine et de l’extrémisme, y compris les niveaux croissants de polarisation, sont similaires. Dans les deux cas, les individus sont aux prises avec et/ou puisent sélectivement dans une variété de motivations et d’idéologies plutôt que d’être motivés par une idéologie unique et distincte. Cela a des implications pour les politiques et les programmes de prévention au niveau de la ville.

2. Les villes ont identifié les menaces/défis les plus urgents pour la cohésion sociale comme étant la haine (y compris basée sur l’ethnicité, la race, l’identité, l’antisémitisme), les mouvements d’extrême droite, la désinformation et la polarisation politique. Bien trop souvent, les cadres politiques et l’affectation des ressources ne sont pas adaptés à l’image de la menace actuelle et aux réalités locales.

3. Les maires et les collectivités locales sont les premiers à ressentir et à gérer les tensions au sein de la communauté, qu’elles soient alimentées par des discours de haine, des sentiments anti-gouvernementaux, antisémites, anti-migrants ou anti-femmes. Si les villes ne peuvent pas toujours influencer l’émergence de ces tendances, elles peuvent s’efforcer de construire des communautés fortes et résilientes, rendant plus difficile l’enracinement de la haine et de l’extrémisme.

4. Les maires et les municipalités sont les plus proches du terrain et des communautés qu’ils représentent et servent. Leurs voix, leurs points de vue et leurs expériences sont essentiels à l’élaboration de politiques efficaces aux niveaux national, régional et international.

5. Si les villes peuvent aborder ces questions sous des angles différents – extrémisme violent, haine, prévention de la criminalité ou de la violence, ou encore cohésion sociale -, elles ont néanmoins beaucoup à apprendre les unes des autres.

6. Les villes des deux côtés de l’Atlantique reconnaissent la nécessité de :

a) mettre en œuvre des approches adaptables, locales, multipartites et multidisciplinaires pour une prévention durable de la haine et de l’extrémisme ;

b) instaurer et renforcer la confiance et investir dans des relations à long terme pour établir des liens durables ; et

c) identifier les points communs entre les différents groupes.

7. Il est largement admis que la prévention est plus efficace et plus durable lorsqu’elle est multipartite par nature et qu’elle s’appuie sur une approche collaborative. En faisant appel à différents praticiens, à de nouvelles perspectives et à des expériences variées, on s’assure que les cadres de prévention restent adaptés à l’évolution des tendances et à la dynamique de la communauté. Les professions impliquées dans un programme ou un cas particulier varient en fonction du contexte et de la distance à parcourir. Les parties prenantes impliquées dépendront probablement de celles en qui la personne concernée et sa famille ont le plus confiance.

8. Il y a des leçons importantes à tirer des maires et des municipalités d’Europe et d’Amérique du Nord qui ont mené leurs communautés à travers les attaques. Le partage des expériences des maires peut garantir que d’autres maires et villes sont bien préparés : des points de décision clés aux messages, en passant par les défis rencontrés, les relations et les partenaires qui peuvent jouer un rôle clé dans le maintien de la cohésion sociale au fur et à mesure que les communautés font leur deuil et se rétablissent.

9. Le leadership des maires joue un rôle clé à la fois dans la prévention et dans la réponse. Par exemple, les maires peuvent utilement :

a. S’exprimer régulièrement et de manière cohérente contre la haine et l’extrémisme.

b. Envoyer un message clair et cohérent sur le fait d’être une ville inclusive et accueillante – la sécurité commence par l’inclusion au niveau local ; l’inclusion est le fondement de la prévention.

c. Investir dans l’instauration d’un climat de confiance avec et entre les communautés, de manière à ce qu’il y ait des liens et une confiance établis en cas d’émergence de la haine ou de l’extrémisme.

d. Veiller à ce que les communautés aient le sentiment que leurs dirigeants locaux sont présents/accessibles. L’accessibilité est essentielle pour instaurer la confiance et la cohésion sociale au sein de la communauté locale. Des liens authentiques et de confiance avec les communautés sont essentiels pour rallier le soutien dans les moments de crise, pour s’attaquer aux héritages historiques/structurels discriminatoires et pour renforcer la cohésion et la résilience des communautés à long terme.

e. Soutenir la cartographie des menaces et des besoins locaux et veiller à ce que l’infrastructure locale existante réponde aux menaces et aux besoins des différents quartiers et communautés. Cette cartographie devrait être mise à jour grâce à des efforts réguliers de collecte de données, provenant de différents services municipaux ainsi que d’organisations communautaires, et rendue accessible et exploitable grâce à des tableaux de bord de données.

f. Permettre à tous les habitants – y compris les nouveaux arrivants – d’accéder aux services de la ville et expliquer clairement (en plusieurs langues) les étapes par lesquelles les habitants peuvent accéder à ces services : développer le “muscle de la compassion” de la ville en tant que fondement d’une cohésion sociale plus large.

g. Engager des fonds à long terme pour soutenir les efforts locaux visant à répondre aux menaces et aux besoins.

h. Encourager la collaboration multidisciplinaire et multisectorielle : de la collecte de données à l’évaluation des menaces, des risques et des besoins, en passant par la conception et la mise en œuvre de programmes et d’interventions sur mesure. Promouvoir une police à la fois préventive et réactive et faciliter la collaboration entre la police et les travailleurs sociaux.

i. Investir dans les espaces urbains pour favoriser la cohésion sociale et rassembler les communautés.

j. Créer des espaces sûrs pour les conversations difficiles (y compris sur le racisme, l’injustice et la haine) entre les différents groupes de citoyens.

k. Déployer des messagers crédibles et des responsables des affaires publiques, y compris dans les communautés “difficiles à atteindre”, afin d’identifier et de contrer la désinformation.

l. Former et équiper les enseignants et les écoles pour qu’ils puissent identifier les manifestations de haine et d’extrémisme émergentes et gérer ces situations par une intervention précoce.

m. Encourager les écoles à donner la priorité à l’enseignement de l’éducation aux médias et à l’esprit critique.

n. Institutionnaliser l’engagement auprès des jeunes et des leaders religieux, notamment en veillant à ce que les approches de la ville en matière de haine et d’extrémisme s’appuient sur un engagement significatif avec ces parties prenantes clés.

o. Veiller à ce que les fonctionnaires municipaux reçoivent la formation nécessaire pour contribuer aux efforts de lutte contre la haine et l’extrémisme (par exemple, formation à la lutte contre les préjugés et la polarisation ; comment identifier et signaler les signes comportementaux de haine et d’extrémisme).

p. Mettre à la disposition des travailleurs de première ligne, des survivants et des victimes de la violence motivée par la haine et l’extrémisme un soutien à long terme en matière de santé mentale, au-delà de l’arc immédiat qui suit l’attaque.

10. Le pouvoir et le potentiel des villes qui s’unissent pour relever ces défis, par rapport aux villes qui agissent isolément, sont considérables : les maires veulent partager et apprendre les uns des autres, mais ils doivent le faire non seulement au lendemain d’une attaque violente, lorsque les projecteurs sont braqués sur leur ville, mais aussi avant qu’une attaque ne se produise.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.