arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Voyage d’étude sur les maisons de sécurité néerlandaises : Voyage du bureau MENA du Réseau des villes fortes aux Pays-Bas avec des membres jordaniens et libanais du Réseau.

Date de publication :
24/11/2021
Type de contenu :
Partager :

— 4 minutes temps de lecture

Ci-dessus : Des décideurs politiques, des magistrats, des praticiens et des acteurs nationaux jordaniens et libanais rencontrent le ministère néerlandais des affaires étrangères dans le cadre du voyage d’étude sur les maisons de sécurité néerlandaises.

Du 12 au 14 novembre 2021, le Réseau des villes fortes (SCN), en partenariat avec l’ambassade des Pays-Bas et Human Security Collective, a organisé un voyage d’étude qui a rassemblé 25 décideurs politiques, magistrats, praticiens et acteurs nationaux jordaniens et libanais, ainsi que des décideurs, des maires, des universitaires et des praticiens locaux dans le domaine de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE) et de la polarisation des Pays-Bas.

Pendant trois jours, les participants ont visité les municipalités de La Haye, Delft, Amsterdam et Rotterdam, ainsi que des centres communautaires et des mosquées, afin d’examiner le modèle des “maisons de sécurité néerlandaises” et d’autres structures multi-agences qui utilisent un mécanisme de coordination clair et efficace pour prévenir l’extrémisme violent et assurer l’inclusion et le soutien des personnes vulnérables et des personnes à risque. Les discussions ont porté sur la mobilisation des maires contre l’extrémisme, la haine et la polarisation ; les obstacles à la coordination nationale-locale en matière de prévention ; le rôle que les villes peuvent jouer pour soutenir les efforts de l’EPV et engager les combattants étrangers de retour au pays et leurs familles ; la compréhension de l’impact du recrutement des groupes extrémistes en ligne sur les communautés ; et les programmes et initiatives axés sur la jeunesse, entre autres.

La visite comprenait également des discussions avec des universitaires et des groupes de réflexion afin d’examiner les dernières recherches et les outils de suivi et d’évaluation qui pourraient être utilisés dans les futurs programmes de lutte contre la pauvreté et la maltraitance.

Au niveau de la réhabilitation et de la réinsertion, le voyage d’étude a permis aux décideurs politiques et aux magistrats de visiter la prison Nieuw Vosseveld à Vught. La visite a permis de mieux comprendre les mécanismes qui contribuent à la réhabilitation des condamnés et à leur intégration dans la société, notamment par le biais d’un soutien psychosocial, d’une formation professionnelle et d’un soutien aux possibilités de travail rémunéré en prison. Parallèlement, la prison de Vught travaille en étroite coordination avec les maisons de sécurité néerlandaises pour assurer une intégration et un suivi harmonieux des détenus à l’issue de leur peine.


En réfléchissant au voyage d’étude, les participants ont indiqué que les “réseaux locaux de prévention” mis en place par le réseau des villes fortes ont été jugés efficaces pour intégrer la programmation PVE dans le travail municipal et promouvoir des espaces permettant aux jeunes de s’exprimer et de se sentir intégrés au sein de leurs communautés.

Toutefois, des défis subsistent en ce qui concerne les programmes intégrés de prévention et de lutte contre la traite des êtres humains :

En conséquence, le réseau des villes fortes soutiendra, au cours de la période à venir, les mécanismes nationaux et locaux de coordination et de partage de l’information, ainsi que les échanges régionaux et les opportunités de développement des capacités qui renforceront le rôle des villes et l’efficacité des programmes de prévention et de lutte contre la criminalité au Moyen-Orient.



Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.