arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Quatrième sommet mondial – Modèles de prévention à l’échelle de la ville : Un échange avec les décideurs et les praticiens de la prévention de la haine et de l’extrémisme de la ville de New York

Date de publication :
19/10/2023
Type de contenu :
Partager :

— 1 minutes temps de lecture

Du 19 au 21 septembre 2023, le Réseau des villes fortes a tenu son quatrième sommet mondial à New York, qui a rassemblé plus de 240 participants, y compris des dirigeants de villes et des praticiens représentant plus de 115 villes de 50 pays à travers le monde. Le sommet a comporté 11 événements et a permis à des fonctionnaires municipaux de divers contextes de partager et d’apprendre des pratiques prometteuses pour la prévention de la haine, de la polarisation et de l’extrémisme menée par les villes. Lisez le rapport de l’événement ici .

Le programme comprenait un atelier d’une demi-journée sur les “modèles de prévention à l’échelle de la ville”, organisé en partenariat avec l’Université de New York (NYU). Centre des affaires mondiales et la ville de New York Bureau pour la prévention des crimes de haine (OPHC), qui coordonne plusieurs agences municipales et partenaires communautaires afin de réduire les crimes de haine et les préjudices connexes dans l’une des villes les plus diverses et les plus grandes du monde. Le travail de l’OPHC, qui est dirigé par Directeur exécutif, Hassan Naveedet qui comprend, par exemple, un programme d’action à l’échelle de la ville. Rompre le pain, tisser des liens qui rassemble différentes communautés pour renforcer la confiance intercommunautaire, a contribué à une diminution de 16 % des crimes de haine au cours de l’année fiscale écoulée, comme l’indique le rapport de l Camille Varlack, chef de cabinet du maire de New York, Eric Adams. Cet événement a été inspiré à la fois par les réalisations de l’OPHC et par les nombreux efforts multi-acteurs innovants que d’autres villes membres de Strong Cities et au-delà déploient pour lutter contre la haine, l’extrémisme et la polarisation, et pour favoriser des communautés inclusives et résilientes. L’atelier comprenait une série de tables rondes au cours desquelles les représentants des collectivités locales étaient invités à partager leurs réalisations et leurs difficultés dans le cadre de ces efforts, afin de montrer pourquoi les collectivités locales sont si importantes pour lutter efficacement et durablement contre les menaces de la haine et de l’extrémisme.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.