arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Al-Jazeera : Comment les villes des Balkans occidentaux font face aux problèmes de sécurité

Date de publication :
06/06/2023
Type de contenu :
Partager :

— 7 minutes temps de lecture

En mars 2023, Al Jazeera Balkans a publié un article de Sanadin Voloder sur l’engagement du Réseau des villes fortes avec les villes de Kumanovo et d’Elbasan, et sur notre nouveau centre régional. Il s’agit d’une traduction non officielle de l’article, qui a été publié en bosniaque, disponible ici.

Grâce au soutien extérieur et à la coordination du réseau mondial des villes fortes, les communautés locales ont la possibilité d’améliorer la sécurité, les infrastructures et les ressources humaines là où elles n’ont généralement aucune compétence. La scène géopolitique mondiale n’a jamais été aussi complexe et les citoyens n’ont jamais été aussi exposés à diverses formes d’actions hostiles et de menaces pour la sécurité. Le maintien de la sécurité dans le monde est devenu de plus en plus difficile ces dernières années, en particulier après l’agression russe contre l’Ukraine et le changement d’orientation vers des formes hybrides de guerre.

Les Balkans occidentaux ont des défis et des limites communs, c’est pourquoi la coopération mutuelle est le meilleur moyen de trouver une solution. Grâce au soutien extérieur et à la coordination du réseau mondial des villes fortes, les communautés locales ont la possibilité d’améliorer la sécurité, les structures et les capacités là où elles ne sont généralement pas compétentes, mais en cas de menace à la sécurité, elles sont les premières à être touchées et à réagir parce qu’elles sont les plus proches des citoyens.

C’est Sarajevo qui a récemment accueilli la réunion du réseau des villes fortes des Balkans occidentaux. Cette association est un réseau mondial indépendant qui regroupe 165 villes et a pour mission de soutenir les efforts déployés au niveau des villes/municipalités afin de prévenir l’extrémisme, la haine et la polarisation et de renforcer les mécanismes de protection des droits de l’homme.

Échange d’expériences

“Peu de villes ou de pays sont épargnés par la montée de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation. Ce phénomène affecte la confiance, les relations et l’infrastructure sociale qui assurent la stabilité et jettent des ponts entre les différentes communautés”, déclare Eric Rosand, directeur exécutif du Réseau des villes fortes.

“La plupart des politiques internationales dans ce domaine se concentrent soit sur le niveau central (par le biais de mesures de sécurité ou de cadres/stratégies généraux conçus pour se répercuter au niveau local), soit sur des interventions à court terme et étroitement ciblées de la société civile au niveau local. Mais cette approche ignore le rôle unique que les maires et les gouvernements infranationaux (par exemple, les cantons, les provinces, les villes, les municipalités ou les communes) peuvent et doivent jouer dans la prévention et la réponse à ces menaces d’une manière durable qui développe la résilience et renforce la cohésion sociale. C’est là que le Réseau des villes fortes entre en jeu”.

Le réseau estime que les villes et les gouvernements locaux sont dans une position unique pour jouer un rôle actif dans la prévention et la réponse à la haine, à la polarisation et à l’extrémisme.

“Ils sont non seulement les témoins directs de la façon dont les tensions et les conflits se manifestent au niveau local, mais ils subissent également le poids de la violence extrémiste et haineuse qui vise de façon disproportionnée les communautés et les infrastructures dans les zones urbaines”, explique M. Rosand.

“Il est tout aussi important de noter que les résidents des communautés sont susceptibles d’avoir des contacts avec les institutions lorsqu’ils accèdent aux services et communiquent au niveau local. Même pour les villes qui n’ont pas de mandat spécifique ou de fonction de sécurité publique dédiée, leur proximité et leur interaction avec les communautés offrent un grand potentiel pour renforcer l’inclusion et la cohésion sociale. Pour restaurer et maintenir la cohésion sociale, il est essentiel d’aider les maires et les autres autorités locales à exploiter ce potentiel et de catalyser une plus grande implication des villes dans la prévention et la réponse au stress social”.

Étant donné que le réseau des villes fortes opère sur plusieurs continents et dans plusieurs régions en crise, leur expérience peut contribuer à une meilleure compréhension des défis auxquels sont confrontés les pays des Balkans occidentaux.

“Lancé aux Nations Unies en 2015, le Réseau des villes fortes est un réseau mondial indépendant de plus de 165 villes et autres gouvernements locaux qui se consacrent à la lutte contre toutes les formes d’extrémisme, de haine et de polarisation au niveau local. En 2022, le Réseau a lancé quatre centres régionaux – en Afrique de l’Est et du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (BISA), en Asie du Sud et dans les Balkans occidentaux. Composés de petites équipes d’experts locaux, ces pôles véhiculent la mission du Réseau au niveau régional”, explique M. Rosand.

Grâce à une connaissance spécifique du contexte régional et à des capacités supplémentaires pour soutenir un engagement plus cohérent avec une orientation régionale, Rosand poursuit : “Les pôles régionaux conseillent les villes, organisent des événements, mettent les villes en contact avec d’autres villes confrontées à des défis similaires, fournissent une assistance aux maires et aux administrations, et identifient les possibilités de mise en œuvre de subventions pour l’assistance technique”.

“Les expériences, les bonnes pratiques et les défis identifiés par les villes ne sont pas seulement partagés à travers la région, mais aussi à travers le réseau mondial des villes fortes, dont les membres partagent leurs idées et leurs approches innovantes. Cet accès à l’expertise régionale et mondiale et l’apprentissage par les pairs dans le monde entier contribuent à rendre les maires, les dirigeants locaux et les praticiens mieux informés et équipés d’approches et d’idées pour faire face à la haine et à la polarisation croissantes dans leurs communautés”.

L’exemple de Kumanovo et l’expérience de l’Albanie

Kumanovo a été le théâtre du conflit de mai 2015, qui a ébranlé la situation politique en Macédoine du Nord.

“Les villes sont souvent en marge des discussions sur la sécurité ou la prévention, mais elles sont les premières à réagir lorsque les menaces se concrétisent. Kumanovo en sait quelque chose, car en 2015, notre municipalité a été la cible de groupes qui voulaient saper la coexistence et la stabilité de notre municipalité et du pays dans son ensemble. Avec l’aide du Réseau des villes fortes, nous avons réussi à combler le fossé entre les capacités et les besoins sur le terrain, et à nous engager plus activement dans la prévention de l’extrémisme violent, de la haine et de la polarisation dans notre communauté”, souligne Maksim Dimitrievski, maire de Kumanovo.

La coopération entre les villes par l’établissement de liens de confiance est le meilleur moyen de prévenir les problèmes de sécurité et de suivre les changements dans les processus mondiaux qui peuvent se répercuter au niveau local.

“Les défis deviennent de plus en plus sophistiqués, et c’est pourquoi il est important de se tenir au courant de tous les événements au niveau local afin d’être en mesure de répondre de manière adéquate et de prévenir les menaces. Il est tout aussi important que nous établissions une communication et des liens avec les villes de la région, car nos défis sont similaires et beaucoup d’entre nous trouvent des moyens qui donnent des résultats qui pourraient être reproduits. Nous devons jeter de meilleures passerelles de coopération dans toute la région sur ce sujet, car la sécurité et la lutte contre la haine, la polarisation et toutes les formes d’extrémisme constituent un intérêt commun pour nous tous”, a déclaré M. Dimitrievski.

L’Albanie est un pays en transition confronté à un taux élevé de corruption et de criminalité, qui affecte particulièrement les jeunes qui ont du mal à trouver du travail.

“Le réseau des villes fortes est un mécanisme qui a permis à la municipalité d’Elbasan d’établir des partenariats importants dans le cadre de l’identification et de la résolution des problèmes de sécurité”, estime Ervin Muco, directeur des services sociaux et coordinateur du conseil local de sécurité publique et ancien maire adjoint d’Elbasan.

Depuis qu’il a été nommé coordinateur du mécanisme, il a eu l’occasion de voir de près comment sont mis en œuvre les projets axés sur le soutien aux jeunes et la prévention de leur comportement criminel. “Parallèlement, nous travaillons à l’élaboration d’une stratégie d’évaluation des risques, qui vise à donner la priorité aux questions liées à la sécurité. Encourager la participation des citoyens, et en particulier la participation des jeunes à la prise de décision, reste un défi qui doit être relevé en priorité”, conclut M. Muco.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.