arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon
Resources, City Spotlights Dąbrowa Górnicza

City Spotlight: Dąbrowa Górnicza, Pologne

Dąbrowa Górnicza est une ville de taille moyenne de plus de 120 000 habitants, qui fait partie de l’agglomération de Katowice, dans la voïvodie de Silésie, au sud de la Pologne. Comme dans d’autres villes de Pologne, le paysage des menaces haineuses et extrémistes se compose principalement de mouvements antisémites, anti-minorités et anti-LGBTQ+. Malgré des ressources limitées, le maire Marcin Bazylak et le gouvernement local de Dąbrowa Górnicza ont pris des mesures importantes pour minimiser l’impact de ces mouvements et éviter l’escalade de la violence.

Dąbrowa Górnicza s’est engagée pour la première fois auprès de Strong Cities fin 2022 et a été l’une des villes consultées dans le cadre d’un exercice visant à comprendre les besoins et les priorités des villes polonaises en matière de prévention. Depuis lors, les représentants des villes ont participé à de nombreuses activités des villes fortes, notamment un atelier à Oslo (Norvège) en mai 2023 sur les réponses apportées par les villes à la violence motivée par la haine et l’extrémisme, et le quatrième sommet mondial à New York en septembre 2023.

Quelles sont les préoccupations des autorités locales ?

La ville a connu un certain nombre d’incidents motivés par la haine et l’extrémisme au cours des dernières années. Le gouvernement local considère que la manifestation de 2018 menée par le “prêcheur de haine” nationaliste Jacek Mieldlar est la plus alarmante, car elle a révélé l’ampleur des groupes néonazis et des sympathisants qui opèrent et/ou vivent dans la ville. Les manifestants ont scandé des slogans racistes et antisémites, ont tenu des propos négationnistes et ont incité à la haine envers les non-Polonais. La situation a failli dégénérer en violence lorsque l’un des partisans de Mieldlar a tenté de s’emparer de la bannière d’un contre-manifestant, ce qui a fourni à la ville une base juridique pour dissoudre le rassemblement de Mieldlar.

Plus récemment, reflétant la persistance du sentiment antisémite à Dąbrowa Górnicza, des groupes d’extrême droite ont démoli un vieux cimetière juif. La ville est également confrontée à des problèmes permanents liés à l’affichage public de slogans racistes, graffités sur les murs et d’autres infrastructures. Avec l’afflux de réfugiés ukrainiens qui sont arrivés en Pologne depuis 2022, ces slogans incluent et affichent de plus en plus un sentiment anti-migrant et anti-ukrainien. Les slogans disaient, par exemple, “Les Polonais ne veulent pas d’Ukrainiens ici”.

Outre ces questions, les responsables de Dąbrowa Górnicza ont indiqué que les activités anti-LGBTQ+ étaient un problème persistant et important, qui reste difficile à traiter en raison de ce qu’ils perçoivent comme une “normalisation” de ce type de haine dans l’ensemble du pays.

Comment le gouvernement local réagit-il ?

Pour renforcer la réponse de la ville à ces questions, le maire Marcin Bazylak a mis en place le premier réseau local de prévention multi-acteurs dirigé par une ville en Pologne et axé sur le renforcement de la cohésion sociale, de l’inclusion, de la tolérance et de la résilience de la communauté face à la radicalisation. Avec le soutien de l’Institut de la sécurité sociale, le réseau a reçu une formation pour renforcer ses capacités à fonctionner de manière autonome et efficace. L’organe est composé de 14 membres représentant divers services municipaux, notamment la police, les écoles et d’autres institutions publiques locales, ainsi que la société civile et les institutions culturelles. Il se réunit au moins une fois par trimestre, et plus fréquemment si nécessaire, pour discuter des menaces qui alimentent ou peuvent exacerber l’extrémisme, la haine et la polarisation. Au cours de ces réunions, les membres examinent l’état d’avancement des efforts en cours pour répondre à ces menaces et planifient le développement et le lancement de nouvelles initiatives. Les décisions sont prises par consensus et le groupe est tenu de présenter des rapports d’avancement officiels au conseil municipal deux fois par an, tout en organisant fréquemment des réunions informelles pour tenir le maire informé de son travail.

Parmi les principales activités du réseau local figurent des projets scolaires visant à lutter contre les sentiments anti-LGBTQ+, pour lesquels il engage des représentants de la communauté LGBTQ+ afin de mieux comprendre leurs besoins et de renforcer la confiance. Le réseau s’est également associé à l’ONG Tęczówka Association pour produire du matériel pédagogique visant à réduire la stigmatisation liée à l’orientation sexuelle et au genre. L’impact de ce travail se reflète peut-être le mieux dans le fait que Dąbrowa Górnicza a été classée par l’ initiative Ranking of LGBTQI+ Friendly Schools comme la municipalité polonaise ayant le plus d’écoles accueillantes pour les LGBTQ+. Le programme scolaire du réseau prévoit également de sensibiliser les enseignants à la haine, à l’extrémisme et à la prévention, en leur donnant la capacité d’identifier de manière proactive les cas potentiels de radicalisation parmi leurs élèves. En dehors des écoles, le réseau a organisé un “Festival de l’empathie”, qui a rassemblé des habitants de différentes origines pour qu’ils se rencontrent et apprennent à connaître leurs cultures respectives.

Le réseau a permis d’améliorer la communication, la coordination, le partage d’informations et la confiance entre les services gouvernementaux locaux impliqués et, en impliquant les organisations communautaires, a renforcé la confiance entre ces organisations et le gouvernement local. Les membres du réseau indiquent que ces nouvelles relations leur ont permis de répondre à l’afflux de réfugiés ukrainiens plus efficacement qu’ils ne l’auraient fait autrement : ils soulignent qu’ils ont pu tirer parti de l’expérience du réseau en matière de coordination des différents acteurs pour fournir rapidement et efficacement une aide humanitaire, administrative et autre. Le réseau pourrait également tirer parti de ses relations et de son accès aux acteurs communautaires pour soutenir l’intégration sociale des réfugiés.

En plus d’avoir mandaté la formation du réseau local de prévention, le maire de Dąbrowa Górnicza a fait preuve de leadership en matière de prévention en prenant publiquement position contre la haine. Par exemple, à la suite de la manifestation d’extrême droite en 2018, plusieurs contre-manifestants ont été convoqués par le tribunal local pour avoir prétendument troublé la paix et la sécurité publiques. Le maire a assisté à chaque audience pour manifester sa solidarité avec les contre-manifestants et leur droit de protester pacifiquement contre la haine.

Quelle est la prochaine étape ?

En consultation avec Strong Cities, les représentants du réseau local ont souligné un certain nombre de besoins en matière de renforcement des capacités qu’ils chercheront à satisfaire, y compris avec le soutien de Strong Cities. Cela inclut une formation sur la prévention secondaire[1], une meilleure connaissance et de meilleurs outils pour impliquer plus efficacement les jeunes en tant que partenaires dans la prévention, et l’élaboration d’un plan d’action local pour lui donner une stratégie sur laquelle il peut s’appuyer pour rendre des comptes. Enfin, il a besoin d’aide pour élaborer un modus operandi solide, comprenant une description détaillée des rôles et des responsabilités de chacun des membres.

En dehors des besoins du réseau, le maire a partagé avec Villes fortes qu’il y avait eu très peu d’occasions pour lui d’apprendre comment, en tant que dirigeant de la ville, il pouvait s’engager le plus efficacement possible dans la prévention. Bien qu’il ait été en mesure d’échanger avec d’autres maires sur cette question par l’intermédiaire de l’Association des villes polonaises dans le cadre de sa commission des droits de l’homme, il a noté que les enseignements n’ont pas été substantiels. Strong Cities offre au maire une plateforme et des ressources, telles que son Guide pour les maires, qui lui permettent de mieux comprendre à quoi peut ressembler le leadership d’un maire en matière de prévention. En outre, selon le maire, les praticiens de toute la ville ont besoin d’être formés à la prévention primaire et sensibilisés aux menaces de la haine et de l’extrémisme[2]. De plus, il estime qu’il faut faire davantage dans les écoles pour former les enseignants à promouvoir l’éducation civique et le dialogue interculturel. Au-delà de ces lacunes, la ville souhaite investir dans une meilleure compréhension de l’ampleur de la haine et des menaces qui y sont liées et, par l’intermédiaire du réseau local de prévention, cherche à mieux s’engager auprès des communautés et à instaurer un climat de confiance avec elles.


[La prévention secondaire concerne l’identification des individus les plus exposés au risque de radicalisation. Il s’agit notamment de répondre à leurs griefs et à leurs besoins afin de les dissuader de s’engager dans des activités extrémistes.

[Les mesures de prévention primaire visent à renforcer la résilience de la société dans son ensemble afin de rendre les individus moins enclins à la haine et à l’extrémisme (violent). Contrairement à la prévention secondaire, la prévention primaire ne se concentre pas sur un individu ou un groupe spécifique, mais propose des mesures à l’échelle de la population.

Pour en savoir plus

Explorer ou rechercher les City Spotlights

Recherche de projecteurs par nom de ville ou par thème

Votre ville est-elle une ville forte ?

L’adhésion à Strong Cities est ouverte aux autorités locales au niveau de la ville, de la municipalité ou d’un autre niveau sous-national. L’adhésion est gratuite.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.