arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon
Ressources, Pleins feux sur les villes Corporation municipale de Delhi

Pleins feux sur la ville : Corporation municipale de Delhi, Inde

La Corporation municipale de Delhi (MCD), la Corporation municipale de New Delhi et le Canton de Delhi forment ensemble le Territoire de la capitale nationale de Delhi (NCTD). Située dans le nord de l’Inde et comptant plus de 30 millions d’ habitants, NCTD est l’une des mégapoles les plus peuplées du monde.

La MCD, en tant que collectivité locale, est la plus grande des trois collectivités qui composent le NCTD. Elle a été rétablie en 2022 (après avoir été trifurquée en trois petites municipalités en 2012), et Shelley Oberoi a été élue maire et exerce cette fonction depuis lors. Le MCD est actuellement divisé en 12 zones administratives, chacune d’entre elles étant composée d’un comité de quartier chargé de répondre aux préoccupations locales.

Le MCD a rejoint le Réseau des villes fortes en août 2023 après que le maire Oberoi et les conseillers municipaux aient participé à une table ronde du maire en juin 2023 sur les efforts locaux pour construire l’harmonie et la cohésion sociales et à un atelier régional en août 2023 organisé par le Hub régional d’Asie du Sud de Strong Cities. En septembre 2023, le MCD a facilité la participation de l’ensemble du NCTD au quatrième sommet mondial de Strong Cities à New York.

Quelles sont les préoccupations des autorités locales ?

Delhi est confrontée à de nombreuses menaces pour sa cohésion sociale, en raison de l’urbanisation rapide et des migrations, qui pèsent sur les ressources et créent une concurrence pour l’emploi et le logement, exacerbant les disparités économiques et conduisant à des tensions entre les différents groupes sociaux et ethniques de la ville. En outre, les tensions interethniques et interreligieuses sont exacerbées par les discours de haine, en particulier pendant les périodes électorales, les partis politiques faisant des “autres” ethniques et/ou religieux des boucs émissaires à des fins politiques et pour semer la division. Des problèmes profondément ancrés, tels que la discrimination fondée sur la caste, persistent également et sapent encore davantage la cohésion sociale, malgré l’existence de cadres juridiques visant à protéger contre ce type de discrimination. La fragmentation politique, l’insuffisance des infrastructures, la dégradation de l’environnement et la partialité des médias sont autant de facteurs qui contribuent aux divisions sociales et à l’aliénation, affectant particulièrement les communautés marginalisées telles que les Dalits (la plus basse des castes dans le système indien), les minorités religieuses, les membres des communautés LGBTQ+ et les travailleurs du sexe.

Delhi a également connu de multiples manifestations d’extrémisme violent. Il s’agit notamment des attentats à la bombe de Delhi en 2008, au cours desquels une série d’explosions a secoué plusieurs endroits de la ville, faisant plus de 30 morts et de nombreux blessés, et de l’attentat à la bombe contre la Haute Cour en 2011, qui a fait 11 morts et des dizaines de blessés.

La violence motivée par la haine, de manière plus générale, reste également très préoccupante. Par exemple, en 2020, un certain nombre d’émeutes ont eu lieu, qui sont devenues violentes en raison des tensions croissantes entre les groupes qui soutiennent et ceux qui s’opposent à la loi controversée sur l’amendement de la citoyenneté (CAA), qui permet une voie accélérée vers la citoyenneté indienne pour les minorités persécutées qui sont entrées en Inde, mais qui exclut les musulmans dans ce cas. L’exclusion des musulmans de cette loi a suscité une forte opposition de la part de la population musulmane de l’Inde. La loi a également contribué à une flambée de violence antimusulmane, avec de nombreux magasins, maisons et mosquées incendiés et profanés. Ces incidents soulignent la menace persistante de l’extrémisme violent et de la violence motivée par la haine à Delhi, qui nécessite une vigilance constante et des mesures proactives pour protéger la ville et tous ses habitants.

Comment le gouvernement local réagit-il ?

Le ministère indien de l’intérieur a demandé aux municipalités d’adopter une série de mesures visant à atténuer la violence communautaire et à protéger les communautés touchées. Ces “lignes directrices sur l’harmonie entre les communautés” comprennent des mesures préventives et administratives, des politiques en matière de personnel, la sensibilisation de la presse et des médias, des mesures d’application et de suivi des cas, l’aide et la réhabilitation.

La MCD, ainsi que divers organismes chargés de l’application de la loi et des organisations de la société civile, met en œuvre une série de mesures conformes aux lignes directrices. Il s’agit notamment de faire appliquer les lois existantes contre les discours de haine, l’incitation à la violence et la discrimination, tout en s’efforçant de renforcer les protections juridiques pour les victimes de ces crimes, y compris en introduisant une nouvelle législation si nécessaire. Ces efforts sont complétés par des mécanismes de collecte de renseignements et de réaction rapide mis en place par les forces de l’ordre pour détecter et contrer les crimes haineux et la violence communautaire. Ensemble, le MCD et les forces de l’ordre mènent également des enquêtes et poursuivent les personnes qu’ils estiment responsables de la propagation de la haine ou de l’incitation à la violence.

Au-delà d’une approche juridique et policière, la MCD s’attaque à ces menaces en établissant des partenariats avec la société civile et en lançant ses propres programmes gouvernementaux. Par exemple, le président du conseil municipal de la ville Commission de Delhi pour les femmes (DCW), Swati Maliwal, a mené divers projets et campagnes d’autonomisation des femmes pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et la discrimination fondée sur le sexe, notamment en lançant une “cellule d’aide aux victimes de viols”, qui a reçu plus de 410 000 appels et conseillé 60 000 victimes d’agressions sexuelles. survivants. La DCW plaide également en faveur de lois et de politiques plus strictes au niveau national afin de protéger les droits des femmes.

En outre, le vice-ministre en chef de Delhi a joué un rôle essentiel dans la mise en œuvre de réformes éducatives visant à améliorer la qualité de l’enseignement dans les écoles publiques. Par exemple, des initiatives telles que le “Happiness Curriculum” et le programme “Chunauti” ont été lancées dans le but de favoriser des environnements d’apprentissage inclusifs et de promouvoir les valeurs de tolérance et d’empathie, en renforçant la résilience contre l’extrémisme et les discours de haine chez les jeunes.

Le MCD soutient également les jeunes militants en déployant des projets et des campagnes visant à promouvoir le dialogue et la compréhension, tout en les protégeant des réactions négatives potentielles que leur activisme entraîne à Delhi. Par exemple, lorsqu’une jeune militante a reçu des menaces de viol à la suite de ses appels à l’inclusion, le gouvernement de la ville a posté deux gendarmes à son domicile pour assurer sa sécurité et sa protection.

En outre, le MCD collabore avec diverses organisations communautaires et autres, ou est impliqué d’une autre manière, afin d’atteindre ses objectifs en matière de prévention. Il s’agit notamment de

Ensemble, ces initiatives représentent un effort concerté pour lutter contre les disparités sociales, renforcer les capacités des groupes marginalisés et favoriser un sentiment de solidarité et d’inclusion au sein du tissu diversifié de Delhi afin d’atténuer la propagation et les escalades violentes de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation.

Quelle est la prochaine étape ?

La MCD vise à poursuivre la lutte contre l’inégalité entre les sexes et la violence fondée sur le sexe par le biais de partenariats communautaires, en cherchant à mettre en œuvre des politiques visant à faire progresser les droits et l’égalité des femmes dans tous les secteurs de la société et en investissant en particulier dans l’amélioration de l’accès des femmes à l’éducation, aux soins de santé et aux opportunités économiques. En outre, MCD cherche à renforcer la résilience et à améliorer la cohésion sociale en mettant en œuvre des initiatives communautaires supplémentaires, en mettant l’accent sur l’amélioration de ses investissements dans la préparation aux catastrophes (en particulier en ce qui concerne le changement climatique et les infrastructures).

Enfin, la fusion des agences municipales de Delhi Nord, Sud et Est au sein du MCD en 2022 a donné lieu à une compilation des ressources de chaque agence municipale. Cela a permis de rationaliser le déploiement de ces ressources. La MCD tirera parti de cette unification des ressources pour renforcer sa réponse à la polarisation politique et religieuse, notamment en créant des plateformes de dialogue ouvert et en diffusant des messages de paix, de tolérance et d’inclusion.

Pour en savoir plus

Explorer ou rechercher les City Spotlights

Recherche de projecteurs par nom de ville ou par thème

Votre ville est-elle une ville forte ?

L’adhésion à Strong Cities est ouverte aux autorités locales au niveau de la ville, de la municipalité ou d’un autre niveau sous-national. L’adhésion est gratuite.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.