arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

City Spotlight: Wroclaw, Pologne

Wroclaw est la troisième plus grande ville de Pologne (674 000 habitants en 2023) et la capitale régionale de la voïvodie de Basse-Silésie. Son histoire remonte à 1000 ans et c’est aujourd’hui une ville multiculturelle qui s’enorgueillit d’une importante population étudiante internationale. Bien que les groupes haineux restent actifs et continuent de se mobiliser publiquement dans la ville, le gouvernement local a pris des mesures importantes pour atténuer l’impact de ces groupes sur la sécurité et le bien-être des communautés locales.

La ville de Wroclaw s’est engagée dans le programme Villes fortes depuis 2022. C’est l’une des villes polonaises qui ont participé à l’exercice “Villes fortes” visant à identifier les besoins et les priorités des municipalités du pays en matière de prévention. Des représentants de la ville ont également pris part au dialogue transatlantique Strong Cities organisé à La Haye (Pays-Bas) en novembre 2022 sur la sauvegarde de la démocratie locale, et à Oslo (Norvège) en mai 2023 sur les réponses apportées par les villes à la violence extrémiste et motivée par la haine.

Quelles sont les préoccupations des autorités locales ?

Les autorités municipales et d’autres acteurs locaux considèrent que la principale menace de haine, d’extrémisme et de polarisation pouvant conduire à la violence provient des hooligans d’extrême droite et des groupes néo-nazis qui propagent des sentiments xénophobes, antisémites, islamophobes et anti-LGBTQ+. La persistance de la mobilisation de l’extrême droite à Wroclaw se reflète dans les marches annuelles de l’extrême droite à l’occasion de la fête de l’indépendance de la Pologne, qui attirent chaque année des milliers d’acteurs de l’extrême droite dans la ville, où ils adoptent publiquement des points de vue haineux. Par exemple, en 2016, la marche a été dirigée par un ancien prêtre nationaliste qui a incité à l’antisémitisme en appelant à la “défaite du gauchisme, de la judéité et du communisme“. En 2019, la marche est devenue violente lorsque les participants ont refusé de se disperser et se sont heurtés à la police après que la ville a tenté de fermer la marche en raison de chants antisémites. Bien que les marches aient été moins ouvertement haineuses depuis lors, les acteurs de l’extrême droite continuent de se mobiliser à Wroclaw le jour de l’indépendance polonaise (11 novembre).

Les acteurs locaux s’inquiètent également de la généralisation du sentiment anti-migrants – en particulier anti-Ukrainiens – alimenté par la désinformation et les récits de conspiration. Des acteurs de l’extrême droite se sont mobilisés publiquement pour défendre leurs opinions anti-ukrainiennes, lors de matchs du club de football local et en apposant des graffitis dans toute la ville. La ville a également été confrontée au début de l’année 2023 à des tentatives d’acteurs malveillants de voler les informations personnelles des réfugiés ukrainiens : des tracts ont été diffusés – sous le couvert du gouvernement national – pour demander aux Ukrainiens d’enregistrer leurs données personnelles. Bien que la manière dont les données collectées sont/ont été utilisées ne soit pas claire, les parties prenantes locales ont signalé à Strong Cities que la situation faisait que les nouveaux arrivants ne se sentaient pas en sécurité et qu’ils étaient pris pour cible. La rhétorique antimusulmane et xénophobe au sens large reste également répandue, exacerbée par des crises telles que celle de la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

La violence anti-LGBTQ+ et la violence fondée sur le genre sont également des préoccupations majeures pour le gouvernement local et les représentants de la société civile. Par exemple, en 2021, un homme a été attaqué dans les rues de Wroclaw parce qu’il était supposé être homosexuel.

Les représentants de la ville ont indiqué à Strong Cities que les sentiments anti-ukrainiens, anti-LGBTQ+ et autres sentiments haineux (par exemple, anti-musulmans, anti-roms, antisémites) s’inscrivent dans un contexte national plus large où la violence et la discrimination motivées par la haine sont de plus en plus présentes dans le discours politique. Il s’agit également de la haine et de la violence fondées sur le sexe, qui ont augmenté à la suite d’une nouvelle loi interdisant l’avortement en Pologne.

Comment le gouvernement local réagit-il ?

La ville de Wroclaw a pris diverses mesures pour faire face à ces menaces, notamment en créant des organismes d’intégration et de protection sociale et en élaborant des stratégies spécifiques pour renforcer la cohésion sociale et le dialogue intercommunautaire. En outre, le gouvernement local s’est engagé à dissoudre les rassemblements publics où des opinions extrémistes et/ou haineuses sont exprimées, comme il l’a fait en 2019 lorsque des chants antisémites ont fait partie d’une marche d’extrême droite lors de la fête de l’indépendance. C’est l’une des rares collectivités locales polonaises à avoir intenté et gagné une action en justice pour dissoudre une marche d’extrême droite qui incitait à la haine. Par conséquent, les groupes d’extrême droite qui ont participé aux dernières marches de la fête de l’indépendance ont fait preuve de retenue et n’ont pas manifesté ouvertement leur haine à l’égard de quelque groupe que ce soit.

La ville s’est toujours engagée à améliorer ses relations avec les forces de l’ordre, qui sont contrôlées par le gouvernement national. Et ce, même lorsque les tensions étaient monnaie courante en raison des divergences politiques entre le gouvernement local et les autorités nationales précédentes. Par exemple, le maire Jacek Sutryk et le chef de la police régionale se rencontrent régulièrement pour discuter des menaces émergentes et des efforts conjoints potentiels pour y répondre.

Sur le plan opérationnel, la ville a intégré tous ses services de gestion de crise et d’urgence dans un département unique appelé Conseil de sécurité de Wroclaw, ce qui a amélioré l’efficacité de la réponse des forces de l’ordre, des pompiers, des services de protection contre les catastrophes et des services de santé d’urgence sur les questions de sûreté et de sécurité.

En outre, par l’intermédiaire de son centre d’intégration de Wroclaw, la ville a investi dans l’établissement de relations avec les communautés locales et les organisations communautaires, en établissant des partenariats avec plus de 140 organisations gouvernementales et de la société civile pour fournir ses services :

Le travail du centre d’intégration est complété par celui du centre de développement social de Wroclaw, une unité du gouvernement local chargée de renforcer la cohésion sociale (par exemple, par le biais de dialogues interculturels) et, plus généralement, de lutter contre la haine, l’extrémisme et la désinformation. Comme le centre d’intégration, son travail repose sur des partenariats avec d’autres services municipaux et la société civile, ainsi qu’avec des organismes nationaux décentralisés tels que la police régionale. Par exemple, le Centre coopère avec des organisations communautaires dans toute la ville pour gérer des centres dans 22 quartiers qui accueillent régulièrement des activités et des événements communautaires. En outre, elle s’est associée à la police régionale pour renforcer ses capacités en matière de police de proximité et de prévention de la haine.

Le Centre pour le développement social a également dirigé l’élaboration et la mise en œuvre de la première stratégie de dialogue interculturel de la ville (2018-2022), qui est en cours d’évaluation avec le soutien d’une organisation non gouvernementale locale. Dans ce cadre, le Centre a développé :

À la lumière des menaces actuelles, le Centre pour le développement social travaille sur une nouvelle stratégie pluriannuelle qui s’appuiera sur les activités déjà réalisées, mais en mettant davantage l’accent sur l’intégration sociale des migrants et des communautés marginalisées.

Enfin, la ville participe à un certain nombre de réseaux urbains qui lui permettent de se tenir au courant des pratiques municipales en matière de lutte contre la haine et l’extrémisme. Il s’agit notamment des villes fortes, du programme des villes interculturelles du Conseil de l’Europe et de la Coalition européenne des villes contre le racisme.

Quelle est la prochaine étape ?

Les représentants des collectivités locales et d’autres parties prenantes ont déclaré qu’ils étaient intéressés par la mise en place d’une équipe de prévention multi-acteurs qui réunirait les services municipaux, les acteurs locaux et les forces de l’ordre dans le cadre d’efforts conjoints pour lutter contre la haine, l’extrémisme et la polarisation. Les responsables municipaux espèrent également qu’un tel organisme renforcera la coopération nationale-locale en réunissant régulièrement la police nationale et les acteurs locaux. Le gouvernement local cherche en outre à :

  • former les enseignants à l’élaboration et à la mise en œuvre de programmes d’éducation civique et de sensibilisation dans les écoles.
  • renforcer la capacité de prévention de la police, en s’appuyant sur les efforts déployés par les organisations non gouvernementales locales pour leur fournir des conseils en matière de protection des droits de l’homme et de lutte contre les discours haineux et la criminalité. Les fonctionnaires municipaux ont indiqué à Strong Cities que la police n’avait pas reçu de formation sur l’extrémisme depuis un certain nombre d’années, et ont exprimé leur inquiétude quant à l’actualité de leur connaissance de la menace et des bonnes pratiques en matière de prévention.
Pour en savoir plus

Explorer ou rechercher les City Spotlights

Recherche de projecteurs par nom de ville ou par thème

Votre ville est-elle une ville forte ?

L’adhésion à Strong Cities est ouverte aux autorités locales au niveau de la ville, de la municipalité ou d’un autre niveau sous-national. L’adhésion est gratuite.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.