arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Pleins feux sur la ville : Municipalité métropolitaine d'eThekwini (Durban), Afrique du Sud

La municipalité d’eThekwini – anciennement Durban – est située sur la côte est de l’Afrique du Sud, dans la province du KwaZulu-Natal (KZN). Elle est la troisième plus grande municipalité métropolitaine du pays, après Johannesburg et Le Cap. Elle a été officiellement créée en décembre 2000 par la fusion de plus de 40 autorités locales et compte aujourd’hui une population de 3,9 millions d’habitants, dont environ deux tiers sont des jeunes de moins de 35 ans, la plupart d’entre eux ayant moins de 15 ans.

L’engagement de la municipalité d’eThekwini auprès de Strong Cities a inclus la participation à un atelier régional organisé par le Hub régional de l’Afrique de l’Est et du Sud (ESA) à Johannesburg (Afrique du Sud) en juin 2023 et au quatrième sommet mondial de Strong Cities à New York en septembre 2023.

Quelles sont les préoccupations des autorités locales ?

Comme tout grand centre urbain, eThekwini est confronté à un large éventail de problèmes, en particulier la violence sexiste, la discrimination et la xénophobie, les conflits entre les ressortissants étrangers et les résidents locaux posant un problème important. Dans le même temps, eThekwini doit faire face aux conséquences du changement climatique, telles que les inondations destructrices qui ont endommagé les infrastructures et provoqué le déplacement des habitants à l’intérieur et à l’extérieur de la région. Cette situation, ainsi que l’augmentation des taux de chômage, de la pauvreté, du nombre de sans-abri et des niveaux élevés d’inégalité, ainsi que l’héritage de l’aménagement du territoire de l’apartheid, qui continue de présenter des obstacles à l’intégration sociale, contribuent tous au sentiment d’insécurité et à l’érosion de la cohésion sociale.

Comment le gouvernement local réagit-il ?

Plan d’action participatif

eThekwini reconnaît que les fonctions essentielles des collectivités locales telles que le logement, les infrastructures et l’emploi – si elles sont assurées de manière efficace – peuvent renforcer la résistance à la haine, à l’extrémisme et à la polarisation en aidant tous les habitants à sentir qu’ils sont pris en charge et qu’ils peuvent compter sur les collectivités locales pour répondre à leurs besoins. En tant que telle, son approche de la lutte contre le racisme, la xénophobie, la polarisation et les problèmes connexes s’inscrit dans le cadre d’une approche plus large de la cohésion sociale qui est intégrée dans son plan de développement intégré (IDP) quinquennal statutaire (2023/24 – 2027/28).

La cohésion sociale est une priorité essentielle du PDI d’eThekwini, comme le souligne la déclaration de vision du PDI : “d’ici 2030, eThekwini aura la réputation d’être la ville africaine la plus solidaire et la plus agréable à vivre, où tous les citoyens vivent en harmonie“. En outre, deux des huit sous-plans qui composent le PDI se concentrent explicitement sur la cohésion sociale et la démocratie locale, l’objectif du sous-plan six étant de “créer une ville où les gens interagissent de manière créative pour stimuler la croissance économique, la cohésion sociale et l’unité dans la diversité” et celui du sous-plan sept étant de “garantir une institution forte, bienveillante et démocratique pour promouvoir et soutenir un gouvernement local consultatif et participatif”.

Il est important de noter que le PDI a été élaboré en étroite collaboration avec les habitants afin de s’assurer qu’il répond aux besoins réels des diverses communautés d’eThekwini. À cette fin, la municipalité a organisé plusieurs consultations publiques afin de comprendre le point de vue des habitants sur ce que la municipalité a fait de bien, sur ce qu’elle peut améliorer et sur les priorités qu’elle devrait se fixer pour les cinq années à venir. Cela passe notamment par la planification communautaire: “La municipalité a organisé des consultations dans chaque quartier pour permettre l’élaboration d’un “PDI crédible” fondé sur les besoins hyperlocaux.

Engagement communautaire, transparence et renforcement de la confiance

La municipalité investit fortement dans l’engagement communautaire et la participation publique au-delà de la planification communautaire pour informer le PDI. Elle le fait en reconnaissant que cela peut renforcer la confiance entre les résidents et le gouvernement local, ce qui peut servir de facteur de protection contre la haine, l’extrémisme et la polarisation. Les efforts supplémentaires d’eThekwini en matière d’engagement communautaire sont les suivants :

Ensemble, ces plateformes offrent aux résidents de multiples possibilités d’exprimer leurs opinions, de contribuer à la prise de décision et de façonner l’orientation de la gouvernance locale.

[1] Imbizo est le mot zoulou qui désigne un “rassemblement” généralement convoqué par un chef traditionnel.

Collaboration multi-acteurs

La municipalité gère en outre des plates-formes qui lui permettent de coordonner les acteurs communautaires et d’établir des partenariats avec eux. Il s’agit notamment de l’opération Sukuma Sakhe, fondée “sur l’idée d’amener le gouvernement à la population de manière coordonnée”. Cet objectif est atteint grâce à la mise en place de “structures de prestation intégrées”, appelées “salles de crise”, qui comprennent des fonctionnaires municipaux, des organisations communautaires et le secteur privé. Ces acteurs se réunissent régulièrement pour discuter et coordonner une réponse multi-acteurs aux problèmes émergents dans leur circonscription respective, qu’ils soient liés à la prestation de services publics, à la sécurité et à la sûreté, à la cohésion sociale ou à d’autres aspects.

Partenariats

eThekwini a investi dans divers partenariats pour lutter contre les menaces qui pèsent sur la cohésion sociale et, plus généralement, sur la sécurité des communautés. Il s’agit notamment de

Sensibilisation et programmes ciblés pour renforcer la cohésion sociale

Outre de solides mécanismes d’engagement communautaire, une collaboration multi-acteurs et des partenariats visant à renforcer les fonctions essentielles de gouvernance et à lutter contre la polarisation sociale, la municipalité a mis en place plusieurs initiatives ciblées pour lutter contre la violence fondée sur le genre, le racisme et la xénophobie et pour soutenir les victimes et les praticiens concernés. Par exemple, la municipalité offre une assistance juridique et des conseils aux survivants de la violence sexiste et forme les forces de l’ordre et les travailleurs sociaux sur la manière de travailler avec les victimes de manière sensible et constructive.

En outre, la municipalité encourage les conseillers et les dirigeants à dénoncer publiquement les attitudes xénophobes, racistes et sexistes. En 2021, lors d’un sommet de la jeunesse, le maire Kaunda a invité les habitants à aider la municipalité à lutter contre la violence sexiste en exhortant les parents, les éducateurs et d’autres personnes à condamner régulièrement toutes les formes de violence. En outre, à la suite d’une série d’attaques contre des ressortissants étrangers en 2021, le maire a demandé aux fonctionnaires municipaux d’accélérer la tenue d’un sommet sur la cohésion sociale afin d’identifier les causes profondes de la violence xénophobe, notant que “la ville appartient à tous ceux qui y vivent”.

Pour lutter contre la xénophobie et renforcer la cohésion sociale de manière plus générale, l’unité des parcs, des loisirs et de la culture de la municipalité s’associe à des organisations communautaires et à des institutions culturelles pour favoriser les interactions et le dialogue intercommunautaires. Grâce à ces partenariats, des centres d’art ont été créés dans toute la ville “pour produire des spectacles locaux afin que les communautés puissent découvrir, s’inspirer et embrasser les diverses cultures qui existent à eThekwini”. En outre, la municipalité a investi dans des musées d’histoire locale, dont elle finance actuellement 19 dans toute la ville, afin de rappeler aux habitants les défis (sociaux) qui ont été relevés pendant et depuis l’apartheid, notant que les musées peuvent “donner un sens de la communauté et du lieu en célébrant un patrimoine collectif”.

En outre, eThekwini abritant environ 200 000 réfugiés et demandeurs d’asile, la municipalité a pris l’engagement global de protéger et d’intégrer son importante population de réfugiés, en s’associant aux dirigeants des communautés locales étrangères et aux institutions multilatérales pour développer des programmes de sensibilisation et d’intégration des immigrés. Il s’agit notamment d’organiser des journées culturelles spéciales pour les communautés locales de réfugiés, en leur offrant une plateforme pour partager leurs histoires et leurs points de vue, dans le but non seulement d’autonomiser cette population historiquement marginalisée, mais aussi d’humaniser leur expérience et de s’attaquer ainsi aux conspirations et aux sentiments anti-réfugiés. En 2018, des fonctionnaires municipaux ont également participé à un projet du Democracy Development Programme, de l’Africa Solidarity Network et de l’Urban Futures Centre de l’Université de technologie de Durban, afin d’éclairer une approche de l’inclusion des migrants menée par la ville et tenant compte de l’égalité des sexes. Pour ce faire, des dialogues ont été instaurés entre les migrants, les acteurs de la société civile et les autorités locales, et des récits et des points de vue de femmes migrantes ont été recueillis afin de recueillir et de partager leurs expériences avec les responsables de la ville.

Planification et conception urbaines

L’une des priorités de l’IDP au cours de sa période de mise en œuvre de cinq ans est de s’attaquer à l’aménagement du territoire hérité de l’apartheid, qui a entraîné un “développement déséquilibré et fragmenté [urban] ” conformément aux politiques de ségrégation de l’apartheid, laissant les zones à majorité noire (par exemple, les zones de township) mal desservies et dépourvues de ressources. L’héritage de cette époque se traduit principalement par un manque d’accès aux services essentiels et aux moyens de transport (par exemple vers le centre-ville) dans les anciennes zones de township, ce qui isole les résidents de la vie socio-économique de la ville et leur rend difficile l’accès à l’emploi. Reconnaissant ces implications persistantes des politiques d’apartheid, l’IDP note l’importance d’une approche plus stratégique de l’aménagement du territoire, où les communautés sont consultées pour faciliter “un développementinclusif [that] conduisant à une plus grande intégration spatiale”. En outre, pour garantir une approche sexospécifique de cet aménagement du territoire, la municipalité s’est associée à Safetipin, une organisation sociale qui aide les villes à améliorer la sécurité des femmes par le biais d’une planification et d’une conception urbaines tenant compte des sexospécificités.

Renforcer les capacités locales

Le chômage élevé, la pauvreté et la faible croissance économique ont été exacerbés par la pandémie de COVID-19, ce qui a renforcé l’insécurité et les tensions intercommunautaires, en particulier entre les ressortissants étrangers et les résidents de longue date. Pour relever ces défis socio-économiques, la municipalité a mis l’accent sur l’apprentissage et le développement du capital humain, en lançant des programmes de renforcement des capacités destinés à créer une économie locale solide et inclusive. Il s’agit notamment de :

Quelle est la prochaine étape ?

La municipalité d’eThekwini continuera à poursuivre les priorités de son PDI, notamment l’éradication de la corruption et la garantie d’une gouvernance propre et efficace. Le gouvernement local s’efforce également d’ouvrir et de concevoir de nouvelles voies pour l’inclusion et le leadership éthique, et de développer et soutenir activement des partenariats pour l’inclusion et la participation des jeunes, des femmes et de la communauté LGBTIQ. Parmi les autres priorités figurent l’innovation pour une croissance inclusive et la promotion d’une “identité urbaine” fondée sur l’espoir et l’ubuntu[2]. [2] .

À l’avenir, la municipalité d’eThekwini participera activement et soutiendra les projets et programmes locaux, régionaux et internationaux visant à éradiquer le racisme, l’extrémisme, les crimes de haine et toutes les formes de discrimination. La ville prévoit de renforcer les partenariats et les programmes de soutien avec la société civile, les chefs d’entreprise (grands et petits), les partenaires internationaux, les chefs religieux et les chefs traditionnels afin de favoriser la cohésion sociale et la croissance économique inclusive.

Le gouvernement local s’est engagé à veiller à ce que l’ensemble des politiques, programmes et partenariats locaux avec des partenaires internationaux renforcent la résilience de la ville et les plans d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets. Il vise à garantir que tous les citoyens et toutes les communautés participent aux programmes de lutte contre le changement climatique et à ses implications sociales, ainsi qu’à d’autres problèmes tels que la pauvreté, le chômage et l’exclusion sociale.


[Le mot Ubuntu vient du zoulou et peut se traduire approximativement par “humanité envers les autres”.

Pour en savoir plus

Explorer ou rechercher les City Spotlights

Recherche de projecteurs par nom de ville ou par thème

Votre ville est-elle une ville forte ?

L’adhésion à Strong Cities est ouverte aux autorités locales au niveau de la ville, de la municipalité ou d’un autre niveau sous-national. L’adhésion est gratuite.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.