arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon
Ressources, Pleins feux sur les villes District de Brčko (DUPLICATE)

Pleins feux sur la ville : District de Brčko, Bosnie-Herzégovine

Le district de Brčko est situé dans le nord-est de la Bosnie-Herzégovine (BiH) et a été créé en 1999 à la suite des accords de Dayton, qui ont marqué la fin de la guerre de Bosnie en 1995. Le district de Brčko est un condominium autonome des deux entités gouvernantes de la BiH – la Fédération de BiH et la Republika Srpska, fonctionnant indépendamment des deux mais sous la supervision d’un superviseur international. Les 83 000 habitants du district forment un équilibre ethnique délicat entre Bosniaques, Croates et Serbes et constituent un rare exemple de coexistence fonctionnelle entre les trois principaux groupes ethniques de Bosnie-Herzégovine.

Le district a participé aux activités des villes fortes depuis 2022, en commençant par l’atelier inaugural de la plateforme régionale des Balkans occidentaux à Sarajevo en février 2022. Depuis, des représentants du district de Brčko ont pris part à un certain nombre d’autres activités du Hub.

Quelles sont les préoccupations des autorités locales ?

Cohésion sociale

Comme d’autres parties de la BiH, le district de Brčko est aux prises avec la polarisation politique, la ségrégation ethnique et un manque de confiance entre les communautés et entre les résidents et le gouvernement local. Ces facteurs constituent des obstacles à la réalisation de la cohésion sociale. En outre, les incidents fondés sur des différences ethniques ou religieuses, qui découlent souvent de griefs liés à la guerre, sont en augmentation. Par exemple, en 2022, des nationalistes serbes ont perturbé une cérémonie organisée à la mémoire de la centaine de victimes de l’attentat à la bombe perpétré en 1992 sur le pont de Brcko. Les autorités locales sont particulièrement préoccupées par la montée de l’intolérance chez les jeunes.

En outre, bien que le district ait historiquement s’est démarqué Bien que le district ne soit pas en mesure d’atténuer l’escalade potentielle des tensions interethniques, il est préoccupé par la propagation de l’ethnonationalisme à partir d’autres régions de la BiH, en particulier à la lumière de la dépendance du district au dialogue et au consensus entre ses trois groupes ethniques majoritaires pour fonctionner efficacement en tant qu’administration locale. L’impact de l’absence d’un tel consensus est mis en évidence par l’éviction de deux maires, l’un après l’autre, par le conseil local.

La polarisation politique, dont une grande partie est sous-tendue par des tensions interethniques, ralentit en outre les projets administratifs et économiques dans le district. Cette situation provoque l’apathie et la désillusion des habitants, ce qui contribue à une situation de plus en plus volatile, facilement exploitée pour semer la haine et la division. Le superviseur du district de Brčko, Jonathan Mennuti, a récemment souligné l’importance d’une conversation axée sur les réformes et visant à répondre aux besoins des citoyens pour faire contrepoids à la montée en puissance de la rhétorique ethnonationaliste. Toutefois, les récits alternatifs crédibles sont rares et la population locale qui n’adhère pas à la rhétorique ethnonationaliste reste largement mise à l’écart et silencieuse.

Réhabilitation et réintégration (R&R)

Le district accueille un certain nombre de familles revenues de zones de conflit telles que l’Irak et la Syrie depuis 2019, dont la réintégration est surveillée par les autorités civiles et de sécurité. Le district s’inquiète de sa capacité à gérer le double défi – R&R et montée de l’extrémisme islamiste – à long terme. Il reconnaît que cela nécessite une approche coordonnée et multi-acteurs impliquant l’éducation, la santé, les services sociaux et de sécurité, que le district estime ne pas avoir les ressources nécessaires pour soutenir.

Comment le gouvernement local réagit-il ?

Le district de Brčko prend au sérieux la prévention de la haine, de l’extrémisme et de la polarisation, et dispose d’un personnel dédié à la coordination des réponses à ces menaces. Ce personnel maintient des canaux de communication ouverts avec les représentants de la Fédération et de la Republika Srpska, ainsi qu’avec les autres gouvernements locaux (ou “cantons”) du pays.

Le district s’est également engagé à rassembler les communautés. Par exemple, illustrant une approche inclusive de la reconnaissance des griefs historiques susceptibles de raviver les conflits interethniques, le district de Brcko a réuni des individus de différentes origines ethniques pour établir un mémorial, symbole de réconciliation, d’accord et de coexistence. Ce mémorial est unique dans sa volonté de commémorer toutes les victimes de guerre du district de la même manière, quelle que soit leur appartenance ethnique. Cette initiative a suscité des réactions positives de la part des résidents et de la communauté internationale engagée en Bosnie-Herzégovine.

En outre, avec l’aide de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Dans le cadre de la mission en Bosnie-Herzégovine, le district de Brcko a mis en place une coalition locale contre la haine – une entité multi-acteurs composée d’organisations communautaires conçues pour répondre aux incidents de haine, qui a adopté un plan d’action pour la cohésion communautaire afin d’orienter son travail. Parmi ses nombreuses initiatives figure l’effacement des graffitis à caractère haineux, en collaboration avec la police locale.

Les praticiens du district de Brčko participent aussi régulièrement à des échanges avec des homologues régionaux des Balkans occidentaux sur des sujets pertinents allant de la R&R à l’engagement des jeunes et des communautés.

En outre, dans un exemple inspirant de la coopération nationale-localeLes praticiens du district de Brčko ont participé aux discussions qui ont abouti à l’élaboration du projet de loi sur les droits de l’homme. Stratégie nationale de prévention et de lutte contre le terrorisme 2021 – 2026 et ont élaboré un plan d’action local qui décrit soigneusement les besoins et les mesures que le district de Brčko prendra pour mettre en œuvre cette stratégie au niveau local.

Quelle est la prochaine étape ?

Le district de Brčko donne la priorité à la mise en œuvre de ce plan d’action. Par exemple, elle mettra en place un organe de coordination chargé de superviser la mise en œuvre et de suivre les progrès accomplis dans un délai déterminé. Elle prendra également des mesures pour s’assurer que les membres de cet organe possèdent les capacités requises, tant en ce qui concerne le sujet que la compréhension des bonnes pratiques internationales, le plan d’action local identifiant les échanges internationaux – tels que ceux fournis par Strong Cities – comme importants pour ce processus.

Le district donne également la priorité à la sensibilisation des communautés, un élément essentiel du plan d’action. À cette fin, en collaboration avec l’organe de coordination, le gouvernement du district s’efforcera de renforcer la coopération avec les médias afin de mener des campagnes qui permettent aux habitants de mieux comprendre les manifestations locales de haine, d’extrémisme et de polarisation. Le district s’est également engagé à promouvoir des récits positifs qui démontrent la valeur de la démocratie, de l’État de droit, de la tolérance et du dialogue par le biais de campagnes communautaires menées en coopération avec la société civile et d’autres parties prenantes locales.

Le district donnera également la priorité à la coordination multi-acteurs, au renforcement du dialogue interculturel et interreligieux ainsi qu’à la collaboration entre les différentes institutions gouvernementales et la société civile. Elle investira également dans des initiatives de recherche afin de mieux comprendre le paysage des menaces locales et de veiller à ce que les programmes visant à atténuer ces menaces s’appuient sur des données.

Les programmes de R&R sont également un élément clé du plan d’action local. Cependant, le district recherche un soutien et un financement internationaux pour s’assurer que son approche de la recherche et du développement s’aligne sur les bonnes pratiques internationales. Pour soutenir ses objectifs en matière de R&R, elle donnera également la priorité à la coordination et à la coopération interagences en organisant des réunions régulières afin d’identifier et de combler les lacunes en matière de capacités liées à la R&R qui peuvent entraver la coopération entre les représentants des autorités locales et des services de sécurité.

Alors que le plan d’action constitue un diagnostic complet des défis locaux, traçant une voie claire vers l’amélioration sur le terrain, le financement de la mise en œuvre des mesures suggérées pour s’attaquer à ces problèmes reste une lacune critique. Le district s’est engagé à collecter des fonds et à rechercher des partenariats pour combler ses lacunes en matière de ressources et de capacités.

Pour en savoir plus

Explorer ou rechercher les City Spotlights

Recherche de projecteurs par nom de ville ou par thème

Votre ville est-elle une ville forte ?

L’adhésion à Strong Cities est ouverte aux autorités locales au niveau de la ville, de la municipalité ou d’un autre niveau sous-national. L’adhésion est gratuite.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.