arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

USAID : Explorer l’intégration des jeunes et des approches fondées sur les traumatismes dans les programmes de prévention et de répression en Afrique subsaharienne

Date de publication :
06/10/2022
Type de contenu :
Partager :

— 2 minutes temps de lecture


Le Réseau des villes fortes a animé une table ronde avec des praticiens de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE).

En septembre, le Réseau des villes fortes a participé à une table ronde organisée à Nairobi par l’USAID et le Centre for Human Rights and Policy Studies (CHRIPS) sur l’intégration des approches axées sur les jeunes et les traumatismes dans les programmes de prévention et de répression de la criminalité en Afrique.

L’événement de deux jours a rassemblé des praticiens du P/CVE de toute l’Afrique subsaharienne pour discuter de la manière dont les jeunes peuvent être mieux intégrés dans les programmes de P/CVE, et de la manière dont les efforts visant à garantir une meilleure santé mentale chez les jeunes pourraient renforcer les programmes de P/CVE et soutenir la cohésion communautaire dans toute la région. La table ronde a souligné que, tout comme les programmes d’éducation et de développement d’un pays, les efforts de prévention devraient inclure les jeunes, être mis en œuvre en tant que priorité nationale et viser à traiter d’autres problèmes d’insécurité, tels que la mauvaise santé mentale, la toxicomanie, la criminalité, les gangs et la violence sexiste, en plus de l’extrémisme violent. Plusieurs bonnes pratiques ont été partagées, notamment l’organisation de “campagnes d’écoute” avant le lancement du programme afin que les activités soient guidées par la compréhension locale et encouragent l’appropriation locale.

Les praticiens ont souligné le rôle important que joue le soutien à la santé mentale dans le cadre du P/CVE. Le succès des activités de P/CVE dépend en grande partie de la prise en compte et de la priorité accordée aux traumatismes passés et présents, ainsi qu’à la stigmatisation liée à la recherche d’un soutien en matière de santé mentale.

Isel van Zyl, responsable du programme Afrique de Strong Cities, a fait part des travaux menés par le pilier jeunesse de Strong Cities, Jeunes villesqui encourage la collaboration entre les autorités locales et les jeunes pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontées leurs communautés, ainsi que les conclusions du nouveau rapport Strong Cities sur le développement durable. Le rôle négligé des villes africaines dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent.

Le rapport guidera et informera le travail des nouveaux centres régionaux du réseau afin de catalyser les efforts menés par les villes pour lutter contre l’extrémisme, la haine et la polarisation.


Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.