arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Séminaire en ligne : Réhabilitation et réintégration des membres des familles des combattants terroristes étrangers : Le rôle des villes et des autres acteurs locaux

Date de publication :
24/01/2022
Type de contenu :
Partager :

— 11 minutes temps de lecture

Ce webinaire est le premier d’une série de webinaires mensuels que le RCS organisera tout au long de l’année 2022 sur les questions les plus importantes pour ses membres. Ce panel de discussion sur Réhabilitation et réintégration des membres des familles des combattants terroristes étrangers : Le rôle des villes et des autres acteurs locaux, met en lumière les contributions uniques que les acteurs locaux peuvent apporter aux efforts de réhabilitation et de réintégration, ainsi que certains des défis qu’ils doivent relever pour y parvenir. Il comprend des présentations de trois praticiens qui ont travaillé directement avec des praticiens locaux et des rapatriés au Kazakhstan et ailleurs. Ils partagent leurs expériences ainsi que les enseignements tirés et les pratiques prometteuses qui pourraient être utiles aux membres du RCS travaillant sur des questions similaires. Vous pouvez lire un document de synthèse de cet événement qui met en évidence les principales conclusions, les défis et les leçons soulevés par les panélistes tout au long du webinaire ici.

Modérateur

Les panélistes

N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse [email protected] si vous avez des questions.


Principaux enseignements

  1. Les efforts de R&R en cours au Kazakhstan et plus largement en Asie centrale montrent que les membres de la famille qui rentrent au pays peuvent être réhabilités et réintégrés dans la société de manière sûre et efficace, et mettent en évidence le fait que les défis en matière de R&R peuvent être surmontés, ce qui incite d’autant plus d’autres pays à suivre cette voie. Alors que de nombreux États hésitent à assumer les charges et les risques politiques et autres liés au rapatriement des membres de la famille de leurs ressortissants partis rejoindre des groupes extrémistes dans d’autres pays, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kirghizistan ont jusqu’à présent rapatrié environ 1 300 personnes, soit plus que dans n’importe quelle autre région du monde. À lui seul, le Kazakhstan a rapatrié 700 de ses ressortissants depuis 2019 et s’est distingué par son engagement à rapatrier tous ses ressortissants, y compris les étrangers en situation irrégulière et les membres de leur famille. Les intervenants ont souligné les efforts particulièrement fructueux déployés au niveau local au Kazakhstan pour réintégrer les femmes. Elles ont indiqué que la majorité des femmes rapatriées ont trouvé un emploi, créé leur propre entreprise et que certaines ont partagé avec des publics internationaux les expériences qui les ont amenées à se rendre en Syrie. Toutefois, il a également été souligné qu’avec l’apparition de la pandémie de COVID-19 et la montée de l’islamophobie à la suite de la crise politique de janvier au Kazakhstan, il reste encore beaucoup à faire pour garantir la stabilité et la durabilité des programmes de R&R du pays à long terme. Ces succès et ces défis au Kazakhstan peuvent fournir des leçons importantes et des stratégies d’information pour les gouvernements nationaux et locaux à l’intérieur et à l’extérieur de la région.
  2. Au Kazakhstan, la décentralisation des efforts de R&R des acteurs nationaux vers les acteurs locaux s’est avérée propice à des résultats plus efficaces et durables pour les membres des familles qui rentrent au pays. Les intervenants ont souligné un changement important dans l’approche du Kazakhstan en matière de R&R : le transfert de plus de responsabilités du gouvernement central vers les institutions et les acteurs régionaux et locaux. Les participants ont souligné que l’existence d’un centre de réadaptation à Aktau, qui réunissait des praticiens de villes de tout le Kazakhstan, signifiait que l’infrastructure était déjà en place pour opérer ce changement et qu’il y avait une continuité des soins et des services de soutien pour les femmes et les enfants lorsqu’ils retournaient dans leur ville.

Cette évolution vers des efforts de R&R menés au niveau local reflète la position unique des villes et des acteurs locaux en tant que prestataires de services sociaux les plus proches des citoyens dans des domaines qui répondent aux besoins des rapatriés, tels que l’inscription des enfants dans les écoles, la réunification des familles, la formation des femmes et les possibilités d’emploi, ainsi que le soutien psychosocial nécessaire aux femmes et aux enfants. De même, la réhabilitation implique d’aider les rapatriés à se sentir intégrés dans la société, à participer à la vie civique et à s’immerger dans les systèmes culturels locaux, ce qui est plus efficace lorsque les municipalités et d’autres acteurs locaux sont aux commandes.

  1. L’expérience kazakhe souligne qu’une approche de la R&R centrée sur la personne, pilotée localement, multi-acteurs et impliquant l’ensemble de la société est essentielle et doit être adoptée dans différents contextes géographiques avec les parties prenantes concernées. Les panélistes ont souligné la complexité des expériences vécues par les membres des familles qui rentrent au pays et des besoins en matière de recherche et de développement, ce qui nécessite la collaboration d’institutions, d’experts et d’acteurs de tous les horizons locaux. Comme nous l’avons vu, il s’agit notamment de mobiliser une série de services et d’acteurs sociaux locaux tels que les enseignants, les psychologues, les services de santé, les organisations de la société civile (OSC) et la police locale. Les intervenants ont souligné qu’une telle approche multi-acteurs permet aux programmes de R&R de répondre à la diversité des besoins des rapatriés et d’être “centrés sur la personne”. Cette approche contribue à renforcer l’estime de soi des individus en consolidant les réseaux sociaux, les relations familiales, la stabilité financière, la santé mentale et les possibilités d’emploi. En particulier, il a été noté que les institutions religieuses au Kazakhstan jouent un rôle particulièrement important dans l’apport d’un soutien efficace et durable aux membres de la famille qui rentrent au pays, notamment en instaurant la confiance et en renforçant les liens sociaux avec la communauté au sens large. Les participants ont toutefois souligné que l’accent mis sur l’idéologie religieuse au Kazakhstan n’était pas nécessairement transposable à d’autres contextes. En outre, les intervenants ont souligné l’importance pour les praticiens de regarder au-delà de l’idéologie religieuse et d’identifier les facteurs beaucoup plus complexes et variés qui les ont amenés à rejoindre des groupes extrémistes islamistes, afin que tous les moteurs de la radicalisation puissent être traités au niveau individuel sur le long terme. Les discussions ont également mis en évidence la manière dont les OSC, tout comme les acteurs religieux, ont joué un rôle essentiel dans la prise en charge des besoins des membres de la famille qui rentrent au pays.

Il a été noté que le défi comprenait le rapatriement, la réinstallation, la réintégration, la réhabilitation et le renforcement de la résilience, autant de domaines qui exigent des pratiques différentes et qui doivent être analysés et compris. Ainsi, le terme “réhabilitation et réintégration” peut être trop restrictif et ne pas refléter les défis multidimensionnels liés au rapatriement des membres de la famille des FTF.

  1. Des soins de santé mentale tenant compte des traumatismes et un soutien psychosocial plus large sont essentiels à la réussite et à la durabilité des activités de retour et de réintégration des enfants rapatriés et des autres membres de leur famille. Les participants ont noté que les programmes de R&R les plus efficaces sont ceux qui s’appuient sur une compréhension profonde des particularités des traumatismes et de la radicalisation tels qu’ils sont vécus par les groupes sociaux qu’ils ciblent. Il est essentiel, selon les intervenants, que les praticiens considèrent les symptômes de stress post-traumatique, d’anxiété, d’apathie et de dépression, tant dans les relations familiales que dans les réseaux extrémistes, comme des réactions naturelles à la violence que les rapatriés ont vécue. En ce qui concerne les femmes et les enfants, les participants ont souligné la nécessité de comprendre la nature sexospécifique de la violence domestique que nombre d’entre eux ont subie avant même leur départ, et de l’intégrer dans les programmes de R&R afin de contribuer à la mise en place et au maintien de mécanismes d’adaptation à long terme. Il a été souligné que ce soutien doit être complété par des efforts au niveau de la communauté pour garantir un sentiment d’appartenance, qui, comme les panélistes l’ont appris lors de leurs entretiens avec les rapatriés, s’avèrent particulièrement importants pour les individus qui ont été socialement ostracisés pendant une longue période. Il a toutefois été noté que les rapatriés eux-mêmes ont un rôle important à jouer dans leur propre réinsertion dans la société, en soulignant les réussites de femmes qui ont réussi leur propre réintégration sociale collective en se portant volontaires pour des campagnes de charité, des orphelinats ou des centres de distribution de nourriture. Les intervenants ont expliqué comment, grâce aux programmes de R&R auxquels ils ont participé, les rapatriés du Kazakhstan ont signalé que leurs symptômes de traumatisme, de dépression et de SSPT diminuaient progressivement. Cette expérience est riche d’enseignements pour les gouvernements centraux et municipaux de la région, qui accordent moins d’importance au soutien psychosocial des membres de la famille qui rentrent au pays.

Néanmoins, les panélistes ont noté la précarité du bien-être social des rapatriés et le travail continu qui doit être fait pour le garantir, comme l’a montré la récente montée des sentiments anti-rapatriés et islamophobes à la suite de la crise politique du Kazakhstan en janvier 2022. L’une des bonnes pratiques mises en avant par les orateurs concerne les programmes qui protègent l’anonymat des femmes et des enfants réinstallés, ce qui est essentiel pour protéger leur bien-être et éviter la stigmatisation au sein de la communauté.

  1. Les réseaux et autres mécanismes destinés à faciliter le partage (au sein d’un pays, d’une région et/ou au niveau mondial) des enseignements tirés des efforts locaux de R&R et des bonnes pratiques en la matière sont importants pour garantir que les efforts déployés au niveau local sont fondés sur des données probantes et s’appuient sur de bonnes pratiques. Les intervenants ont souligné que le manque de structures nationales, régionales et internationales pour faciliter le partage d’expertise et d’expériences entre les praticiens locaux était l’un des principaux obstacles à un travail de R&R plus durable et fondé sur des données probantes. Bien qu’il y ait de plus en plus d’interactions entre les praticiens locaux travaillant dans le domaine de la R&R, cela se fait essentiellement sur une base ad hoc. Les structures permettant des interactions plus cohérentes et stratégiques, que ce soit au niveau national, régional ou mondial, ne sont pas en place. Les intervenants ont souligné que la mise en place de telles structures devrait donc être une priorité afin d’améliorer et de valoriser les bonnes pratiques et les enseignements tirés par les villes et les acteurs locaux en matière d’efforts de R&R. En outre, des mécanismes de suivi, d’évaluation et d’apprentissage ainsi que des indicateurs de résultats pour les efforts de R&R doivent être développés afin que les travaux réussis puissent être adoptés et reproduits dans d’autres contextes. Les participants ont reconnu les progrès considérables réalisés par Gulnaz Razdykova et son équipe sur le terrain au Kazakhstan dans l’élaboration de bonnes pratiques, de mesures et de formations qui pourraient être applicables et devraient être partagées au-delà du contexte kazakh.

Ressources

Processus de réintégration des rapatriés d’Asie centrale en provenance de Syrie et d’Irak (2021), Institut des États-Unis pour la paix

Parcours de réhabilitation et de réintégration des mineurs et des femmes kosovars rapatriés de Syrie (2021), Shtuni, A.

Le rapatriement, la réhabilitation et la réintégration des associés d’ISIS en Asie centrale, Rapport (2021), Institut Bulan

Réhabilitation et réintégration non privatives de liberté dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation menant au terrorisme : Un guide pour les décideurs et les praticiens en Europe du Sud-Est (2020), Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Examen rapide pour éclairer la réadaptation et la réintégration des enfants rapatriés de l’État islamique (2020), Weine, S., Brahmbatt, Z., Cardeli, E. et Ellis, H.

Réadaptation et réintégration des enfants rapatriés d’ISIS (2020), Weine, S. et Ellis, H.

Réhabilitation des femmes et des enfants rapatriés par l’État islamique au Kazakhstan (2019), Weine, S.


Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.