arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Pleins feux sur les pratiques : comment la société civile kenyane s’adapte au COVID-19

Date de publication :
16/07/2020
Type de contenu :
Partager :
Tags :

— 13 minutes temps de lecture

Ci-dessus : Un employé de la Human Development Agency (HUDA), dans le comté de Kwale, distribue des équipements de protection individuelle aux chauffeurs de motos-taxis.

Anisa Harrasy
Manager, Jeunes Villes, Réseau des villes fortes


La menace du COVID-19 nous a tous affectés de différentes manières, mais plus particulièrement la société civile. Le Kenya a enregistré plus de 10 000 cas confirmés, mais outre le coût en vies humaines de la pandémie, les organisations de la société civile (OSC) ont également subi de graves répercussions. La pandémie a non seulement perturbé le financement des OSC, mais elle a aussi empêché nombre d’entre elles d’accéder aux communautés avec lesquelles elles travaillent.

Dans le cadre de son travail d’autonomisation de la société civile et de renforcement de la résilience et de la cohésion des communautés, le réseau Strong Cities, ainsi que ses programmes frères Young Cities et PROACT, ont contribué à financer le travail de plus de 10 OSC au Kenya. Ici, quatre OSC racontent comment COVID-19 a affecté leur travail, comment elles ont réagi et pourquoi une coordination étroite entre la société civile et le gouvernement local a été essentielle à leur succès.

Isiolo Peace Link, Comté d’Isiolo

Abdia Mohammed, directeur exécutif d’Isiolo Peace Link

Isiolo Peace Link a été créé en 2006 et a joué un rôle déterminant dans l’articulation des questions de paix et de réconciliation. Elle a résolu divers conflits pastoraux et urbains, et a offert des services auxiliaires en donnant l’alerte à divers acteurs de la construction de la paix et de la prévention des conflits, ainsi qu’aux agences gouvernementales chargées de l’application de la loi dans le comté d’Isiolo et à l’extérieur de ce comté. Le groupe utilise des mécanismes traditionnels de résolution des conflits ainsi que d’autres structures conventionnelles pour arbitrer les négociations et mettre fin aux conflits. Nous nous sommes entretenus avec Abdia Mohammed, directeur exécutif de Lien de paix Isioloqui nous dit :

“Au Kenya, les perspectives économiques liées au COVID-19 ont mis en péril de nombreuses personnes. La pandémie a gravement affecté les familles élargies dont les membres sont les seuls soutiens de famille et ceux qui assument la responsabilité économique du bien-être de la famille. Bon nombre de ces personnes se sont retrouvées sans salaire et leurs entreprises ont dû fermer leurs portes pour une durée indéterminée. Cette situation a eu pour effet d’accroître le taux de dépendance de ces communautés vis-à-vis des quelques personnes qui n’ont pas les moyens de s’occuper de ces familles élargies et de leurs proches. Les commerces et les petites entreprises ont également été touchés, avec une pénurie de clients, de sévères restrictions de circulation et des couvre-feux imposés par le gouvernement. Le tourisme a été particulièrement touché dans le comté d’Isiolo, avec l’annulation de réservations d’hôtels et d’activités touristiques qui font vivre les communautés locales qui en sont venues à dépendre de ces revenus. Les personnes qui travaillent dans ces institutions ont été mises en congé obligatoire non rémunéré.

Le COVID-19 a mis à rude épreuve notre capacité à mettre en œuvre nos activités et à atténuer certains des problèmes qui affectent les communautés locales. Cette situation survient alors que le gouvernement exhorte ses citoyens à maintenir des lignes directrices en matière de distanciation sociale et des niveaux d’hygiène élevés. Les activités nécessitant un public plus large ont été affectées de manière sans précédent, ce qui a eu des répercussions sur la programmation et a exercé une pression considérable sur les calendriers, rendant difficile le bon déroulement des projets et du travail communautaire. De nombreuses organisations ont maintenant détourné le financement du travail communautaire vers la lutte contre la pandémie, laissant les projets et les travaux dans l’incertitude et les retards.

“Nous avons également organisé et facilité des réunions avec les principaux responsables de la sécurité dans le comté afin de les informer sur la manière dont la responsabilité de la police et les bonnes relations peuvent être améliorées pendant la pandémie grâce à une série de consultations et de délibérations”Abdia Mohammed, directeur exécutif d’Isiolo Peace Link

En tant qu’organisation, nous nous sommes adaptés à l’utilisation de la conférence en ligne et au travail en équipe pour nos membres. Cela a permis de minimiser l’interaction et de réduire le taux d’infection par le COVID-19. Nous avons lancé plusieurs initiatives et activités pour freiner la propagation de la pandémie dans le comté d’Isiolo. L’organisation a fourni des équipements de protection tels que des masques et des gants à ses membres et aux membres de la communauté dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Nous avons développé des outils sous forme de clips audio et vidéo et de messages qui sont diffusés par le biais de plateformes de médias sociaux locaux et de stations de radio locales, y compris des talk-shows et des interviews. Nous avons distribué plusieurs équipements de protection individuelle (EPI) tels que des masques, des désinfectants et des produits pour se laver les mains aux agences de sécurité et aux services de police du comté d’Isiolo, ainsi que des distributeurs d’eau improvisés. Nous avons également organisé et facilité des réunions avec les principaux responsables de la sécurité dans le comté afin de les informer sur la manière dont la responsabilité de la police et les bonnes relations peuvent être améliorées pendant la pandémie grâce à une série de consultations et de délibérations.

Le gouvernement du comté et l’IPL ont, à plusieurs reprises, mis en place un partenariat et une approche visant à travailler en équipe dans la lutte contre la pandémie. Le comité départemental de lutte contre le COVID-19 a également permis à l’IPL d’impliquer les membres de la communauté et les jeunes dans la lutte contre le COVID-19 au niveau local. Pour sa part, le gouvernement du comté a fourni 10 000 masques faciaux répartis dans tous les quartiers d’Isiolo, 100 réservoirs d’eau d’une capacité de 75, 200 et 5 000 litres, 1 400 savons liquides, 5 000 désinfectants et 20 pistolets thermiques placés à des endroits stratégiques pour tester les températures. Le gouvernement du comté a également fourni des denrées alimentaires aux groupes vulnérables, en particulier aux familles vivant dans la rue et aux personnes handicapées, tandis que les lieux publics continuent d’être fumigés”.

IPL a fourni des EPI à tous les services de police d’Isiolo avec le soutien du GCERF.

Distribution de denrées alimentaires et d’EPI aux personnes handicapées


Programme de développement humain (HUDA), Comté de Kwale

Jermaine Kashi, cofondateur et gestionnaire de programme à HUDA

HUDA est une organisation de base dirigée par des jeunes et fondée dans le comté de Kwale, peu après une période de radicalisation et d’extrémisme violent dans la région. L’objectif principal de l’organisation est de prévenir, contrer et transformer la radicalisation et l’extrémisme violent par la protection et la promotion des droits de l’homme. Jermaine Kashi, cofondateur et directeur des programmes de l’HUDA, nous a parlé de la manière dont ils luttent contre cette pandémie.

“Le confinement du COVID-19 a gravement affecté les communautés locales du comté de Kwale. Tout d’abord, la fermeture d’espaces sociaux, y compris d’hôtels, a entraîné l’effondrement du tourisme, une source importante de revenus. De nombreux jeunes sont ainsi devenus chômeurs, ce qui est problématique car la majorité des habitants de Kwale vivent de leurs revenus quotidiens. Le manque d’emploi leur a donc causé de graves problèmes, les poussant à s’engager dans des activités criminelles pour gagner leur vie.

L’oisiveté des jeunes a été l’un des principaux sujets de préoccupation pendant la pandémie. Les établissements d’enseignement et les centres religieux ayant fermé leurs portes pour contenir le virus, les jeunes ont dérivé et se sont exposés à des vices antisociaux, en particulier aux activités des gangs. Ces institutions ont joué un rôle essentiel en apportant du réconfort et en maintenant le tissu social au sein des communautés, mais surtout chez les jeunes.

Ci-dessus : Le personnel de l’HUDA apporte son soutien à la communauté pendant le confinement, notamment en offrant des masques et des EPI essentiels aux conducteurs de boda-boda.

Notre capacité à fournir un soutien social et à effectuer un travail communautaire dépend en grande partie des rencontres avec les membres de la communauté et, par conséquent, les blocages du COVID-19 ont entravé notre capacité à effectuer ce travail. Nous avons apporté un soutien communautaire de base en offrant des masques et des EPI essentiels aux conducteurs de Boda Boda (motos-taxis) et en les sensibilisant à leur rôle dans l’aplanissement de la courbe COVID-19, puisqu’ils fournissent des services essentiels.

“L’oisiveté des jeunes a été l’un des principaux sujets de préoccupation pendant la pandémie. Les établissements d’enseignement et les centres religieux ayant fermé leurs portes pour contenir le virus, les jeunes ont dérivé et se sont exposés à des vices antisociaux, en particulier aux activités des gangs.

En outre, nous avons déplacé nos engagements vers les plateformes de médias sociaux (Facebook, Whatsapp, Instagram) et les émissions de radio afin de minimiser les engagements physiques tout en garantissant la cohésion et la sécurité de la communauté. Des études ont montré que pendant la période de confinement, la consommation de médias en ligne par les individus a augmenté. Nous avons donc utilisé différents supports pour diffuser des messages clés tels que les règles d’hygiène pour éviter le virus, la manière de consommer les médias de manière critique et l’alphabétisation numérique. Ce lockdown a donné lieu à des brutalités policières à Kwale, en particulier à l’encontre de ceux qui enfreignent les règles du couvre-feu. C’est pourquoi, bien que ce soit difficile, nous nous efforçons, par nos actions de sensibilisation, de jeter des ponts entre les jeunes et les forces de police”.


Kikozi, comté de Lamu

Tima Abdullah, chef de projet, Kikozi

Les Kikozi Programme Group (KPG) est une organisation communautaire de Lamu qui s’efforce d’avoir un impact sur le problème croissant de l’éducation dans le comté de Lamu en promouvant le niveau d’éducation et en améliorant les conditions de vie. Actuellement, le KPG travaille à l’autonomisation de la communauté par le biais de l’éducation civique et de moyens de subsistance alternatifs dans le comté de Lamu. Ils ont mis en œuvre plus de 10 projets dans l’ensemble du comté de Lamu, ce qui leur a permis d’améliorer la situation socio-économique de la communauté de Lamu, de promouvoir la diversité culturelle et de renforcer la coexistence pacifique dans l’archipel de Lamu. Tima Abdullah, chef de projet à Kikozi, explique ce qui suit :

“En tant que communauté, nous sommes habitués à l’interaction en personne dans tout ce que nous faisons, que ce soit dans notre vie personnelle ou dans notre travail. En raison de l’éloignement social, nous n’avons pas été en mesure de le faire, ce qui a accru la pauvreté dans le comté de Lamu, car les individus dépendent de leurs revenus quotidiens pour survivre. Les entreprises, en particulier, ont été touchées, car la plupart des gens dépendent du tourisme et de la pêche dans le comté. Les mariages et tous les autres événements auxquels les gens participent ont été interdits, même les enterrements, qui sont l’un des principaux moyens par lesquels nous nous soutenons les uns les autres. La plupart des gens sont donc frustrés.

“Pour contourner ce problème, nous utilisons la technologie pour atteindre notre public et menons des activités sur des plateformes en ligne telles que Facebook”Tima Abdullah, chef de projet, Kikozi

Le COVID-19 a limité notre interaction avec la communauté et a donc rendu notre travail difficile, en particulier notre capacité à effectuer un travail de sensibilisation et de prise de conscience, à avoir des interactions individuelles, à établir de bonnes relations avec ces communautés et à les comprendre. Pour contourner ce problème, nous utilisons la technologie pour atteindre notre public et nous menons des activités sur des plateformes en ligne telles que Facebook. Cependant, cela nous a limités aux ménages ayant accès à l’internet et aux téléphones portables et nous a empêchés d’atteindre certaines des communautés les plus importantes, en particulier dans la partie intérieure du comté de Lamu, qui n’utilisent aucune plateforme de médias sociaux et n’ont pas d’internet.

Cela nous a aidés, mais présente encore quelques inconvénients, car nous ne pouvons atteindre que ceux qui ont accès à l’internet et aux téléphones portables. Pour le reste, nous avons consacré toute notre énergie et notre attention aux actions de lutte contre le COVID-19, et nous avons travaillé avec d’autres organisations à la sensibilisation au COVID-19, ainsi qu’à la fourniture de masques et de produits de lavage des mains à la communauté. Nous organisons des séances de sensibilisation par l’intermédiaire des plateformes de médias sociaux, mais aussi de la radio, qui est couramment utilisée par les personnes âgées à Lamu.”


Nomadic Development Group, comté de Mandera

Adan Ali Happi, fondateur du Nomadic Development Group

Le Nomadic Development Group travaille en partenariat avec des acteurs étatiques et non étatiques pour aider les communautés à atténuer et à gérer les chocs qui menacent leur sécurité et leurs moyens de subsistance. Parmi leurs objectifs, ils aident les jeunes à utiliser les plateformes de médias sociaux et l’internet de manière sûre et responsable, et les sensibilisent pour les dissuader de se livrer à des activités préjudiciables pour eux-mêmes et pour la communauté. Ils visent également à accroître la participation des femmes à la prise de décision sur les processus de planification du développement social et la gouvernance communautaire. Adan Ali Happi, fondateur du groupe Nomadic Development, a expliqué que

“Les mesures prises par le gouvernement en matière de consignes de sécurité ont limité les réunions des communautés et réduit au minimum les initiatives de soutien local. Le blocage a affecté les chaînes d’offre et de demande du marché qui, autrement, fournissaient des capacités pour les soutiens sociaux internes, et a créé des conditions difficiles pour de nombreuses familles.

Parmi nos activités, nous avons organisé des campagnes de sensibilisation au virus pour éduquer les communautés, tout en organisant des jeunes volontaires pour mener des campagnes de sensibilisation. Adan Ali Happi, fondateur du Nomadic Development Group

En réponse, nous avons orienté toutes nos énergies et nos efforts vers la réponse au COVID-19. Parmi nos activités, nous avons organisé des campagnes de sensibilisation au virus pour éduquer les communautés, tout en organisant des jeunes volontaires pour mener des campagnes de sensibilisation. Nous avons également organisé des sessions de dialogue avec les communautés afin d’encourager l’utilisation des EPI et d’observer une distanciation sociale, et nous continuons à soutenir les agences gouvernementales dans des initiatives telles que le programme national d’hygiène (NHP).

Le gouvernement local a fourni des masques et des désinfectants pour les mains sur les marchés, en plus des stocks de nourriture pour les familles vulnérables, et a également fourni des rations alimentaires/coupons alimentaires pour les membres les plus vulnérables de la communauté”.


Merci à toutes les OSC qui ont contribué à cet article. Si vous travaillez pour une OSC et que vous souhaitez nous faire part de votre point de vue sur l’impact de COVID-19 sur vous et votre travail, ou sur l’aide apportée par les autorités locales, nous aimerions que vous nous en fassiez part. Veuillez contacter [email protected].

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.