arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Le Kazakhstan sort de la clandestinité

Date de publication :
23/02/2022
Type de contenu :
Partager :
Tags :

— 11 minutes temps de lecture

Ci-dessus : camp d’al-Hol, Syrie

Auteurs :

Stevan Weine, directeur de la médecine mondiale et directeur du centre de santé mondiale, UIC College of Medicine, Chicago, Illinois (États-Unis)

Gulnaz Razdykova, directrice du Centre d’analyse et de développement des relations interconfessionnelles, Nur Sultan, Kazakhstan

Noah Tucker, Senior Fellow non résident, Centre Eurasie du Conseil Atlantique, Royaume-Uni


L’article d’opinion suivant a été rédigé par un auteur invité. Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’auteur et ne peuvent être attribuées au Réseau des villes fortes, à ses membres ou à son unité de gestion.

Au début du mois de janvier de cette année, le Kazakhstan a connu une vague de manifestations antigouvernementales qui se sont rapidement étendues à l’ensemble du pays. En un peu plus d’une semaine, des dizaines de manifestants et plusieurs membres des forces de l’ordre ont été tués et des bâtiments gouvernementaux ont été incendiés. Le président Qaysm Joomart Tokaev a déclaré que des “terroristes” coopéraient avec des “groupes terroristes extérieurs” et a déclaré l’état d ‘urgence dans tout le pays, ordonnant aux forces de l’ordre de “tirer pour tuer sans sommation“, de couper l’internet et d’imposer la loi martiale. Le président Poutine a alors envoyé des troupes russes pour “maintenir la paix”.

Si le président Tokayev et d’autres représentants du gouvernement ont commencé à reconnaître que la plupart des manifestants étaient pacifiques et que d’importantes réformes économiques étaient nécessaires, l’idée d’une menace terroriste, et plus particulièrement islamiste, n’a pas disparu. Le Kazakhstan accueillant désormais l’un des plus importants contingents de rapatriés du conflit syrien au monde, ces affirmations ont conduit de nombreuses personnes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, à spéculer sur le fait que ces rapatriés auraient pu être impliqués dans les manifestations et être à l’origine du passage à la violence. Bien que l’on ne sache pas exactement comment les troubles ont dégénéré, rien n’indique que les rapatriés du Kazakhstan en provenance de Syrie aient été impliqués.

Les spéculations infondées du gouvernement, du public et de certains commentateurs occidentaux, ainsi que la montée soudaine de l’islamophobie au Kazakhstan, menacent d’obscurcir et de saper une réussite unique dans un contexte de plus en plus difficile.

Rapatriement de femmes et d’enfants : l’opération Zhushan

“Nous étions dans une petite cellule de prison noire. Nous avions l’impression que nous ne pourrions jamais en sortir”. C’est ce qu’a déclaré l’une des femmes ramenées de Syrie au Kazakhstan par l’opération humanitaire Zhushan du gouvernement kazakh. Elle décrivait non pas une véritable cellule de prison, mais la répression, la peur et le fondamentalisme que toutes les femmes subissaient et que certaines embrassaient dans le territoire contrôlé par l’ISIS en Syrie. Elle fait partie des nombreuses femmes kazakhes qui ont apparemment changé leurs croyances religieuses, rompu tout contact avec leur famille et leurs amis et suivi leur mari ou leur petit ami dans le prétendu califat.

Après que l’ISIS a perdu le contrôle du territoire, ces femmes et leurs enfants se sont retrouvés dans le camp de réfugiés d’Al-Hol, en Syrie. Une femme a décrit ce qu’elle et les autres ressentaient dans le camp : “Nous avons l’impression de n’appartenir à personne.

Avec des centaines de ses citoyens à Al-Hol et dans d’autres camps et centres de détention dans le nord-est de la Syrie, le Kazakhstan a fait quelque chose de louable avec ces femmes et leurs enfants que beaucoup d’autres pays n’ont pas voulu essayer : il les a sauvés d’Al-Hol, les a ramenés chez eux, les a accueillis et les a aidés à essayer de recommencer leur vie en tant que citoyens “ordinaires”.

Les femmes craignaient d’être emprisonnées ou que l’offre de retour au pays ne soit qu’une ruse cynique. Même si le gouvernement tenait sa promesse, beaucoup craignaient que leur famille et leur communauté ne les rejettent. “Une fois que j’aurai quitté le pays, est-ce qu’ils m’accepteront ? a déclaré une femme.

Réintégration et réhabilitation : Une approche “centrée sur l’homme

Les doutes de ces femmes ont été dissipés au cours de leur premier mois dans le centre de réhabilitation gouvernemental d’Aktau, où les femmes et les enfants ont constaté qu’ils étaient bien accueillis et soutenus.

Nous nous sommes récemment rendus au Kazakhstan pour examiner les progrès réalisés dans le cadre de ce programme. Nous avons visité cinq villes où se trouve la plus grande concentration de rapatriés : Shymkent, Atyrau, Aktobe, Uralsk et Karaganda. La visite a été organisée par le ministère des affaires étrangères et les gouvernements régionaux du pays, avec le soutien financier du gouvernement des États-Unis pour fournir une formation et d’autres conseils aux praticiens locaux qui travaillent avec les rapatriés. Sur chaque site, nous avons rencontré un large éventail de personnes, notamment des psychologues, des conseillers religieux, des psychologues scolaires, des fonctionnaires et les femmes de Zhusan.

Nous avons ressenti la confiance qu’ils nous ont accordée. Cela nous a permis de recommencer à faire confiance aux autres.

Les femmes ont été réinstallées dans 12 régions différentes du Kazakhstan et dans les trois plus grandes villes du pays. Dans chacune d’entre elles, il existe un effort local pour les soutenir, qui comprend le gouvernement régional, le bureau des affaires religieuses, le département régional de l’éducation, les centres de réhabilitation pour les victimes de l’extrémisme, les organisations non gouvernementales religieuses, la police locale et les agences de sécurité.

Les praticiens et les femmes de Zhusan ont parlé de leurs progrès et ont ouvertement évoqué certains défis et lacunes majeurs.

Une femme a réfléchi à ce qu’elle était lorsqu’elle est revenue pour la première fois : “Je ne me reconnais pas à l’époque. Nous avions peur. Nous pensions que nous allions simplement mourir et aller au paradis. Maintenant, nous voyons que nous devons vivre et subvenir aux besoins de nos enfants et que nous avons un avenir”.

Le programme a beaucoup investi dans leur réintégration. Il semble que des progrès significatifs aient été réalisés tant pour les mères, en termes de regroupement familial, de logement et d’emploi, que pour les enfants, en termes de scolarisation. Une femme s’est exprimée au nom de beaucoup d’autres : “Nous avons ressenti la confiance qu’ils nous ont accordée. Cela nous a permis de recommencer à faire confiance à d’autres personnes”.

Les femmes sont invitées à participer aux célébrations des fêtes, à porter des costumes traditionnels, à apprendre quelques chansons et à montrer qu’elles font partie de la société. Des conseillers religieux et des psychologues les éduquent et les encadrent sur la version de l’islam enseignée par l’État. Selon leurs propres critères, de nombreux succès ont été enregistrés. “Ils ont rompu tout contact avec notre communauté religieuse, leur famille et leurs amis. Ils ont renoué ces contacts sur le site [since] et suivent les traditions nationales du Kazakhstan”.

Aux yeux des Occidentaux, cette approche de la réadaptation peut sembler plus performante que substantielle. Toutefois, les efforts visant à modifier l’idéologie des rapatriés ne sont pas nécessairement efficaces et sont controversés. L’approche du Kazakhstan est très cohérente avec les pratiques religieuses promues par le gouvernement de cette société.

En ce qui concerne l’adaptation psychosociale et la santé mentale, de nombreuses femmes se disent moins craintives et plus optimistes qu’à leur retour. Ils pensent que la meilleure chose à faire pour eux et leurs enfants serait d’oublier le temps passé en Syrie. Toutefois, de nombreuses femmes font encore état de symptômes de dépression et de stress traumatique et les praticiens ne sont pas familiarisés avec les soins tenant compte des traumatismes, ce qui serait probablement bénéfique pour les personnes qui rentrent chez elles.

Dans l’ensemble, les femmes de Zhusan nous ont dit qu’elles étaient satisfaites du programme. Ils ont noté l’aide des conseillers religieux, des psychologues, des enseignants, des autorités locales qui les aident à trouver des formations et des emplois, ainsi qu’un logement et un soutien juridique. Une femme a déclaré : “Donnez aux gens une chance de changer. La réadaptation fonctionne.”

Le processus de changement le plus puissant dont nous avons été témoins a été l’accueil et la valorisation des femmes et des enfants. Toutes les femmes de Zhushan que nous avons rencontrées ont dit avoir été accueillies, avoir eu confiance et avoir été pardonnées. Elles indiquent que la satisfaction de leurs besoins fondamentaux (nourriture, sécurité, abri, confort – autant d’éléments que de nombreuses femmes soulignent ne pas avoir eu en Syrie) et l’avenir de leurs enfants sont des éléments initiaux essentiels du processus de réadaptation.


Une femme a déclaré : “Donnez aux gens une chance de changer. Travaux de réhabilitation.


Comme l’a dit l’une des femmes, les praticiens et les fonctionnaires associés à Zhusan “nous ont montré que nous sommes des membres inséparables de notre société”. Ils nous ont dit qu’ils étaient devenus progressivement plus ouverts, plus détendus, plus confiants, qu’ils croyaient davantage en eux-mêmes et qu’ils étaient davantage en contact avec leur famille, leur communauté et la société.

Questions concernant l’avenir

Malgré les progrès qui nous ont été communiqués, nous sommes également confrontés à certaines des questions importantes qui accompagnent le processus de réhabilitation et qui, si elles ne sont pas traitées de manière adéquate, pourraient potentiellement retarder, voire annuler, le succès initial :

  1. Que faire si les enfants veulent en savoir plus sur leur séjour en Syrie et sur les membres de leur famille qui y sont morts ? Plusieurs femmes nous ont demandé : “Que devons-nous dire ? [our children] quand ils nous demandent pourquoi nous étions en Syrie et ce qui est arrivé à mon père”. Même s’ils souhaitent parfois oublier ce chapitre sombre de leur vie, ils reconnaissent à contrecœur qu’il ne peut être effacé. Certains enfants ont déjà commencé à poser des questions. La récente crise au Kazakhstan a réveillé des souvenirs chez les enfants et les mères. Mais actuellement, les mères ne sont pas prêtes à avoir ces conversations d’une manière qui serait utile à leurs enfants et à leur famille.
  2. Que se passe-t-il si les femmes et les enfants rejettent la version étatique de l’islam “traditionnel” ? Dans certains des cas les plus difficiles, les femmes rejettent l’interaction avec les conseillers religieux parrainés par l’État et retournent immédiatement dans les réseaux sociaux qui les ont conduites en Syrie. Quelques-uns ont organisé des mariages informels nikoh [Islamic] avec des hommes qui purgent des peines de prison pour extrémisme, afin de démontrer leur loyauté envers les réseaux sociaux auxquels ces prisonniers appartiennent encore. Le programme doit encore développer un concept de réinsertion qui pourrait s’adapter aux personnes qui évitent la violence mais qui ont des valeurs religieuses (par exemple, qui excluent la participation à certains jours fériés ou qui veulent que leurs filles portent un hijab à l’école) qui ne sont pas alignées sur la version de l’État de l’islam.
  3. Que se passe-t-il si les enfants et les femmes ne peuvent pas rester anonymes dans la société ? Le programme Zhusan n’a intentionnellement pas informé les autres membres de leurs communautés ou de leurs écoles sur les personnes qui sont revenues de Syrie. Cependant, nous avons entendu parler de quelques exemples où ce secret a été révélé et nous nous demandons s’il peut être gardé pour tous les autres. Des stratégies de préparation des communautés et de lutte contre la stigmatisation n’ont pas été élaborées et certaines femmes décrivent la panique qu’elles ressentent lorsqu’elles lisent dans les médias que les rapatriés, y compris leurs maris, sont présentés comme des “terroristes”.

Avant janvier 2022, nous pensions que des réponses satisfaisantes à toutes ces questions pourraient être trouvées avec le soutien continu de praticiens dévoués dans tout le Kazakhstan, de ses dirigeants locaux, régionaux et fédéraux, et de la communauté internationale. Cependant, les récentes manifestations et la réponse du gouvernement dans le pays ont introduit de nouveaux défis qui, collectivement, constituent un obstacle majeur à la réalisation d’un programme de réhabilitation et de réintégration réussi pour les rapatriés des anciens territoires contrôlés par l’ISIS à long terme.

Tout d’abord, pour les femmes et les enfants rapatriés, les manifestations et la répression peuvent agir comme un déclencheur, provoquant le retour de souvenirs traumatisants et ayant un impact négatif sur leur santé mentale et leur fonctionnement. Deuxièmement, l’islamophobie, exprimée par les dirigeants et les médias, s’est soudainement développée, ce qui a enflammé l’opinion publique à l’encontre des femmes zhusan en particulier.

Un praticien a récemment déclaré : “Les femmes veulent être des personnes normales. Elles veulent que tout le monde les oublie. Cette nouvelle attention pourrait les empêcher d’atteindre cet objectif et de devenir des personnes normales dans la société.”

Le programme Zhusan a certainement aidé de nombreuses femmes et de nombreux enfants à se réinsérer dans la société, mais, à l’avenir, il devra peut-être faire davantage pour éviter que des éléments de l’écosystème socio-politico-culturel au sens large ne se retournent contre eux et n’engendrent le type de griefs qui ont poussé certaines personnes à partir pour l’État islamique en premier lieu.


Cet article a été rédigé à la suite du webinaire du RCS de janvier 2022 : Réhabilitation et réintégration des membres des familles des combattants terroristes étrangers : Le rôle des villes et des autres acteurs locaux. Vous pouvez visionner l’enregistrement de ce webinaire ici Pour en savoir plus sur ce travail, vous pouvez nous envoyer un courriel à l’adresse suivante [email protected].

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.