arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

L’amélioration de l’éducation est essentielle pour lutter contre la polarisation et la violence au Nigeria

Date de publication :
08/07/2021
Type de contenu :
Partager :

— 6 minutes temps de lecture

Ci-dessus : Nigeria (Crédit : Joshua Oluwagbemiga)

Auteur : Isel van Zyl
Coordinatrice de l’action civique et du renforcement des capacités, Réseau des villes fortes

08 juillet 2021

Récemment, le Réseau des villes fortes (RCS ) a mené une série de consultations virtuelles dans les quatre États du nord-ouest du Nigeria (Kano, Kaduna, Katsina et Zamfara), ce qui a permis d’ouvrir une fenêtre sur les défis de la prévention et de la lutte contre l’extrémisme violent (P/CVE) au niveau infranational, et sur les domaines dans lesquels les efforts pourraient être soutenus et développés davantage.

Parmi les principaux facteurs de polarisation et de violence cités figurent la pauvreté et le manque de services de base, deux problèmes qui, selon les personnes interrogées, sont traités par des programmes gouvernementaux, bien que dans le cadre d’une approche agressive et sécuritaire de la résolution de ces problèmes.

D’autres facteurs importants ont été mentionnés, notamment le manque de possibilités d’emploi, la mauvaise gouvernance et la corruption, ainsi que les divisions ethniques et religieuses. Dans ce domaine, les personnes interrogées ont généralement constaté un manque de volonté politique et de capacité de la part des hauts responsables du gouvernement fédéral, des États et des collectivités locales à s’attaquer à ces questions plus difficiles.

Cependant, lors des consultations dans les villes, le manque d’éducation de base et d’alphabétisation au Nigeria a été identifié comme l’un des principaux facteurs de polarisation et de violence dans l’ensemble du pays.

L’amélioration de l’éducation dans le nord-ouest du Nigeria a été le plus souvent recommandée pour relever ces défis, car il n’existe que peu ou pas d’infrastructures éducatives formelles, en particulier dans les zones rurales.

Dans les quatre États, c’est l’amélioration de l’éducation dans le nord-ouest du Nigeria qui a été le plus souvent recommandée pour relever ces défis, car il n’y a que peu ou pas d’infrastructures éducatives formelles, en particulier dans les zones rurales. Les appels à l’action visaient principalement le gouvernement fédéral et les gouvernements des États, en raison de leur autorité dans le pays. En raison de la pauvreté et du manque d’accès à l’éducation, de nombreux enfants et jeunes sont contraints de mendier dans les rues ou, pire encore, de recourir à des activités criminelles pour subvenir à leurs besoins financiers, notamment le banditisme et l’enlèvement contre rançon. Certaines personnes interrogées ont également expliqué que les individus sont plus enclins à croire les récits nuisibles diffusés en raison du manque d’éducation et des niveaux élevés d’analphabétisme, qui provoquent des hostilités permanentes entre certains groupes ethniques et religieux.

Les consultations facilitées par le RCS ont également mis en évidence la façon dont le manque d’accès à l’éducation formelle exacerbe un autre facteur de polarisation et de violence : le recours à des écoles religieuses ou “Almajiri” non réglementées dans le nord du Nigeria. Ne pouvant accéder au système d’éducation formel, les personnes interrogées ont noté que de nombreux parents envoient leurs enfants dans des écoles almajiri, où ils sont souvent exposés à des interprétations des écritures islamiques qui visent à radicaliser les étudiants dans la violence plutôt qu’à promouvoir la tolérance et la paix.

Plusieurs personnes interrogées ont affirmé que les chefs religieux et les clercs qui dirigent ces écoles almajiri exploitent leurs griefs et leur statut de marginaux pour les radicaliser et les inciter à la violence. Bien que le gouvernement nigérian ne considère pas les Almajiris comme un groupe extrémiste violent officiel, nos consultations ont mis en évidence le fait qu’ils sont considérés comme une menace croissante, en particulier par les communautés du nord-ouest du Nigeria. En fait, la situation n’est pas sans rappeler celle des talibans dans le nord-ouest du Pakistan. Depuis la priorisation des approches de sécurité “douces” en 2015, de nombreuses agences internationales ont fourni d’importants financements pour des activités telles que la formation professionnelle, l’aide humanitaire et l’éducation. Les liens entre l’éducation et le développement ont été bien établis au cours de la dernière décennie et l’éducation est désormais reconnue au niveau international comme faisant partie de l’indice de développement des Nations unies.

Le plan d’action national du Nigeria pour la prévention de l’extrémisme violent préconise de s’attaquer à des facteurs tels que la mauvaise gouvernance, le sous-développement et la marginalisation. Ces questions comprennent l’éducation et font souvent référence à l’inclusion/au développement de programmes scolaires qui promeuvent la tolérance interreligieuse et interethnique dans les écoles nigérianes. Cependant, plus spécifiquement, le gouvernement nigérian devrait réviser et mettre en œuvre activement des politiques visant à améliorer l’éducation, ce qui inclut la construction d’écoles, la formation d’éducateurs et la garantie d’un enseignement laïque. Pour le cycle budgétaire précédent, le gouvernement nigérian a défini et précisé ses objectifs en matière d’élargissement de l’accès au système éducatif et d’amélioration de sa qualité par le biais de deux stratégies. D’une part, via le plan stratégique ministériel (PSM) 2016-2019 et, d’autre part, via le plan de relance et de croissance économique (PRCE) 2017-2020.

Les consultations ont également mis en évidence la façon dont le manque d’accès à l’éducation formelle exacerbe un autre facteur de polarisation et de violence : le recours à des écoles religieuses ou “Almajiri” non réglementées dans le nord du Nigeria.

Le plan stratégique à moyen terme repose notamment sur dix piliers de développement, qui cibleront les enfants non scolarisés, la formation des enseignants, l’alphabétisation des adultes, les programmes d’enseignement primaire et secondaire, l’enseignement supérieur et l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP). Les objectifs étaient notamment d’améliorer l’accès universel à l’éducation de base pour tous les enfants en âge d’être scolarisés, d’accroître l’accès des étudiants éligibles à l’EFTP et aux établissements d’enseignement supérieur, et d’améliorer l’accès des adultes à l’enseignement informel et aux possibilités d’éducation et de formation tout au long de la vie.

Ces efforts ont déjà été salués par le gouverneur de l’État d’Edo, Godwin Obaseki, qui s’est lancé dans un programme ambitieux visant à transformer le système éducatif de l’État. En outre, les gouvernements des États du nord-ouest du Nigeria peuvent exercer une surveillance plus stricte des établissements d’enseignement informel, tels que les écoles almajiri, afin d’empêcher que la radicalisation vers la violence ne se produise dans ces environnements. Compte tenu des politiques et des stratégies déjà en place au niveau national pour remédier au manque d’accès à l’éducation, les gouvernements nationaux et locaux peuvent utiliser ces documents comme principes directeurs pour formuler leurs propres stratégies à l’avenir.

Toutefois, la coopération gouvernementale, lorsqu’elle existe, pourrait être l’exception plutôt que la règle dans le nord-ouest du Nigeria. Interrogées sur leur perception des programmes gouvernementaux visant à résoudre les problèmes de polarisation et de violence, les personnes interrogées estiment que les gouvernements locaux disposent d’une autorité et de ressources limitées pour soutenir de tels programmes. Ainsi, les OSC, les autres praticiens concernés et les autorités locales doivent souvent compter sur le gouvernement national pour obtenir des fonds et des approbations de programmes, qui peuvent être lents à se concrétiser, voire inexistants.

Les consultations facilitées par le RCS ont mis en évidence l’effet corrosif que le manque d’accès à une éducation de qualité dans le nord-ouest du Nigeria peut avoir sur les efforts de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent. Cette constatation est conforme à un rapport récent de la Banque mondiale, qui a attiré l’attention sur la relation entre l’accès à une éducation de qualité et les niveaux d’extrémisme violent dans des contextes spécifiques. À l’avenir, il est essentiel que l’amélioration de l’éducation fasse partie de l’approche de “l’ensemble de la société” que le plan d’action national préconise pour lutter contre l’extrémisme violent dans le pays.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.