arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Désinformation et régulation des médias sociaux – L’expérience nigériane

Date de publication :
15/01/2021
Type de contenu :
Partager :

— 4 minutes temps de lecture

Ci-dessus : les manifestations #EndSARS ont été la cible de campagnes de désinformation visant à saboter leur crédibilité. Crédit photo : Ayanfe Olarinde

Wadi Ben-Hirki,
Fondateur, Fondation Wadi Ben-Hirki

Wadi Ben-Hirki est un agent de développement, un écrivain et un orateur primé et expérimenté. Elle est la fondatrice de la Fondation Wadi Ben-Hirki et est titulaire d’une licence en comptabilité de l’Université Covenant.

L’article d’opinion suivant a été rédigé par un auteur invité. Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’auteur et ne peuvent être attribuées au Réseau des villes fortes.

En août 2014, lorsque le premier cas de virus Ebola a été signalé au Nigeria, de nombreuses personnes ont adopté des mythes et de fausses informations pour tenter de lutter contre cette maladie mortelle. Parmi les fausses “thérapies expérimentales” qui se sont répandues comme une traînée de poudre, figure la croyance selon laquelle boire et se baigner dans de l’eau saturée de sel permettrait de guérir le virus Ebola. En conséquence, de nombreuses personnes ont été hospitalisées en raison de démangeaisons, d’éruptions cutanées et d’hypertension artérielle, et certaines ont même perdu la vie.

Les gouvernements et les institutions du monde entier ont de plus en plus démontré leur engagement à mettre fin à la menace de la désinformation, qui a eu des conséquences dévastatrices sur la population humaine. Alors que des personnes perdent leur vie et leurs moyens de subsistance à cause de la pandémie de COVID-19, des efforts supplémentaires ont été déployés pour s’assurer que seules des informations vérifiées sont diffusées. En tant que problème de santé publique majeur dans le contexte de la pandémie de COVID-19, la désinformation est, au même titre que les discours haineux, le harcèlement en ligne et la radicalisation, un défi supplémentaire posé par un écosystème numérique en pleine expansion. Avec plus de quatre milliards d’utilisateurs actifs de l’internet dans le monde, il est devenu impératif de renforcer considérablement l’espace en ligne et de le protéger soigneusement afin d’éviter de nouveaux dommages.

Vers la fin de l’année dernière, le Nigéria a fait les gros titres dans le monde entier lorsque les manifestations #EndSARS ont exposé les différentes formes d’injustices perpétrées par la Brigade spéciale anti-cambriolage (SARS) de la police nigériane. Alors que les jeunes Nigérians ont exercé leur droit de manifester pacifiquement, des efforts délibérés de désinformation ont saboté leur crédibilité. Dans ce contexte, le gouvernement s’est efforcé de réglementer les médias sociaux dans un projet de loi soumis à l’Assemblée nationale, qui a rapidement été connu sous le nom de “projet de loi anti-médias sociaux”. Si une telle approche peut empêcher la propagation de la désinformation à court terme, elle mettrait également un terme aux efforts légitimes visant à dénoncer les violations des droits de l’homme et les comportements antidémocratiques.

Une solution tangible et durable à la régulation des médias sociaux au Nigeria devrait prendre en compte le potentiel d’Internet et des médias sociaux en tant qu’outils efficaces de changement positif à l’échelle mondiale. Pour créer un écosystème numérique favorable, les gouvernements devront adopter une approche multipartite qui s’appuie sur les nombreuses solutions innovantes développées par les acteurs de cet espace.

La lutte contre la désinformation doit être un effort de collaboration si nous voulons construire un espace numérique positif.

Les plateformes de médias sociaux telles que Twitter, Facebook et Instagram ont déjà élaboré des stratégies d’intervention pour lutter contre la désinformation. Les médias traditionnels, tels que la radio et la télévision, ont joué un rôle déterminant dans l’éducation du public à la nécessité de vérifier les données avant de les partager. La traduction d’informations aussi importantes et la diffusion de mises à jour dans les principales langues afin d’atteindre et de sensibiliser un plus grand nombre de personnes ont également été très utiles. À la Fondation Wadi Ben-Hirki, notre initiative WeSurfSafe vise à stopper la propagation de la désinformation et à limiter la portée des récits nuisibles qui influencent la radicalisation. Grâce à des infographies, des campagnes en ligne, des affiches et des programmes de sensibilisation, nous guidons des millions d’utilisateurs d’Internet au Nigeria et au-delà sur les moyens de trouver des informations vérifiées et sur l’importance de ne partager que des données valides.

Le changement est déjà en cours grâce à la mobilisation des différents acteurs. Néanmoins, avec plus de 125,7 millions d’ utilisateurs d’Internet, il est essentiel que les parties prenantes nigérianes telles que le gouvernement, les médias, le secteur privé et les organisations de la société civile travaillent ensemble pour s’assurer que la population est informée et sensibilisée aux dangers de l’Internet.

Aucun d’entre nous n’est en sécurité tant que nous ne le sommes pas tous. La lutte contre la désinformation doit être un effort de collaboration si nous voulons construire un espace numérique positif.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.