arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Briser le stigmate de la condamnation : Des ex-détenus à la tête d’un nouveau documentaire au Sénégal

Date de publication :
06/03/2020
Type de contenu :
Partager :
Tags :

— 4 minutes temps de lecture

Ci-dessus : Des jeunes de Dakar, au Sénégal, ont créé leur premier documentaire, “Weesu Ne”, sur les difficultés et la stigmatisation auxquelles sont confrontés les anciens détenus après leur libération.

Jasmeet Sahotay, Coordinateur, Jeunes Villes


Un nouveau documentaire de sensibilisation à la stigmatisation des condamnations au Sénégal, réalisé par et avec d’anciens détenus, est sur le point d’être diffusé avec le soutien de Jeunes Villes, d’Africulturban et des autorités municipales de Dakar. Avec quatre projections prévues pour cibler spécifiquement les jeunes condamnés eux-mêmes, ainsi que les fonctionnaires municipaux, les familles de condamnés et le grand public, le groupe espère aider d’autres jeunes condamnés à trouver une vie meilleure à leur retour dans la société.


Les jeunes condamnés qui viennent d’être libérés de prison sont confrontés à une forte stigmatisation lorsqu’ils tentent de se réinsérer dans la société. Au Sénégal, ces défis sont particulièrement prononcés. Les jeunes ex-détenus constatent souvent que leurs relations avec leurs parents sont tendues, ces derniers étant eux-mêmes souvent stigmatisés par leur communauté et leur famille élargie. On peut donc avoir l’impression qu’il reste peu d’options en matière d’éducation et d’emploi, ce qui peut conduire de nombreux jeunes ex-détenus à devenir sans-abri et/ou à retomber dans le cycle de la petite délinquance qui les a conduits en prison en premier lieu.

YUMA, une organisation d’anciens détenus et de jeunes activistes, ne comprend que trop bien ces questions. Après avoir été libérés de prison, ils ont développé leurs compétences en photographie et en vidéographie et les utilisent actuellement pour sensibiliser leur communauté à Dakar au problème de la stigmatisation des condamnations.

Avec l’aide et le soutien de notre programme “Jeunes Villes” et de notre partenaire au Sénégal, Africulturban, ils ont produit un documentaire d’une demi-heure sur la vie des jeunes après leur libération. Il explore – à travers une série d’entretiens et de témoignages de condamnés, de familles et d’officiers de police – les défis auxquels sont confrontés les jeunes condamnés, pourquoi et comment la société en général les stigmatise, ainsi que quelques recommandations sur la manière dont les jeunes peuvent mener une vie “normale” après la prison.

“Je veux aller de l’avant et vivre une vie gagnée par mon propre travail. Je veux changer le cours de ma vie et je ne resterai pas là à ne rien faire. Je veux faire des choses dont le Sénégal parlera un jour.”Citation d’un jeune détenu dans “Weesune”.

Ci-dessus : Membres de YUMA filmant le documentaire dans leurs communautés locales à Dakar, au Sénégal.

Après avoir été acclamés localement lors de la première avant-première, ils prévoient maintenant des projections dans des centres culturels, des festivals du film et un centre local de détention pour jeunes afin d’atteindre et de cibler les personnes les plus touchées par le sujet.

La puissance du documentaire nous a amenés à prolonger la durée de la campagne de 6 à 8 mois, ce qui a permis de dégager des fonds supplémentaires et de mettre en valeur leurs grandes réalisations. C’est à eux et à leur détermination que nous dédions cet article.

Si la création d’un documentaire comporte son lot de défis, qu’il s’agisse d’un calendrier serré ou d’une expérience technique limitée en matière de tournage et de post-production, YUMA a surmonté tous ces obstacles. En s’assurant le soutien d’un rédacteur professionnel grâce au mécanisme de subvention de la campagne Young Cities, ils ont créé l’une des campagnes les plus inspirantes que nous ayons vues à ce jour.

Si la campagne a rencontré son lot de difficultés, qu’il s’agisse du calendrier serré ou de l’expertise technique limitée en matière de tournage et de post-production nécessaire pour réaliser un documentaire aussi long, les jeunes participants ont su les relever. Avec l’aide d’un rédacteur professionnel, identifié et financé par le mécanisme de subvention de la campagne Young Cities, ils ont créé l’une des campagnes les plus inspirantes que nous ayons vues à ce jour.

Bien entendu, la campagne n’aurait pas été possible sans le soutien des autorités municipales de Dakar. Ils ont joué un rôle essentiel dans l’obtention de l’autorisation de filmer dans les prisons et les commissariats de police, ont rédigé des lettres de soutien afin d’obtenir des entretiens de première main avec des officiers et ont assisté aux projections.

Nous sommes fiers d’aider YUMA à continuer à transmettre son message à Dakar et, à l’avenir, dans l’ensemble du Sénégal.

Nous sommes impatients de partager le documentaire avec vous lorsqu’il sera accessible au public en avril 2020.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.