arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Article invité : Résilience et vulnérabilité aux dynamiques locales d’extrême droite : Proposition d’un cycle de prévention et d’intervention quadruple

Date de publication :
15/12/2020
Type de contenu :
Partager :

— 9 minutes temps de lecture

Ci-dessus : la ville de Melbourne, dans l’État de Victoria, en Australie.

Mario Peucker
Chercheur principal, Université de Victoria à Melbourne (Australie)

Bio

Mario Peucker est chercheur principal à l’Institute for Sustainable Industries and Liveable Cities de l’université Victoria à Melbourne (Australie) et chercheur principal au Centre for Analysis of the Radical Right (CARR).

Mario est également membre exécutif du Centre for Resilient and Inclusive Societies (CRIS), un consortium de huit partenaires universitaires, communautaires et industriels australiens et internationaux. Il a entrepris des recherches qualitatives et quantitatives et a publié de nombreux ouvrages sur les mouvements politiques radicaux, l’activisme des communautés musulmanes et les dynamiques d’inclusion-exclusion depuis 2003, tant en Europe qu’en Australie.


L’article d’opinion suivant a été rédigé par un auteur invité. Les opinions qui y sont exprimées ne reflètent pas nécessairement celles du Réseau des villes fortes. Mario Peucker est chercheur principal à l’université de Victoria, à Melbourne, en Australie, et l’un des coauteurs d’une étude récente sur la dynamique de l’extrême droite dans l’État australien de Victoria, avec Debra Smith, professeur associé, Ramón Spaaij et Scott Patton. Vous pouvez lire le rapport, Citoyenneté dissidente ? Comprendre les vulnérabilités à l’extrémisme de droite au niveau local”. ici .

Alors qu’un nombre croissant de recherches ont cherché à comprendre la mobilisation de l’extrême droite en ligne, seule une attention limitée a été accordée à la manière dont la dynamique de l’extrême droite se déroule dans des contextes locaux spécifiques, à quelques exceptions notables près, comme les travaux de Busher, Harris et Macklin. Afin de combler cette lacune et de fournir des informations aux décideurs politiques et aux praticiens locaux, une équipe de recherche de l’Institut européen de recherche sur la santé (IES) a mis en place un programme de recherche sur la santé publique. Université de Victoria à Melbourne récemment analysé Les actions de l’extrême droite dans trois municipalités de l’État australien de Victoria, en accordant une attention particulière à la manière dont les acteurs locaux – des conseils et de la police à la société civile – ont réagi aux tensions communautaires et aux formes de polarisation politique qui en découlent.

Pour chacune de ces trois études de cas locales, nous avons interrogé des praticiens locaux, analysé une série de documents, de reportages et de messages sur les médias sociaux, et examiné les statistiques démographiques ainsi que les résultats électoraux. Sur la base de ces informations, nous avons dressé un tableau global non seulement des actions d’extrême droite qui ont eu lieu précédemment dans ces municipalités, mais aussi et surtout des vulnérabilités et des facteurs de résilience spécifiques au niveau local.

” Les activités de l’extrême droite n’indiquent pas nécessairement que le quartier est un “point chaud” de l’extrême droite ou qu’il connaît des problèmes locaux particuliers – notre étude a montré que c’était parfois le contraire : des municipalités et des quartiers peuvent être ciblés en raison de leur attitude progressiste et de leur engagement proactif en faveur de la justice sociale. “

Notre première conclusion était simple et directe : n’importe quel quartier peut devenir le théâtre de manifestations et d’autres actions d’extrême droite. Cette observation n’était peut-être pas particulièrement surprenante, mais il était important de la noter car elle permettait de désamorcer certaines sensibilités et défenses potentielles des décideurs politiques locaux lorsqu’ils étaient confrontés à la dynamique de l’extrême droite dans leur “arrière-cour”. Les activités de l’extrême droite n’indiquent pas nécessairement que le quartier est un “point chaud” de l’extrême droite ou qu’il présente des problèmes locaux particuliers – notre étude a montré que c’était parfois le contraire : des municipalités et des quartiers peuvent être ciblés en raison de leurs attitudes progressistes et de leur engagement proactif en faveur de la justice sociale.

La question cruciale est la suivante : comment une municipalité locale réagit-elle à de telles tentatives de mobilisation et que peuvent faire les différents acteurs locaux pour renforcer la résilience locale face à la mobilisation de l’extrême droite et réduire le risque de préjudice social lorsqu’elle se produit ?

Sur la base d’une analyse comparative croisée de nos trois études de cas, nous avons élaboré un cycle de prévention et d’intervention à quatre volets afin de saisir certains éléments clés de ce qui peut constituer une approche prometteuse et efficace des actions d’extrême droite et d’autres formes de polarisation politique dans un contexte local spécifique (figure 1). L’approche multidimensionnelle proposée vise à s’appuyer sur les programmes et mesures locaux existants, en y ajoutant de nouvelles perspectives et en combinant des mesures proactives à long terme et des mesures réactives.

  1. La prévention

Il s’agit d’un domaine dans lequel de nombreuses collectivités locales, ainsi que divers groupes communautaires, sont très actifs depuis des années. Elle englobe une série de politiques (y compris les messages symboliques des dirigeants politiques) et de programmes du conseil, ainsi que des activités communautaires visant à promouvoir l’inclusion et à célébrer la diversité. Ces mesures sont le plus souvent axées sur l’harmonie sociale. Les acteurs locaux reconnaissent toutefois de plus en plus que cela ne suffit pas à réduire de manière significative les tensions ou les préjugés entre les groupes. En réponse, certains conseils locaux de notre étude ont redoublé d’efforts pour créer davantage d’espaces interculturels et donner aux communautés marginalisées les moyens d’agir. Il existe une multitude de façons d’améliorer les structures d’opportunités locales pour l’engagement interculturel. Un levier particulièrement prometteur concerne diverses facettes de la planification urbaine – de la micro-conception des espaces locaux et des habitations à la lutte contre la ségrégation socio-économique ou ethnique, qui peut avoir un impact sur les relations interculturelles et, en fin de compte, sur la vulnérabilité au recrutement de l’extrême droite.

Figure 1.

  1. Intervention précoce

Dans les espaces urbains modernes, les conflits sont la norme et non l’exception. Diverses études menées en Australie et ailleurs ont prouvé à maintes reprises que le racisme, l’homophobie et d’autres formes d’exclusion et de discrimination persistent, et pas seulement dans les franges de la société. L’une des principales recommandations de notre étude est de compléter les perspectives d’harmonie sociale de la cohésion sociale par des approches pratiques de gestion et de transformation des conflits. Il s’agit souvent d’un défi : comment traiter les individus de la communauté qui expriment des préjugés à l’égard, par exemple, de certaines communautés ethno-religieuses ou homosexuelles et qui s’opposent aux valeurs progressistes et à la justice sociale ? Il faut de l’expérience et de l’expertise pour trouver un moyen d’ouvrir des espaces de “conversations difficiles” où ces attitudes négatives peuvent être exprimées et gérées sans les approuver ou les amplifier. Mais les réduire au silence et fermer les yeux n’est pas une solution à long terme, car cela risque d’accroître le sentiment d’absence de voix et de privation de droits des individus, ce qui est largement considéré comme un facteur de risque dans les parcours individuels de radicalisation.

  1. Préparation et réponse

Bien que les acteurs locaux se sentent souvent dépassés et surpris par la mobilisation de l’extrême droite dans leur quartier, nous avons identifié une série de mesures que les décideurs politiques locaux peuvent prendre pour être mieux préparés à répondre efficacement et à minimiser les dommages lorsque leur communauté locale est ciblée par de telles actions de division politique. Selon le type d’action de l’extrême droite, il existe toute une série de domaines politiques locaux à prendre en considération. Il s’agit notamment des politiques et pratiques locales d’enlèvement des graffitis, des politiques de gestion des événements et d’embauche dans les lieux, de la surveillance et de la gestion des médias sociaux et des stratégies de communication, de la formation du personnel en contact avec le public et des travailleurs de première ligne (en particulier les jeunes et les travailleurs sociaux). La première étape cruciale consiste à entamer une conversation au sein des collectivités locales afin de les sensibiliser aux outils potentiellement puissants dont disposent les décideurs politiques locaux et qu’ils peuvent utiliser pour répondre à la dynamique néfaste de l’extrême droite et la prévenir dans leurs quartiers.

  1. L’évaluation

La quatrième partie de ce quadruple cycle concerne une évaluation honnête et fondée sur des preuves de la dynamique de l’extrême droite après qu’elle se soit produite. Dans notre étude, nous avons identifié quatre questions clés interdépendantes qui peuvent contribuer à orienter cette évaluation :

Une telle évaluation n’est pas seulement cruciale pour mieux comprendre la dynamique de l’extrême droite qui s’est produite dans le passé. En identifiant les griefs locaux et les facteurs de vulnérabilité et de résilience des communautés, elle offre également une base pour réévaluer et ajuster davantage les mesures de prévention et d’intervention précoce existantes. Le cycle se poursuit : les politiques et les programmes locaux deviennent de plus en plus efficaces et s’adaptent à l’environnement démographique, socio-économique, politique et culturel en constante évolution dans les municipalités.

Bien que ce cycle de prévention et d’intervention en quatre étapes ait été développé dans le cadre d’une étude de recherche axée sur la dynamique de l’extrême droite, son applicabilité n’est en aucun cas limitée à ce contexte spécifique. Dans une série d’ateliers organisés par la suite avec les gouvernements locaux, ce modèle s’est avéré utile pour initier de nouvelles façons d’aborder les questions de cohésion des communautés locales, où les conflits et les tensions ne sont pas pathologisés mais abordés de manière holistique et utilisés comme une opportunité d’apprendre et de répondre à des circonstances locales en constante évolution.

Le rapport complet, Citoyenneté dissidente ? Comprendre les vulnérabilités à l’extrémisme de droite au niveau local”, publiée par l’Université de Victoria, peut être consultée ici .

Cet article invité est une version légèrement révisée d’un article initialement publié par le Centre d’analyse de la droite radicale (CARR) le 8 décembre 2020.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.