arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Article invité : La crise économique, sociale et politique au Liban et son impact sur la rhétorique extrémiste violente

Date de publication :
26/08/2020
Type de contenu :
Partager :
Tags :

— 7 minutes temps de lecture

Ci-dessus : L’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020 a fait plus de 200 morts et au moins 7 000 blessés.

Nidal Khaled, coordinateur et point focal du réseau local de prévention de Majdal Anjar, Liban. Président de l’Association Initiatives Jeunesse

Le 4 août, une puissante explosion a ravagé le port de Beyrouth, faisant au moins 200 morts, plus de 7 000 blessés et plus de 300 000 sans-abri. L’explosion a mis en évidence les niveaux de corruption et de mauvaise gestion dans le secteur public libanais et a intensifié la colère du public contre le gouvernement pour son apparente incapacité à faire face à la crise économique qui a paralysé le pays au cours de l’année écoulée. Toutefois, elle a également fait le jeu des groupes extrémistes qui cherchent à diviser le pays. Nidal Khaled, coordinateur et point focal du réseau de prévention Majdal Anjar du RCS, examine l’effet de la crise sur la rhétorique extrémiste et la manière dont nous pouvons contribuer à prévenir les divisions et à restaurer l’unité nationale.

Le Liban a toujours été soumis aux nombreuses secousses politiques de la région. Situé dans un contexte régional fragile, il existe une myriade de divisions et de luttes politiques, religieuses et sectaires qui se jouent en permanence dans les domaines économique, social et financier à l’intérieur du pays.

La fin de la guerre civile libanaise, qui a duré 15 ans, en 1990, a été saluée comme une nouvelle ère pour le Liban et a été le point de départ de ce que l’on a appelé la deuxième république. L’optimisme qui a accompagné la fin de la guerre a cependant souffert de multiples crises économiques, financières et sécuritaires qui ont handicapé le Liban jusqu’au début du nouveau millénaire. Ce n’est que grâce à des réformes économiques, menées par le Premier ministre de l’époque, Rafic Hariri, que le Liban a pu résister aux tempêtes en s’ouvrant aux investissements régionaux et internationaux.

Toutefois, l’assassinat de Rafic Hariri en février 2005 a entraîné un nouveau bouleversement de la scène régionale. Grâce aux efforts soutenus des protestations nationales, les troupes syriennes qui occupaient le pays depuis la fin de la guerre civile ont été chassées. Cependant, la suite des événements n’a fait qu’aggraver la paix précaire au Liban. La guerre de 2006 avec Israël et le début de la guerre civile syrienne en 2012, qui a vu l’arrivée de près de 2 millions de Syriens au Liban, ont poussé l’économie du pays au bord de l’effondrement.

La crise économique provoquée à la fois par une mauvaise gestion et par des conflits locaux et régionaux est le prolongement d’une histoire tumultueuse d’intérêts politiques, sociaux et économiques divergents au Liban. Les victimes de ces conflits sont les Libanais. L’apparition du COVID-19 et la tragique explosion du port de Beyrouth ne sont que les dernières d’une longue série de crises qui affligent le pays depuis des décennies, mettant à nu l’ampleur des échecs systématiques du pays dans la mise en place d’institutions démocratiques fortes, à la fois réactives et transparentes.

“Un nouveau Liban doit être établi sur des principes d’égalité, et non d’élitisme et de corruption. Il faut pour cela renforcer le rôle de la société civile et des réseaux communautaires, en partenariat avec les municipalités”

La question qui se pose aujourd’hui est la suivante : Comment la crise socio-économique se répercute-t-elle sur les communautés et quel rôle joue-t-elle dans la rhétorique extrémiste ?

La crise économique a déjà eu un impact sur la sécurité du pays avec une augmentation notable des vols à main armée, du vigilantisme et des groupes paramilitaires opérant en marge de la loi. Tout cela rappelle étrangement la période qui a précédé la guerre civile libanaise avant 1975. Les crises engendrent d’autres crises. Les fantômes de notre passé conflictuel ne sont pas un spectre lointain. Elles perdurent à travers les tensions politiques, économiques et sociales qui agitent le pays jusqu’à aujourd’hui, et nous rappellent brutalement qu’à tout moment, nous pourrions être plongés dans un nouveau conflit sanglant. De même que les apparitions du passé ont toujours poursuivi le Liban, de même les groupes extrémistes. Les crises peuvent toujours engendrer des conflits et de la concurrence, mais elles préparent également le terrain pour les idéologues et les groupes extrémistes afin de catapulter leurs messages au-delà de leurs bases de soutien existantes

Ci-dessus : Les réseaux locaux de prévention ont travaillé sans relâche sur le terrain pour apporter de l’aide aux 300 000 personnes qui se sont retrouvées sans abri à la suite de l’explosion.

Si la stratégie nationale de prévention de l’extrémisme violent a été conçue pour empêcher l’émergence de groupes extrémistes et soutenir les efforts des forces de sécurité du pays pour maintenir l’ordre, elle n’est efficace que dans la mesure où les institutions nationales et l’économie la soutiennent. En l’absence d’un leadership national fort, les autorités locales et les groupes religieux et politiques seront contraints d’intervenir pour assurer la sécurité, la stabilité et le soutien nécessaires, comme cela a été le cas lors de la crise des réfugiés syriens ainsi que dans le cadre de la réponse au COVID-19.

Toutefois, les limites de ces autorités locales ont laissé un vide que les groupes extrémistes peuvent combler par des moyens financiers et un discours idéologique, en particulier dans les régions où la population est majoritairement sunnite. Les discours décrivant les injustices commises dans les villes et les villages sunnites peuvent avoir un puissant effet d’attraction, en particulier sur les jeunes. Le bombardement de mosquées à Tripoli en mai 2008, ainsi que les mesures de répression prises par les forces de sécurité libanaises pendant la guerre civile syrienne, au cours de laquelle des milliers de jeunes sunnites ont été emprisonnés sans jugement, ont également constitué de puissants facteurs d’incitation. Tout cela a contribué et préparera le terrain pour une augmentation de la rhétorique extrémiste, en plus d’une crise économique étouffante.

Comment pouvons-nous donc travailler en tandem pour réduire l’impact de l’exploitation extrémiste des crises grâce à notre vision nationale globale ?

Pour réduire la rhétorique extrémiste, il faut souligner que la crise socio-économique ne vise pas un seul groupe, mais qu’elle touche tout le monde. Le nouveau Liban doit être fondé sur des principes d’égalité, et non sur l’élitisme et la corruption. Il faut pour cela renforcer le rôle de la société civile et des réseaux communautaires, en partenariat avec les municipalités, afin de jouer un rôle plus important dans la promotion du discours de modération et le développement d’une vision socio-économique qui reflète les besoins locaux. Cela peut se faire par le biais de petits projets de développement économique qui tiennent compte de l’autonomisation des femmes, tout en apportant une réponse aux familles les plus touchées par l’effondrement de l’économie. En fournissant l’aide d’urgence et les services de santé de base nécessaires aux communautés, nous les protégeons également de l’exploitation et du recrutement par des groupes aux idées extrêmes et aux moyens financiers importants.

À la suite de l’explosion du port, les réseaux locaux de prévention de notre Strong Cities Network (SCN) à Majdal Alanjar, Tripoli et Sadia se sont unis pour soutenir Beyrouth et ses citoyens. Nous avons livré des repas à des familles sans abri et à des travailleurs de première ligne. Nous avons mobilisé nos jeunes pour qu’ils participent au nettoyage et à la reconstruction. Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour montrer à notre pays qu’il est possible de remédier aux défaillances systémiques des dirigeants par une action collective. La prévention et la lutte contre l’extrémisme violent ne sont qu’un moyen de parvenir à une fin, et non la fin elle-même. En utilisant nos vastes réseaux communautaires, construits pour la prévention de la violence, mais connectés au cœur battant de la société civile à travers le Liban, nous défions ceux qui pourraient tenter de nous séparer pendant cette période.

Après tout, nous sommes des villes fortes.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.