arrow-circle arrow-down-basicarrow-down arrow-left-small arrow-left arrow-right-small arrow-right arrow-up arrow closefacebooklinkedinsearch twittervideo-icon

Article d’invité : Efforts locaux pour lutter contre la prolifération des armes et les conflits armés en Afrique

Date de publication :
12/05/2021
Type de contenu :
Partager :
Tags :

— 9 minutes temps de lecture

Ci-dessus : L’exposition de Mombasa a eu lieu le 11 mars de cette année.

Olusegun Akinfenwa,

Olusegun Akinfenwa est correspondant pour Immigration News un organe d’information affilié à Service de conseil en matière d’immigration (IAS) . IAS est un cabinet juridique britannique de premier plan qui aide les personnes à émigrer et à s’installer au Royaume-Uni.

12 mai 2021

L’article d’opinion suivant a été rédigé par un auteur invité. Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l’auteur et ne peuvent être attribuées au Réseau des villes fortes.

On estime que 100 millions d’armes légères et de petit calibre sont en circulation en Afrique, la plupart d’entre elles étant entre les mains de civils, y compris des milices et des groupes rebelles dans diverses régions du continent. L’accumulation et la prolifération incontrôlées de ces armes exacerbent et prolongent souvent les conflits armés, entraînant des coûts humains et économiques dévastateurs.

Les raisons de ce commerce illicite florissant sont nombreuses et variées, mais l’une des principales motivations est la protection personnelle face à l’insécurité croissante et au manque de confiance dans les forces de sécurité pour protéger les civils de manière adéquate. La multiplication des attaques de bergers peuls contre les agriculteurs au Nigeria, par exemple, a tué des milliers de personnes et déplacé de nombreux agriculteurs, sans que les autorités ne semblent leur apporter la moindre protection. Les efforts déployés pour poursuivre les auteurs d’attaques violentes sont également insuffisants, ce qui entraîne une augmentation générale du nombre de civils qui acquièrent illégalement des armes.

Le commerce non sanctionné et non contrôlé des armes légères a eu à son tour un impact dévastateur sur la violence à travers le continent, qu’il s’agisse de la criminalité urbaine, des conflits ethnoreligieux ou du terrorisme, pour n’en citer que quelques-uns. Dans de nombreuses communautés, la situation semble avoir défié toutes les tentatives tactiques de contrôle par les forces de sécurité et les forces armées, laissant souvent les organisations communautaires locales trouver des alternatives.

Effets des conflits armés

Compte tenu de la fréquence et de l’ampleur des conflits armés en Afrique, il est difficile de quantifier avec précision leurs effets négatifs. On estime que des centaines de milliers de personnes à travers le continent sont tués chaque année à cause des armes légères, dont un tiers est tué par les armes à feu. rapport indique que 8,4 millions de personnes ont perdu la vie à la suite de guerres entre 1983 et 2005 dans trois pays seulement : la République démocratique du Congo, le Soudan et le Rwanda. En Somalie, on estime que 350 000 à 1 million de personnes ont été tuées depuis le début de la guerre civile en 1991, tandis qu’au Nigéria, plus de 37 000 personnes ont été tuées par Boko Haram depuis l’apparition du groupe terroriste en 2010.


“Le vigilantisme n’est pas suffisant pour assurer la sécurité et une paix durable.

Les enfants sont également les plus touchés par ces troubles armés. Une étude réalisée en 2018 par Lancet a montré que 5 millions d’enfants africains de moins de 5 ans sont morts à la suite de conflits armés entre 1995 et 2015. Parmi les autres coûts humains, citons les migrations forcées et les handicaps permanents. Selon les Nations unies, l’Afrique compte 18 millions de personnes déplacées. La grande majorité d’entre eux sont des personnes déplacées à l’intérieur du pays, les autres ayant fui vers les pays voisins. La situation a également accentué l’afflux de réfugiés africains vers d’autres continents, plus d’un quart des demandeurs d’asile au Royaume-Uni l’année dernière étant originaires de pays africains.

Interventions des dirigeants locaux

La structure politique de nombreux pays africains a massivement centralisé le pouvoir au niveau fédéral et au niveau de l’État, ce qui limite considérablement le rôle des dirigeants au niveau local. Au Nigeria, par exemple, les gouvernements locaux sont complètement éclipsés et contrôlés par les gouvernements des États et se voient souvent confier des tâches apparemment insignifiantes telles que les affaires de chefferie. Le manque de fonds, d’influence et de motivation a fortement limité la capacité des dirigeants locaux à limiter les armes non contrôlées dans les zones locales. De nombreuses communautés locales et chefs religieux ont néanmoins mis au point des initiatives communautaires pour résoudre le problème, notamment par le biais de groupes d’autodéfense et de campagnes de sensibilisation.

Vigilantisme

La région du lac Tchad, qui comprend le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun, a beaucoup souffert des attaques de Boko Haram au cours des dix dernières années, ce qui a conduit les communautés locales à former des groupes armés communautaires face aux menaces terroristes.

Au Nigeria, par exemple, les groupes d’autodéfense reposent sur trois modèles : les gardes communaux de quartier, les guildes de chasseurs de village et la force d’intervention conjointe civile (CJTF) reconnue par le gouvernement. Créée en 2013 dans l’État d’Adamawa, dans le nord-est du Nigeria, la GFIM s’est développée au fil des ans et a reçu des éloges de différentes parties. Les gardes communaux de quartier sont des formations villageoises dédiées à la défense de la communauté, tandis que la guilde des chasseurs est composée de guerriers et de chasseurs traditionnels qui interviennent pour renforcer l’opération.

Ensemble, ils surveillent leurs communautés et appréhendent les mouvements suspects. Ils portent des armes traditionnelles et modernes lorsqu’ils effectuent des patrouilles de zone et contrôlent les points d’entrée et les frontières. Collectivement, elles comptent environ 26 000 membres répartis dans diverses communautés et ont réussi à repousser des attaques terroristes et de bandits, à arrêter des membres des groupes incriminés et à partager des informations utiles avec les civils et les agences de sécurité. Leur partenariat avec l’armée a permis de retrouver la première adolescente de Chibok enlevée, qui s’était échappée de Boko Haram en 2016.

De nombreux autres pays africains ont également une histoire d’initiatives communautaires visant à limiter les conflits armés, comme les Kamajors, qui ont participé à la guerre civile en Sierra Leone entre 1991 et 2002 ; les Arrow Boys du Teso, qui ont combattu l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) en Ouganda entre 2003 et 2007 ; et les Zande Arrow Boys, qui ont également affronté la LRA. À différents moments, ces groupes formés localement ont complété les faibles armées de leurs pays.

Mais le vigilantisme ne suffit pas à assurer une paix et une sécurité durables. La nature de ces groupes d’autodéfense et leurs activités sont elles-mêmes une source de préoccupation pour les autorités nationales, car leurs structures non réglementées risquent d’entraver les opérations de sécurité ou de saper les efforts de lutte contre la violence. Pire, certains de ces groupes ont été accusés de violations des droits de l’homme, notamment de torture et d’exécution de personnes soupçonnées d’appartenir à des groupes extrémistes. La formation de ces groupes a également donné lieu à des représailles préjudiciables qui risquent de prolonger le cycle de la violence.

Sensibilisation et prise de conscience

Les initiatives locales de sensibilisation constituent une autre voie pour les responsables locaux. Il ne fait aucun doute que la désinformation et l’endoctrinement ont contribué de manière significative à la diffusion des armes illicites parmi les Africains. À travers le continent, il existe d’innombrables exemples de dirigeants locaux qui ont pris l’initiative de répondre à ce problème. Selon les études, la plupart des efforts de prévention sont mis en œuvre par des organisations locales de la société civile et non par les gouvernements. Au Cameroun, des chefs religieux se sont rendus dans différentes villes situées le long de la frontière avec le Nigéria en 2018, après avoir entendu parler d’une nouvelle campagne de recrutement planifiée par Boko Haram. Leur objectif était de sensibiliser les jeunes, qui constituent la principale cible démographique des recruteurs, aux risques qu’ils encourent en s’engageant aux côtés de Boko Haram. Au Nigeria, divers groupes interconfessionnels ont également collaboré en utilisant une approche similaire pour sensibiliser les communautés.

“Les causes profondes des conflits et de la prolifération des armes, comme les niveaux d’inégalité, doivent également être abordées. Qu’il s’agisse du niveau d’éducation ou du niveau de revenu, l’inégalité croissante laisse à de nombreux jeunes Africains un sentiment de désespoir et de confusion.”

Plus de travail nécessaire

Si, dans ces cas, les efforts de la base ont aidé les autorités centrales et préservé les communautés, il reste encore beaucoup à faire. Il est bien établi que les trafiquants, les acheteurs et les utilisateurs d’armes illicites résident dans les communautés (et sont souvent protégés par elles), que ce soit par la coercition ou l’endoctrinement. Les dirigeants locaux, et en particulier les chefs tribaux et religieux, ont un rôle important à jouer en tant que médiateurs et porte-parole pour mettre fin aux ventes d’armes illicites.

Les causes profondes des conflits et de la prolifération des armes, comme les niveaux d’inégalité, doivent également être abordées. Qu’il s’agisse du niveau d’éducation ou du niveau de revenu, l’inégalité croissante laisse de nombreux jeunes Africains dans un sentiment de désespoir et de confusion. Sur l’ensemble du continent, on estime que 600 millions de jeunes sont au chômage, sans instruction ou occupent des emplois précaires. La pandémie de COVID-19 n’a fait qu’exacerber cette situation, avec environ 100 millions d’enfants non scolarisés en Afrique subsaharienne, des taux de pauvreté galopants et de nombreuses personnes vivant avec moins d’un dollar par jour.

Les gouvernements nationaux doivent donc donner la priorité aux stratégies de développement économique et d’éducation en même temps qu’à leurs réponses sécuritaires au défi de la prolifération des armes. Pour ce faire, il est essentiel d’impliquer les autorités locales, les chefs religieux, la société civile et les autres parties prenantes par le dialogue et la collaboration, en leur confiant des responsabilités et en leur donnant la possibilité d’opérer des changements au niveau infranational.

De même, le développement de la coopération transnationale est un élément clé pour traiter une question transnationale. Des succès ont été enregistrés dans ce domaine. L’année dernière, la Commission de l’Union africaine (CUA) a lancé la campagne “Faire taire les armes”, qui vise à libérer l’Afrique des conflits, à prévenir les génocides et à faire de la paix une réalité pour tous. Parallèlement à ses efforts pour promouvoir un désarmement généralisé par le biais d’amnisties, la CUA vise également à s’attaquer aux causes profondes, notamment l’analphabétisme et le chômage. Il s’agit d’une initiative louable qui doit être soutenue et poursuivie avec détermination pour que l’Afrique devienne un continent pacifique.

Le trafic d’armes, le terrorisme et les autres conflits dont nous sommes témoins aujourd’hui sont l’aboutissement de décennies de négligence et d’exploitation. Du niveau local au niveau national, les dirigeants africains doivent faire preuve du leadership et de la volonté politique nécessaires pour apporter un changement durable au continent et l’aider à atteindre son potentiel en matière de développement et de coexistence pacifique.

Olusegun Akinfenwa est correspondant pour Immigration News un organe d’information affilié à Service de conseil en matière d’immigration (IAS) . IAS est un cabinet juridique britannique de premier plan qui aide les personnes à émigrer et à s’installer au Royaume-Uni.

Le contenu de ce site a été traduit automatiquement à l’aide de WPML. Pour signaler des erreurs, envoyez-nous un email.